Archives du mot-clé purée de noisette

buckle-rhubarbe

Croustillant à la rhubarbe

Comment, déjà mi-juillet et toujours aucune recette de rhubarbe sur ces pages ? Mais comment cela se fait-ce ? Eh bien… En fait, c’est un secret. Mais toujours est-il que vous ne devez pas vous priver de fouiller dans les archives rhubarbe de ce blog ni de consulter les quelque 18 recettes du petit Toqué que je lui ai consacré. Cette année, je lui ai notamment fait sa fête sous la forme d’un « truc » qui n’est ni un crumble, ni une barre de céréales géante, mais qui croque, croustille, fond dans la bouche et fait aussi bien office de petit-dèj que de goûter ou dessert « consistant ».

Un must, quoi ! C’est l’occasion de tester l’association rhubarbe-cannelle-purée de noisette, dite également acidulé-épicé-rond et bon

buckle-rhubarbe

Croustillant à la rhubarbe

Pour 8  personnes

1 kg de rhubarbe
200 g de flocons d’avoine
150 g de farine de blé T80
100 g de sucre complet
2 c. à café de cannelle en poudre
80 g de purée de noisette (ou d’amande)
60 g de yaourt de brebis (ou de soja)
60 ml d’huile d’olive

Peler la rhubarbe et couper en tronçons. Mélanger dans un saladier les flocons d’avoine, la farine, le sucre et la cannelle. Incorporer la purée de noisette et mélanger à la fourchette. Incorporer de la même façon le yaourt et l’huile. Le mélange doit être un peu plus humide qu’une pâte à crumble. Tasser les 3/5e du mélange au fond d’un plat à gratin. Ajouter la rhubarbe. Émietter le reste de pâte sur la rhubarbe puis tasser légèrement. Enfourner pour 35 mn à 200 °C. Laisser tiédir avant de déguster.

Crème veloutée de pommes et noisettes

Il y a quelques temps, je redécouvrais avec bonheur les premières pommes de l’automne. Ma maman, chez qui j’étais réfugiée pendant plus d’un mois et demi, a, comme elle dit, « repris le rythme des pommes » : elle en coupe quelques unes en lamelles avant de passer à table, et elle les laisse fondre dans un faitout avec un couvercle, à feu très doux, pendant qu’on attaque le repas. Quelques minutes plus tard, à l’heure du dessert, elles sont chaudes et fondantes, un vrai régal ! Quand il en reste, si on ne les consomme pas telles quelles, je cherche souvent un moyen de les recycler. Mixées en compote veloutée avec de la ricotta et de la purée de noisette, c’est vraiment bon : aucune saveur ne l’emporte sur les autres, tout est bien équilibré, et très automnal. Le petit croustillant de noisettes par-dessus, c’est juste parce que j’aime que les desserts croquent et fondent à la fois… Pas vous ?

cremevelouteepomme

Crème veloutée de pommes et noisettes

Pour 4 personnes

400g de pommes cuites
100g de ricotta (optionnelle ; remplaçable par du yaourt de brebis entier ou de la faisselle)
1 c. à soupe de purée de noisette
1 poignée de noisettes

Mixer les pommes avec la ricotta et la purée de noisette. Griller les noisettes dans une poêle sans matière grasse. Lorsqu’elles sont bien brunes, laisser tiédir, ôter la peau et concasser. Décorer les crèmes avec les noisettes.

Ces crèmes sont veloutées, c’est-à-dire que la consistance est relativement liquide. Si vous souhaitez quelque chose de très pris, utilisez de l’agar-agar. Mixez les pommes, ajouter 1/2 c. à café d’agar-agar, portez à ébullition pendant 10 secondes, puis procédez comme précédemment.

Prunes en croûte biscuitée

Je sais pas vous, mais je suis nulle en prunes. En ce moment, on nous en donne des paniers entiers, les amis téléphonent pour qu’on viennent escalader leur prunier, on en a plein la cuisine, mais je suis incapable de vous dire de quelle variété il s’agit. Les mirabelles se confondent avec les reines-claudes, les grosses prunes violettes côtoient joyeusement les pruneaux, et l’important, c’est que c’est bon. Je n’hésite donc pas à les mélanger pour les entarter, en faire des crumbles ou de simples compotes.

