Croustillant à la rhubarbe

Comment, déjà mi-juillet et toujours aucune recette de rhubarbe sur ces pages ? Mais comment cela se fait-ce ? Eh bien… En fait, c’est un secret. Mais toujours est-il que vous ne devez pas vous priver de fouiller dans les archives rhubarbe de ce blog ni de consulter les quelque 18 recettes du petit Toqué que je lui ai consacré. Cette année, je lui ai notamment fait sa fête sous la forme d’un « truc » qui n’est ni un crumble, ni une barre de céréales géante, mais qui croque, croustille, fond dans la bouche et fait aussi bien office de petit-dèj que de goûter ou dessert « consistant ».

Un must, quoi ! C’est l’occasion de tester l’association rhubarbe-cannelle-purée de noisette, dite également acidulé-épicé-rond et bon

buckle-rhubarbe

Croustillant à la rhubarbe

Pour 8  personnes

1 kg de rhubarbe
200 g de flocons d’avoine
150 g de farine de blé T80
100 g de sucre complet
2 c. à café de cannelle en poudre
80 g de purée de noisette (ou d’amande)
60 g de yaourt de brebis (ou de soja)
60 ml d’huile d’olive

Peler la rhubarbe et couper en tronçons. Mélanger dans un saladier les flocons d’avoine, la farine, le sucre et la cannelle. Incorporer la purée de noisette et mélanger à la fourchette. Incorporer de la même façon le yaourt et l’huile. Le mélange doit être un peu plus humide qu’une pâte à crumble. Tasser les 3/5e du mélange au fond d’un plat à gratin. Ajouter la rhubarbe. Émietter le reste de pâte sur la rhubarbe puis tasser légèrement. Enfourner pour 35 mn à 200 °C. Laisser tiédir avant de déguster.

Pandowdy à la rhubarbe et à l’abricot

En été, j’aime être fidèle à mes habitudes. C’est comme ça que tous les fruits estivaux qui me tombent sous la main terminent leur courte vie 1) en crumble, 2) en tarte (tatins et tartelettes autorisées sur dérogation) et 3) en crumble ou en tarte. Je n’ai rien trouvé de meilleur que les fonds de pâte ou les miettes de crumble à la saveur d’amande, de sucre blond et de vanille, imbibées du jus des fruits cuits. J’en-veux-encore !

Sauf que cette année, j’ai découvert un nouveau truc : le pandowdy. Nouveau pour moi, s’entend, parce qu’il m’arrive à moi aussi de découvrir l’eau tiède 5 ans après : le pandowdy fait partie des spécialités familiales anglo-saxonnes depuis belle lurette, avec ses copains le crumble, le crisp (frère jumeau du crumble, avec plus de trucs dedans, genre noix, flocons), ou encore le cobbler (fruits cuits sous d’élégantes cuillerées de pâte à biscuit).

La différence entre un pandowdy, un cobbler, une tarte tatin et un crumble, vous la vouliez, la voici :
- comme dans un crumble, les fruits sont cuits sous la pâte.
- comme pour une tatin, la pâte est étalée en cercle avant d’être disposée sur les fruits
- comme dans le cas du cobbler, il s’agit plus ou moins d’une pâte à biscuit
- sauf que le truc trop fun avec le pandowdy, c’est qu’aux deux tiers de la cuisson on le sort du four pour jouer avec. On casse la pâte à l’aide d’une fourchette pour l’enfoncer un peu dans les fruits et faire remonter le jus de ceux-ci. Puis, on remet au four. Et on déguste tiède, comme il se doit.

Le résultat ? Je vous laisse deviner…

Pandowdy à la rhubarbe et à l’abricot

Pour 6 personnes

Pour la pâte :
60 g d’amandes entières (ou de noisettes)
70 g de sucre de canne complet ou brun (ou 90 g de sucre blond)
100 g de farine de sarrasin, de riz complet ou de blé T80
80 g de farine d’avoine, de quinoa ou d’amarante
1 c. à café de vanille ou de cannelle en poudre
1 citron
125 g de purée d’amande (ou de noisette)
120 g de yaourt de brebis, de vache ou de soja (ou encore : ricotta, labné)

Pour la couche de fruits :
6 bâtons de rhubarbe
6 abricots
30 g de sucre de canne blond
2 c. à soupe de confiture maison (framboise ou abricot par exemple)
Vanille ou cannelle en poudre