Pour changer un peu, j’ai voulu faire un dessert qui ne soit ni vraiment un crumble, ni forcément un gâteau. J’ai rempli un plat à gratin de prunes dénoyautées, et je les ai recouvertes d’une pâte à biscuit moelleuse à base de noisettes et d’un voile de cannelle. Le résultat est étonnant. Si on le sert froid, la croûte est croustillante, très biscuitée. Chaude ou tiède, elle est plutôt moelleuse. J’ai réalisé quelques biscuits avec le reste de pâte, ils sont croquants et délicieux ! A tester pour changer des crumbles !

gratin-prunes

Prunes en croûte biscuitée

Pour 6 personnes

Prunes à volonté
200g de farine T80
80g de sucre brun
1 càc de cannelle en poudre
50g de noisettes
2 càs de purée de noisettes
4 càs d’huile d’olive
1 càs bombée de miel liquide
Lait végétal

Dénoyauter les prunes et placer dans un plat à gratin. Dans un cul de poule, mélanger la farine, le sucre et la cannelle. Ajouter les noisettes réduites en poudre et mélanger. Ajouter la purée de noisette, le miel et l’huile, puis mélanger du bout des doigts pour faire un sablage. Ajouter suffisamment de lait végétal pour former une boule de pâte. Émietter cette boule sur le gratin (s’il reste de la pâte, faites-en des biscuits en aplatissant des cuillerées de pâte sur la plaque du four).  Tasser légèrement. Cuire 40mn à 180 °C. Servir tiède.

Spirales gourmandes aux amandes et noisettes

Un jour férié, des placards un poil dégarnis, et une envie de petite chose un peu briochée, au goût d’amande et de noisette… L’envie initiale était celle d’une belle brioche à la mie moelleuse. Mais voilà : sans farine blanche, sans levure de boulanger (ni levain d’ailleurs), et sans huile (plus d’huile, c’est dire si on était désemparé…), c’était point trop possible. Heureusement, je me suis souvenue des exquises bouchées spiralées de Marie, des bouchées au tahin et aux noix, que j’avais faites avec de la farine bise (T80), et de la poudre à lever (celle que l’on utilise pour les gâteaux). Sauvée, j’étais ! Il m’a suffi de remplacer l’huile… par de la purée d’amande blanche, le tahin par de la purée de noisette, et les noix par un mélange de noisettes et amandes, pour obtenir le résultat espéré ! La garniture, mélange de purée de noisette onctueuse, de sucre qui craque légèrement sous la dent, et d’amandes et noisettes torréfiées, c’est quelque chose…

**

Petite digression, en passant, sur les ingrédients. Vous êtes nombreux à me demander si vous pouvez remplacer le lait de soja par du lait de vache, la purée d’amande par du beurre… Si vous me lisez depuis un peu de temps, vous savez que ma démarche consiste notamment à détourner un certain nombre de recettes « classiques » en utilisant des ingrédients non conventionnels. Si ça marche dans ce sens-là, ça marche forcément dans l’autre aussi… Donc bien sûr, vous pouvez utiliser lait de vache, beurre, sucre « normal »… Si vous me demandez la différence, c’est facile : différence de texture (vous obtiendrez certainement plus de moelleux), de goût (la vache et l’amande ne goûtent pas tout à fait pareil !), et de qualités nutritionnelles (soja, amande = bons acides gras ; lait de vache, beurre = acides gras saturés). Donc, c’est au choix du client !

Spirales aux noisettes et aux amandes

Spirales gourmandes aux amandes et noisettes

Pour 12 spirales

250 g de farine de blé T80
1 oeuf
5 càs de sucre blond de canne
1 pincée de sel
5g de poudre à lever
100g de yaourt (j’ai choisi du yaourt de brebis à la grecque)
80g de purée d’amande blanche
2 belles poignées d’amandes et de noisettes mélangées
Purée de noisette (ou tartinade de votre choix)

Pour la pâte, verser dans un saladier la farine, la levure, 2 càs de sucre, et le sel. Dans un bol, battre le blanc d’oeuf avec le yaourt et la purée d’amande. Verser ce mélange sur la farine, mélanger puis pétrir pendant 5 bonnes minutes, pour obtenir une belle boule de pâte homogène. Laisser reposer pendant 20 mn. Pendant ce temps, enfourner les noisettes et les amandes à 220°C pendant 15 mn, pour qu’elles soient bien dorées. Baisser ensuite la température à 180°C. Broyer grossièrement les fruits secs à l’aide d’un hachoir électrique (ou d’un rouleau à pâtisserie), et mélanger avec le sucre restant. Etaler la pâte sur une épaisseur d’1 cm environ en formant un rectangle. Tartiner de purée de noisette sur toute la surface. Recouvrir avec les amandes et noisettes broyées. Enrouler le rectangle sur lui-même (comme un sushi !) pour former un rouleau. Couper le rouleau en tranches de 2 cm de largeur environ. Déposer sur une plaque. Dorer au jaune d’oeuf. Enfourner à 180°C pour 25 mn environ. Laisser refroidir.

**

PS : pour ceux qui se demandent (et me demandent !) régulièrement si mon blog est (au choix !) mort / arrêté / en pause… Peut-être aurez-vous bientôt l’explication de ce ralentissement momentané des programmes, mais en attendant, avez-vous déjà testé toutes les recettes archivées ? J’en doute… Alors, cherchez bien, il y a sûrement plein de recettes enfouies ici qui vous étaient sorties de la tête et que vous allez adorer tester ! ;)

Glace toute douce chocolat noisette

L’un de mes souvenirs de ces vacances 2008 demeurera sans doute cette fin d’après-midi caniculaire, lorsque je me suis débattue pendant de longues minutes avec une sorbetière. De ce combat, je suis sortie, un rouleau de scotch et quelques hurlements plus tard, couverte de crème chocolatée, bonne pour une séance de ménage et une douche.

La morale de l’histoire : si vous achetez une sorbetière, choisissez un modèle avec une ouverture (l’endroit par lequel on verse la préparation) la plus grande possible, sous peine de ne pas arriver à faire passer une préparation trop épaisse et de vous retrouver avec un bloc de glace qui bloque les pales au bout de cinq secondes à peine… Et qui dit pales bloquées dit sorbetière en folie, et cuisine repeinte façon vache en chocolat*.

Heureusement, le combat en valait la chandelle : je voulais réaliser une glace toute douce, pralinée et chocolatée, avec une base moins grasse que la crème fraîche, et ce fut mission accomplie grâce à une barquette de tofu soyeux qui passait par là.

Si vous n’avez pas de sorbetière, vous pouvez tout de même faire réaliser une délicieuse crème pralinée/chocolatée. Il faudra pour cela enlever de la liste des ingrédients le lait de soja, et laisser reposer au réfrigérateur toute une nuit ou une journée si possible.

Glace toute douce chocolat noisette

400g de tofu soyeux
100g de chocolat noir de couverture
100g de chocolat au lait de couverture
3 grosses cuillerées à soupe de purée de noisette
1 verre de lait de soja

Faire fondre le chocolat. Mixer avec le reste des ingrédients. Réserver au réfrigérateur pendant au moins 8 heures. Mettre en sorbetière et déguster. S’il en reste, elle se conserve très bien au congélateur mais je vous conseille de la sortir 20 mn avant de la déguster.

*Pour celles et ceux que cela intéresserait, la sorbetière Krups (que je possède depuis plus d’un an) est parfaite. En revanche, la Némox (j’aurais mieux fait de rester couchée le jour où je l’ai offerte à ma mère !) est une véritable horreur – et en plus, elle coûte plus cher.

Madeleines à la purée de noisette

Lorsque j’ai publié le lien vers la recette d’Estérelle, de délicieuses madeleines au miel, à la fleur d’oranger et au beurre salé, quelques voix se sont élevées pour me demander des madeleines… sans beurre. Dont acte. Mais attention ! A mon très humble avis, des madeleines sans beurre, ce ne sont plus vraiment des madeleines… C’est un peu comme le quatre-quart ou le palet breton : c’est un bon beurre (salé) qui leur donne ce goût si inimitable. Et du coup, j’en fais très peu souvent.

Alors voici, pour les madeleines du quotidien, une version bien allégée en cholestérol et 100% noisettes ! Cette base de pâte est d’ailleurs exploitable sous d’autres formes : muffins, financiers, etc. Elle contient de la purée de noisette (100% noisettes broyées), qui donne une saveur pralinée incomparable, et du sirop d’agave.