Mixer les amandes avec le sucre pour obtenir une poudre grossière. Mélanger avec les farines et la vanille dans un saladier. Incorporer le zeste du citron, la purée d’amande et le yaourt égoutté. Former une boule. Filmer et réfrigérer pendant 30 mn au moins.
Peler la rhubarbe et couper en tronçons. Laver les abricots, dénoyauter et couper en lamelles. Disposer les fruits dans un grand plat à tarte bien profond. Saupoudrer de sucre, napper de confiture et ajouter un voile de cannelle ou de vanille. Mélanger.
Abaisser la pâte pour former un cercle un peu plus large que le moule. Déposer la pâte sur les fruits en faisant rentrer les bords dans le moule (ôter l’excédent et surgeler, ou bien faire quelques biscuits avec). Tailler une cheminée au centre. Enfourner pour 30 mn à 180 °C. Sortir du four et enfoncer par endroits la pâte dans les fruits pour faire remonter un peu de jus à la surface. Enfourner pour 20 mn supplémentaires. Laisser tiédir avant de déguster.

Notes : le résultat est rustique, peu sucré. Vous pouvez mettre plus de sucre si nécessaire.
Vivement les mirabelles pour les pandowdiser !

Le four est allumé ? Profitez-en pour enfourner un tian (alterner des rondelles de tomates, d’aubergine et de courgette dans un plat à gratin, napper d’huile d’olive, parsemer de fleur de sel et d’herbes de Provence). A enfourner pendant la précuisson et à laisser tout l’après-midi dans le four éteint. Déguster tiède ou froid, un peu écrasé sur du pain avec de la feta ou du chèvre frais.

Crumble au miel, rhubarbe, myrtille et abricot

Parce que c’est jour de fête… et parce que ce crumble était décidément trop bon pour ne pas être partagé !

Lorsque je prépare une pâte à crumble, je pèse toujours la quantité de farine, de flocons et de sucre car je suis incapable de doser à vue d’œil ce type d’ingrédient. Pour la matière grasse, en revanche, je pèse rarement : j’ajoute de bonnes cuillerées de purées d’amande blanche et des petits filets d’huile d’olive jusqu’à ce que j’obtienne un mélange qui me convienne, ni trop sec ni trop gras. Pour une fois, j’étais à court de purée d’amande et j’ai donc décidé d’utiliser du beurre (je trouve qu’il se marie délicieusement avec le miel). Au moment de saisir la bouteille d’huile d’olive pour compléter mon mélange que je trouvais légèrement trop sec, j’ai décidé d’incorporer à la place un peu de crème liquide végétale (d’avoine, en l’occurrence). Grand bien m’en a pris, c’était plus léger et cela a donné à la pâte un petit côté moelleux très agréable.

Crumble au miel, rhubarbe, myrtille et abricot

Pour 4 personnes

1 grand bol de myrtilles
3 bâtons de rhubarbe
4 abricots
80 grammes de petits flocons d’avoine
80 grammes de farine complète (blé T80, avoine…)
40 grammes de sucre complet
1 c. à café de cannelle en poudre
65 grammes de beurre
1 grosse c. à soupe de miel liquide
1 grosse c. à soupe de crème liquide végétale (avoine, amande…)

Placer les myrtilles dans un plat à gratin. Eplucher la rhubarbe, couper en tronçons et ajouter dans le plat. Ajouter également les abricots dénoyautés et coupés en 4. Dans un grand saladier, mélanger les flocons, la farine, le sucre et la cannelle. Ajouter le beurre coupé en dés et le miel liquide. Ecraser à la fourchette pour bien mélanger tous les ingrédients. Ajouter la crème et continuer à mélanger à la fourchette. On doit obtenir de belles miettes bien homogènes. Répartir ce mélange sur les fruits et enfourner pour 35 minutes à 180 °C. Servir tiède.

Crumble aux framboises

Ce crumble, il atterrit sur notre table au moins une fois par semaine. Prétexte ? Le four est allumé, ce serait dommage de pas en profiter. Réalisation ? Un peu moins de 10 minutes, épluchage compris. Framboises surgelées ? Oui, et même pas honte (d’ailleurs, elles ne viennent pas forcément du Chili ou de Bulgarie). Ça dépanne, et c’est bon.