Quésaco le sirop d’agave et je trouve ça où, me demandez-vous ? Comme la purée de noisette, et comme d’habitude pour mes ingrédients chouchou, dans les magasins bio. Tiré d’une plante, ce sirop (qui ressemble à du miel très clair et très liquide) a un goût très doux et un pouvoir sucrant plus élevé que le sucre. ll est essentiellement composé de fructose. J’aime beaucoup l’utiliser à la place du sucre dans nombre de recettes : entremets (là où le sucre complet donne une couleur brune, le sirop d’agave ne teinte pas), pâtes à gâteaux, mais aussi nappage pour les salades de fruits (mélangé à un peu d’eau de rose ou bien de fleur d’oranger…).

madeleinesnoisettes.jpg

Madeleines à la purée de noisettes

2 oeufs
100 grammes de purée de noisettes
70 grammes de sirop d’agave
100 grammes de farine de blé T65
1 c. à café de poudre levante
2 c. à soupe de lait végétal

Battre les oeufs en omelette. Dans une casseroles sur feu doux, mélanger le sirop d’agave et la purée de noisette jusqu’à ce qu’ils soient bien mous. Ajouter les oeufs, la farine, la poudre à lever et le lait végétal. Mélanger. Placer au réfrigérateur pendant au moins deux heures (ou faire la veille). Préchauffer le four à 220°C. Enfourner pendant 6 minutes. Baisser à 180°C et cuire pendant 4 à 5 minutes supplémentaires. Laisser refroidir sur une grille.

Comment utiliser les purées d’oléagineux

Les petites « récap' » sont bien utiles, me semble-t-il, pour faire le point sur certains ingrédients ou certaines façons de procéder. Elles permettent de grouper un peu les réponses à de nombreuses questions que je reçois et de clarifier le tout ! Certains lecteurs m’ont demandé de lister les différentes purées d’oléagineux et leurs utilisations. J’espère que cela sera utile à nombre d’entre vous !

En règle générale, il faut savoir que les purées d’oléagineux sont riches en matières grasses (comme leur nom l’indique !), mais qu’il s’agit de matières grasses en majorité polyinsaturées, ce qui signifie que non seulement elles ne sont pas néfastes à la santé, mais en plus elles sont nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. On peut donc globalement considérer que les purées d’oléagineux peuvent remplacer le beurre, l’huile ou tout autre matière grasse dans les recettes.

Bien entendu, ces purées sont plus chères qu’une plaquette de beurre ! Et c’est bien normal : il faut, pour les fabriquer, récolter des oléagineux dont la culture est soumise à des aléas climatiques importants. Il y a « des années à noisettes » et des années sans, par exemple… Leur fabrication implique un séchage et un broyage à la meule à basse température.

Je suis une fan (comme vous avez pu le remarquer !) de ces purées, et pourtant je n’ai pas besoin d’en racheter souvent car les pots me durent plusieurs mois. Ils se conservent très bien, même entamés, dans un placard à l’abri de la lumière et de la chaleur (inutile de les mettre au frigo, où les purées ont tendance à durcir). Au final, je trouve que leur utilisation permet de rationaliser l’usage des matières grasses dans les recettes : je fais moins souvent des recettes qui en impliquent, et celles-ci sont également plus « saines ».

La purée d’amande
Il en existe de la blanche et de la complète.
J’ai déjà fait une récap‘ sur le sujet, dans laquelle vous pourrez comprendre comment l’utiliser dans les pâtes à gâteaux.
En-dehors des gâteaux, vous pouvez l’utiliser dans la mayonnaise, dans le risotto, dans des entremets, notamment à base d’agar-agar, dans les brioches, dans les tartes, dans les sandwiches, dans la pâte à crumble, dans les cookies, dans les soufflés, dans des soupes veloutées aux fruits, dans des tartinades salées, etc.

Lire mon dossier réalisé pour Sat’Info

La purée de noisette
Il n’en existe qu’une seule sorte.
Je l’utilise grosso modo comme de la purée d’amande, mais moins souvent car elle donne un goût prononcé de noisette aux préparations, et s’accorde donc avec moins de choses. Cependant elle passe aussi bien avec le sucré qu’avec le salé.
Elle s’utilise très facilement dans les biscuits, les pâtes à gâteaux, dans les entremets à l’agar-agar, ou encore comme base de sauce salade (à la place de la moutarde !).

La purée de noix de cajou
Il n’en existe qu’une seule sorte.
Son goût de cajou est très riche et puissant. Je l’utilise plutôt en version salée.
On en fait des biscuits apéros, du pain, des soufflés de légumes…

La purée de cacahuètes
Il n’en existe qu’une seule sorte. Elle diffère du beurre de cacahuètes par sa composition (elle est 100% cacahuètes alors que lui contient du sucre et autres trucs ajoutés !), mais l’idée est la même.
Son goût de cacahuète est très prononcé !
On en fait bien sûr du cake à la banane (recette américaine), des tartinades de légumes, on en met un peu dans les soupes d’hiver, etc.

La purée de sésame
Il en existe de la blanche (tahin), de la semi-complète et de la complète. Il existe aussi de la purée de sésame noir, ingrédient japonisant par excellence, que l’on ne trouve pas dans les magasins bio mais plutôt dans les épiceries asiatiques.
La purée de sésame est délicieuse, très goûteuse avec une pointe d’amertume. Je la réserve généralement à des préparations salées.
La purée blanche, semi-complète ou complète est extra dans les sauces salades, qu’elle rend crémeuses et goûteuses, par exemple les sauces au yaourt ou de type vinaigrette. Elles entrent dans la composition de tartinades comme le houmous, le caviar d’aubergines ou le délicieux pâté au miso. On peut aussi en faire des sauces pour napper des viandes comme le poulet. Et enfin, des biscuits, comme les inoubliables bouchées spiralées de Marie !
Avec la noire, on peut faire des truffes, des pannacotta, des biscuits…

Pour ce qui est des producteurs, ils sont nombreux et je n’en ai pas un à recommander en particulier. Vous les trouverez tous dans les magasins d’alimentation biologique.

Peut-on les faire soi-même ?
C’est en effet possible, mais j’avoue n’avoir jamais essayé. Pascale donne une recette, illustrée d’une très belle photo, de purée d’amande blanche. Virginie explique également la technique. Toute la question est ensuite de savoir si les purées obtenues ainsi au mixeur électrique après une utilisation de près d’une heure et un échauffement de l’appareil sont nutritionnellement aussi intéressantes que les purées broyées à la meule à faible température. Vaste débat :)

D’autres récap’ :

Tout savoir sur l’agar-agar
Utiliser la purée d’amande dans les gâteaux

Gâteaux à la crème de noisettes et aux fruits de fin d’été

Demain, c’est la rentrée… « ma » rentrée en tout cas ! Je m’apprête à quitter fébrilement mes vacances, mes si longues, mes si chères vacances, pour me glisser à nouveau dans le train-train quotidien… Comme Marcel dans « La gloire de mon père », si triste de quitter sa bastide des collines, je clos petit à petit le chapitre de mon été.

Aujourd’hui, chaque chose que j’effectue sent « la der des der » : dernier petit-déj des vacances, dernière balade en montagne, dernière partie de bowling virtuel, dernier petit tour dans le jardin pour vérifier si des fois, il ne resterait pas une dernière framboise… Chaque fois, mon ventre se serre un peu plus en pensant à demain, à la rentrée ! Y’a pas à dire, j’ai beau ne plus être écolière depuis longtemps, chaque année, la rentrée, c’est pareil : la veille, j’aimerais mieux arrêter le temps…

Je sais, je sais, je pourrais aussi me réjouir d’être de retour dans ma cuisine, et par la même occasion dans la blogosphère – c’est effectivement l’un des points positifs de cette rentrée, avec d’autres réjouissances à venir. Espérons qu’elles suffiront à contrebalancer la rentrée et son cortège de moins bonnes choses ;)

Disons qu’on va positiver, et essayer de prolonger un peu les bienfaits des vacances… Bon, le bronzage ne tiendra pas bien longtemps, c’est sûr, mais on continuera les longues promenades du soir, les parties de raquettes même sans la plage, et les séances de yoga bienfaitrices. On va essayer de ne pas se laisser happer trop vite par le train-train TGV…

gateaufindete

Gâteaux à la crème de noisettes et aux fruits de fin d’été

Pour 10 gros muffins ou 6 mini cakes

250 g de farine de blé T80 (ou autre farine de votre choix)
2 cà c de poudre à lever
80 g de sucre blond de canne
50 g de purée de noisettes
1 oeuf
175 ml de lait de soja
Noisettes
Mûres, myrtilles, mirabelles…

Préchauffer le four à 180°C. Mélanger d’un côté la farine, la levure et le sucre ; et de l’autre : la purée de noisette, l’oeuf et le lait. Incorporer le second mélange dans le premier. Verser cette pâte dans des caissettes ou des moules à mini cakes. Décorer de noisettes (préalablement toastées et débarrassées de leur peau) et de fruits au choix. Enfourner pour 15 à 25 mn, selon la taille choisie. Laisser refroidir sur une grille.