J’adore cette base de pâte à crumble qui permet de varier avec ce que l’on a. La version amande-cannelle est extra, mais vous pouvez remplacer la cannelle par de la vanille, ou l’amande par des noisettes, des noix de cajou ou des noix tout court. La purée d’amande remplace une fois de plus le beurre. En ce moment, il m’arrive aussi de remplacer le sucre blond par du sucre bâtard tout droit venu d’Amsterdam, un peu humide et absolument délicieux. Bref, à vous de jouer avec vos fonds de placard… Vive les crumbles !

Crumble aux framboises

Pour 4 personnes

2 pommes
500g de framboises
160g de farine de blé T80
100g de sucre de canne blond
30g de poudre d’amande
2 càc de cannelle en poudre
60g de purée d’amande blanche (de préférence)
60ml d’huile de tournesol (ou olive)

Éplucher et couper les pommes en lamelles. Disposer dans le fond d’un plat à gratin et recouvrir de framboises. Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, la poudre d’amande et la cannelle. Ajouter la purée d’amande et l’huile, puis malaxer du bout des doigts pour réaliser un sable avec de gros morceaux. Disposer sur les fruits. Enfourner pour 30 à 40 mn à 180 °C.

Prunes en croûte biscuitée

Je sais pas vous, mais je suis nulle en prunes. En ce moment, on nous en donne des paniers entiers, les amis téléphonent pour qu’on viennent escalader leur prunier, on en a plein la cuisine, mais je suis incapable de vous dire de quelle variété il s’agit. Les mirabelles se confondent avec les reines-claudes, les grosses prunes violettes côtoient joyeusement les pruneaux, et l’important, c’est que c’est bon. Je n’hésite donc pas à les mélanger pour les entarter, en faire des crumbles ou de simples compotes.

Pour changer un peu, j’ai voulu faire un dessert qui ne soit ni vraiment un crumble, ni forcément un gâteau. J’ai rempli un plat à gratin de prunes dénoyautées, et je les ai recouvertes d’une pâte à biscuit moelleuse à base de noisettes et d’un voile de cannelle. Le résultat est étonnant. Si on le sert froid, la croûte est croustillante, très biscuitée. Chaude ou tiède, elle est plutôt moelleuse. J’ai réalisé quelques biscuits avec le reste de pâte, ils sont croquants et délicieux ! A tester pour changer des crumbles !

gratin-prunes

Prunes en croûte biscuitée

Pour 6 personnes

Prunes à volonté
200g de farine T80
80g de sucre brun
1 càc de cannelle en poudre
50g de noisettes
2 càs de purée de noisettes
4 càs d’huile d’olive
1 càs bombée de miel liquide
Lait végétal

Dénoyauter les prunes et placer dans un plat à gratin. Dans un cul de poule, mélanger la farine, le sucre et la cannelle. Ajouter les noisettes réduites en poudre et mélanger. Ajouter la purée de noisette, le miel et l’huile, puis mélanger du bout des doigts pour faire un sablage. Ajouter suffisamment de lait végétal pour former une boule de pâte. Émietter cette boule sur le gratin (s’il reste de la pâte, faites-en des biscuits en aplatissant des cuillerées de pâte sur la plaque du four).  Tasser légèrement. Cuire 40mn à 180 °C. Servir tiède.

Crumble aux mûres

Nul besoin pour moi de résumer l’épisode précédent, qui vous a inspiré de grands élans de compassion pour lesquels je vous remercie infiniment ! Cela va sans dire, je me sens moins seule… Au jour d’aujourd’hui, mon congèl est vide, tout propret et prêt à accueillir tout un tas de nouvelles choses : gâteaux maison en surplus, tup’ de soupes, et le contenu de la prochaine virée chez monsieur P. (pas tout de suite hein, j’ai besoin de me remettre de mes émotions !).

Avant de passer à autre chose, un dernier petit plat tout droit sorti de cette triste mésaventure : un délicieux crumble aux mûres. Je vous l’accorde, cela n’a rien de bien original, mais je le poste tout de même ici pour une bonne raison : la croûte du crumble, particulièrement réussie, à base de purée d’amande blanche et de margarine végétale… Vous m’en direz des nouvelles ! D’ailleurs, ces mûres surgelées sont vraiment succulentes, et j’en rachèterai rien que pour refaire ce crumble (pour une fois que le chéri reprend du dessert, ce serait dommage de se priver !).

crumblemures

Crumble aux mûres

Pour 6 personnes

450g de mûres surgelées
100g de framboises surgelées
200g de farine T65
100g de sucre blond de canne
2 c. à café de cannelle en poudre
60g de purée d’amande blanche
80g de margarine végétale

Verser les mûres et les framboises dans un grand plat à gratin. Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre et la cannelle. Ajouter la purée d’amande et la margarine, et malaxer avec les doigts pour bien les incorporer à la farine. On obtient des miettes sablées plus ou moins grossières. Répartir ce mélange sur les fruits et enfourner pendant 40-45 mn à 180°C.