PS : à tous ceux qui se sont posé la question : non, la newsletter n’est pas (tout à fait) morte ! Elle était juste partie en vacances, la bougresse… ;) Elle revient en septembre avec une chouette surprise !

Biscuits aux figues, dattes et abricots

Joyeuses Pâques à tous !

Ici, on a commencé la matinée par une chasse au trésor ! De devinette en devinette, chacun a cherché son butin dans toute la maison, en passant par le jardin. Au moins, les petits oeufs Valrhona que j’avais achetés pour l’occasion ont été amplement mérités ! [Parenthèse : pour ma part, j'ai déjà largement eu ma dose de chocolat pour cette année - exceptionnelle, s'il en est - et ma maman a fait l'excellent choix de m'offrir à la place des conserves La Belle Iloise spéciales apéros gourmands ! Merci maman !].

Comme vous pouvez vous en douter, chez Clea on n’est pas spécialement branché gigot d’agneau ni gâteau aux oeufs de Pâques. Pour l’occasion, on s’offrirait même encore un peu plus de bizarreries biogourmandes qu’à l’accoutumée ! Ma maman, au retour d’une balade, a eu la bonne idée de refaire des biscuits aux figues, mais en améliorant sensiblement la recette. Et forcément, comme d’habitude, elle a trouvé le moyen de ne pas doser et de tout mettre au pif, parce qu’elle adore embêter sa maniaque de fille quand elle regarde par dessus son épaule !! Mais bon, à deux, on a tout de même réussi à noter ça à peu près comme il faut. « A peu près », hein ;)

biscuitsfig3

Si je vous donne la variante d’une recette déjà présente sur ce blog, c’est parce que le résultat n’a vraiment plus rien à voir. La photo en témoigne. Les biscuits ici sont bien plus moelleux, moins granuleux, et ce notamment grâce à l’utilisation de jus de poires. En tout cas, ils sont toujours aussi sains, énergétiques et goûteux. En cas de coup de pompe, c’est vraiment le petit en-cas idéal !

Vous pourrez également remarquer que nous avons utilisé de la farine de noix. Eh oui, encore un nouveau truc relativement introuvable ! Mais ma maman a des tas de fournisseurs officiels de trucs du jardin, d’oeufs de la ferme et autres productions ultralocales, et donc régulièrement de nouveaux produits à tester. Que je vous dise tout de suite, ce n’est pas de la poudre de noix. Si j’ai bien compris, ce serait plutôt ce qui reste des noix une fois que l’on en a tiré toute l’huile. L’odeur est à tomber, et c’est un pur délice. C’est donc forcément plutôt rare, plutôt cher, mais si on vous en donne, au moins, vous saurez l’apprécier à sa juste valeur ! Sinon, remplacez-la par n’importe quelle autre farine dans la recette.

biscuitsfig2

Biscuits aux figues, dattes et abricots

Pour 20 biscuits

180g de fruits secs (figues, dattes et abricots à part égale)
10 à 15cl de jus de poires
40g de farine de noix
80g de farine de blé T80
1 cuillerée à soupe de purée de noisette
4 cuillerées à soupe d’huile d’olive

Dans une casserole, faire tremper les fruits secs dans le jus de poires. Porter à ébullition et laisser gonfler quelques minutes.
Pendant ce temps, mixer le reste des ingrédients, puis incorporer les fruits secs ET le jus. Mixer suffisamment pour obtenir une boule de pâte qui se décolle des parois du mixeur. Préchauffer le four à 180°C. Prélever des boules de pâte et les disposer sur la plaque du four. Appuyer avec le plat de la main pour les aplatir un peu. Enfourner pour 20 minutes, puis laisser refroidir.

Petite crème au café

Attrapez le livre le plus proche, allez à la page 18 et écrivez la 4e ligne : Ca va pas, il faudrait que je déballe mes cartons, en plus ??

Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ? D&CO, samedi à 13h sur M6. A défaut de pouvoir décorer mon propre appartement – puisque je vais le quitter dans 2 mois et demi – je zieutte ceux des autres en me tortilllant de rage !

Sans vérifier, devinez quelle heure il est ? 17h30

Vérifiez, il est ? 17h14

Quel bruit entendez-vous à part celui de l’ordinateur ? Le bruit qui me rend folle depuis près d’un mois et qui rend mon appart inhabitable : celui d’une hotte de restaurant !

Quand êtes-vous sortie la dernière fois, qu’avez-vous fait ? Aujourd’hui (dimanche), entre deux radées, faire une petite balade d’une heure, salvatrice, sans quoi je serais devenue chèvre…

Que portez-vous ? Mon magnifique survêtement tout neuf de chez Décathlon à 36 euros 90 qu’on est trop bien dedans et que je regrette même de pas pouvoir mettre pour aller bosser ;) Ma copine Loli dirait que je suis un cas désespéré question mode, et elle aurait bien raison.

Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ? La petite crème au café que je viens de photographier ! Dans les yeux…

Avez-vous rêvé cette nuit ? Non, mais je rêve éveillée que mon agent immobilier périsse écrasé sous une hotte de restaurant… Oui, c’est mal ! :o)

Quand avez-vous ri la dernière fois ? En regardant le DVD du dernier spectacle de Gad Elmaleh. Ce type a un don pour mettre en relief tous les petits trucs si bêtes, mais si vrais, de la vie quotidienne.

Qu’y a-t-il sur les murs de la pièce où vous êtes ? Rien, et pour cause : vous avez envie de planter des clous, vous, pour devoir reboucher les trous dans 2 mois ??

Avez-vous vu quelque chose d’étrange aujourd’hui ? Non, je suis fascinée par mon nouveau survêtement, je ne vois plus rien d’autre…

Que pensez-vous de ce questionnaire ? Ca défoule ! Merci Lorette !

Quel est le dernier film que vous ayez vu ? Le Diable s’habille en Prada… Oui, je sais… Mais j’avais bien aimé le livre !!!

Si vous deveniez multimillionaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez ? Dans l’ordre : je ferais une OPA sur l’agence immobilière qui nous a arnaqués, afin d’en virer le boss (ça fait du bien rien que d’y penser !), PUIS je m’achèterais bien évidemment la maison de mes rêves… Toute simple, sans piscine (ça pollue), mais avec un grand terrain et surtout sans voisins (je revendique pleinement mon côté associal et je souhaite pouvoir passer ma vie en survêtement sans être dérangée !).

Dites-nous quelque chose de vous que nous ne savons pas encore : Vous savez déjà que j’ai un survêt mauve et que j’ai vu le Diable s’habille en Prada, j’estime que mon intimité est suffisamment dévoilée ;) Je ne vais pas non plus ajouter que je regarde la Star Ac’ tous les jours et que même parfois je zieute le site web pendant ma pause de midi :o)
(Même pas honte !) (Tous les cerveaux ont besoin d’un lavage quotidien – Anaik, prends-en de la graine !)

Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en-dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous ? Je créerais la première agence immobilière humaine : « Chez Clea, l’agence qui vous loge, qui vous nourrit sainement et qui ne vous frappe pas quand vous êtes déjà à terre – un concept totalement inédit ».

Aimez-vous danser ? Uniquement seule dans mon salon et avec mon nouveau survêtement :)

Georges Bush ? Bretzel

Quel serait le prénom de votre enfant si c’était une fille ? Mercotte

Et si c’était un garçon ? Doriannn

Avez-vous déjà pensé à vivre à l’étranger ? J’ai fait plus que le penser : je l’ai fait ! Deux belles années au Japon.

Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?
« J’ai testé votre petite crème au café, ça se laisse manger ! »

cremecaf_

Petite crème au café

Pour 4 petites crèmes

100 ml de café très très fort
400g de tofu soyeux
6 cuillerées à soupe de sucre blond de canne
2 cuillerées à soupe de purée de noisettes
2g d’agar agar

Mixer tous les ingrédients ensemble, sauf l’agar-agar. Ajouter ce dernier en délayant bien. Verser dans une casserole, porter à ébullition puis verser dans 4 petits récipients. Laisser refroidir et placer au frigo jusqu’au moment de servir.

Quelles sont les 4 personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ? Qui n’en veut…? Je me sens toujours extrêmement coupable de refiler un questionnaire. Que les volontaires se désignent !