Crumble abricots-pêches-framboises

Les framboises du jardin ne sont plus si nombreuses… Les récoltes sont maigres, comparées à l’invasion des semaines passées ! Pour profiter des framboises, il faut désormais les marier avec d’autres fruits d’été : les pêches et les abricots sont parfaits pour cela en ce moment. L’autre jour, j’ai fait une compotée trois fruits sucrée au sirop de framboises (maison !), un vrai délice. Une fois prête, on en fait des tas de choses : crumbles, mini verrines…

Pour ce qui est du crumble, j’ai longtemps cherché la recette parfaite, suffisamment croustillante sans être trop beurrée. La version 100% huile d’olive est délicieuse, mais ne permet pas d’obtenir de jolis morceaux de crumble bien croquants. Et la version tout beurre est au-dessus de mes forces ;) Cette fois-ci, j’ai testé une version trois tiers : un tiers huile, un tiers beurre, et un tiers purée d’amandes blanches. Génial ! J’ai retrouvé le côté croustillant mais sans avoir le goût du beurre, masqué par celui des amandes. Je crois que j’ai trouvé mon trio pour les crumbles d’été !

crumbleete

Crumble abricots-pêches-framboises

Pour 6 personnes

8 abricots
3 pêches blanches
2 poignées de framboises
1 giclée de sirop de framboises
150g de farine T65
150g de sucre blond de canne
50g de purée d’amandes blanches
50g de beurre doux
50g d’huile d’olive

Dénoyauter et couper les abricots, éplucher, dénoyauter et couper les pêches. Placer tous les fruits dans un plat à gratin avec le sirop et cuire 20 minutes à 180°C. Pendant ce temps, mélanger la farine et le sucre. Ajouter la purée d’amandes en remuant à la fourchette, puis le beurre coupé en dés en malaxant avec les doigts. Enfin, ajouter l’huile et finir de malaxer le mélange pour obtenir une sorte de sable mouillé, avec des morceaux plus ou moins gros. Etaler ce mélange sur les fruits et enfourner jusqu’à ce que le mélange soit bien doré (environ 25 minutes).

Verrines au mascarpone et à la compotée abricots-framboises-pêches

Pour 6 personnes

Procéder comme dans la recette précédente pour obtenir une compote de fruits. Réserver au frais.
Battre 2 jaunes d’oeuf avec 50g de sucre blond de canne, jusqu’à ce que le mélange mousse. Ajouter 200g de mascarpone. Battre 2 blancs en neige et incoporer délicatement au mélange. Verser dans 6 verrines et réserver au réfrigérateur pendant au moins une nuit. Au moment de servir, ajouter un peu de compotée de fruits sur le dessus.

Crumble oranges dattes

crumbleorange

Il y a des recettes qu’on fait depuis toujours, et dont on ne sait plus d’où elles viennent ni qui nous les a apprises… Il y a celles qui ont évolué au cours du temps, et qui continueront à changer au fil des modes culinaires familiales… Et puis il y a celles qu’on a goûtées quelque part, et qu’on a refait à la maison avec les moyens du bord, sans forcément obtenir le résultat espéré. Cette recette de crumble fait partie de la dernière catégorie : dégustée par ma maman lors d’un repas à la Cantine Bio à Albertville, et refaite avec succès quelque temps après. Depuis, c’est devenu une recette récurrente de nos repas du dimanche midi, à servir tiède, pour apprécier pleinement le mélange des saveurs. Pour changer des crumbles classiques (et néanmoins délicieux !) ! Toute son originalité tient dans le mélange agrumes/fruits secs et dans une pâte à crumble non pas à base de farine mais à base de petits flocons d’avoine. A partir de là , vous pourrez donc la faire varier à l’infini en changeant d’agrume ou de fruit sec : pamplemousse rose et figues séchées, flocons d’orge ou de quinoa, huile d’olive ou de sésame…

crumbleorange2

Crumble oranges dattes

Pour 6 personnes

6 oranges
quelques dattes, pas trop sèches, si possible fraîches
10 bonnes cuillerées à soupe de petits flocons d’avoine
4 cuillerées à soupe de sirop d’érable ou de sucre complet
3 cuillerées à soupe d’huile d’olive

Peler les oranges à vif, et chaque quartier en deux. Mettre dans un plat à gratin. Ajouter les dattes coupées en petits morceaux, mélanger. Dans un bol, verser les flocons d’avoine, ajouter le sirop d’érable et bien remuer. Ajouter enfin l’huile d’olive, toujours en remuant. Répartir la pâte sur les oranges, et enfourner pour 20 à 30mn environ à 180°, jusqu’à ce que le crumble soit doré. Servir tiède.

Crumble au citron gourmand

En ce jour de l’Epiphanie… point de galette des rois chez moi aujourd’hui ! Rappelez-vous, je ne sais toujours pas faire la pâte feuilletée ;) (du moins, plus pour longtemps !). Donc je me contente de mes acquis, et en l’occurrence, le crumble est un acquis que je ne me lasse pas d’exploiter. Pour ce coup-ci, attention : fans du citron, cette recette est pour vous ! Laissez-moi vous la décrire un peu : une crème au citron fondante, tiède, acide juste ce qu’il faut et qui fond dans la bouche, mêlée à la douceur des bananes, sous une pâte à crumble croquante… Hmmm, je sais pas vous, mais moi ça me donne envie de la refaire ! Bien sûr, vous pouvez la faire évoluer à votre guise en vous contentant de la crème au citron, sans autres fruits, ou bien en remplaçant les bananes par des pommes, ou tout autre fruit pas trop juteux.

crumblecitron

Crumble au citron gourmand

Pour 4 accros au citron

2 oeufs
1 cuillerée à soupe de sucre roux
30g de beurre
40ml de jus de citron
2 bananes
4 cuillerées à soupe de farine
2 cuillerées à soupe de sucre
2 cuillerées à soupe de poudre d’amandes
30g de beurre

Préparer la crème au citron : au bain-marie, battre doucement les oeufs entiers, 1 cuillerée de sucre roux, 30g de beurre, et le jus de citron, jusqu’à ce que le mélange nappe la cuillère. Dans un plat à gratin, couper les bananes en rondelles et verser dessus la crème au citron. Dans un grand bol, mélanger du bout des doigts la farine, 2 cuillerées à soupe de sucre, la poudre d’amades et le beurre. Cuire 20 mn au four à 200°.

Crumble pomme coing

crumblecoing

« Devine ce qu’on m’a donné ? », demande ma maman, une énorme cagette dans les bras… Des coings ! Voilà l’arrivage annuel qui me ravit le plus. Mes papilles entrevoient déjà les saveurs des confitures, des pâtes de coing et autres douceurs grumeleuses et sucrées dont elles vont pouvoir se régaler. Bien sûr, l’Atelier Coing a immédiatement été mis en place : essuyer (ne pas laver, sinon ça colle !), peler, couper… Faire cuire les peaux et les trognons dans l’eau pour récupérer la pectine, et mettre les morceaux de coing à cuire dans le jus. Une fois cuits, deux options : confiture et pâte de coing.
Pourquoi choisir ? Mais je vous propose, avant cela, de prélever dans la marmite l’équivalent d’un coing – pas plus, pas moins. Pour en faire un crumble surprenant et délicieux !

Crumble pomme-coing

1 coing
3 pommes
6 cuillerées à soupe de farine complète
3 cuillerées à soupe de sucre complet
3 cuillerées à soupe d’huile d’olive
1 cuillerée à café de cannelle

Préchauffer le four à 180°. Eplucher 3 pommes, les couper en morceaux et les mettre dans un plat à gratin. Ajouter le coing déjà cuit, mélanger. Dans un grand bol, mélanger la farine, le sucre et la cannelle. Ajouter l’huile d’olive et émietter le tout entre les doigts, jusqu’à ce que la consistance soit sableuse. Recouvrir les fruits du mélange et mettre au four pour 40mn environ, jusqu’à ce que le crumble soit bien doré.

Déguster chaud, tiède ou froid…!