grand_couvcoings

Coing et rhubarbe

Des publicités intempestives sont présentes depuis quelques jours sur ce blog. Leur apparition est totalement indépendante de ma volonté et liée à du piratage… Je tente de régler le problème. Merci pour votre patience et votre compréhension !

grand_couvcoingsQui dit rentrée dit nouveau livre dans les bacs… ça fait quelques années maintenant que l’adage n’est pas démenti me concernant ! Mais cette année, le petit nouveau est un peu spécial…

Si vous me lisez depuis longtemps, vous savez que j’ai déjà écrit un petit livre sur la rhubarbe, sans photos, paru dans la collection « Les Toqués du Bio ». Cette collection étant arrêtée, il a été convenu de sortir une autre version du livre, enrichie de nouvelles recettes de rhubarbe, d’un chapitre avec des recettes à base de coing et d’une autre série de recettes permettant d’utiliser, au choix, les coings ou la rhubarbe (et, entre nous soit dit, quasiment tous les fruits de nos jardins…). Et pour donner une saveur nouvelle à cette édition plus qu’enrichie, mon éditrice m’a proposé de collaborer avec Linda Louis pour signer les photos et donner sa patte à l’ambiance générale de l’ouvrage.

Vous avez dit « rêve devenu réalité ? » Je suis une fan revendiquée et de longue date du travail de Linda, que ce soit ses photos, ses écrits ou ses recettes. Et, cerise sur le gâteau, je la considère comme une précieuse amie… Voilà pour la joie de refaire un ouvrage qui n’a définitivement plus rien à voir avec le précédent petit Rhubarbe ! Linda et moi avons beaucoup échangé sur la tonalité à donner à l’ensemble, le petit plus de chaque recette, en termes de saveur comme d’esthétique. Ses photos sont un très beau mélange de son univers et du mien, j’espère qu’elle vous donneront envie de tout tester !

Vous trouverez donc dans ce livre 30 recettes de tartes, gâteaux, crumbles, tajines, chutneys, confitures, j’en passe et des muffins…

grand_fondant

Le livre est utilisable toute l’année : la rhubarbe est récoltée au printemps et à l’automne et le coing exclusivement à l’automne, mais la majorité des recettes est également réalisable avec d’autres fruits. Certaines sont de très bons basiques (tartes, crumbles, confitures, compotes…), d’autres sont des créations originales qui nous ont régalées toutes les deux (pizza briochée au coing, noix et chèvre ; salade de rhubarbe rôtie à la roquette et aux framboises ; mystère pannacotta-rhubarbe… dont la recette est téléchargeable ici-même, grâce à la « recette de la semaine » des éditions La Plage !).

grand_tarte

Coing et Rhubarbe, sortie le 28 août 2014, prix : 9,95, éditions La Plage.

Lien éditeur
Lien Decitre

fondantchataignemures1

Fondant châtaigne et fruits de fin d’été

Ca n’a pas toujours été le cas, mais j’aime bien la rentrée. Mes envies changent et se tournent vers les produits saisonniers qui commencent à pointer le bout de leur nez ou terminent leur course au meilleur de leur forme : mûres, myrtilles, figues, châtaigne, poivrons, aubergines, courges et autres potimarrons…

La rentrée sent le neuf, les habitudes à prendre ou à conserver, les tentatives de bilans ou de bonnes résolutions. Chez moi, que dire si ce n’est que cette année, rentrée rime avec adaptation. On ne sera plus trois à table tous les jours à la maison, mais tantôt deux, tantôt une. Moi et une petite demoiselle qui aime surtout les pâtes au ketchup. Ou alors moi et mon assiette, façon Solo et bio !

Ces premières semaines seront peut-être l’occasion de faire un bilan sur le contenu de ladite assiette, qui a beaucoup évolué ces dernières temps. Je suis toujours une « sans étiquette » revendiquée : j’ai la chance de n’avoir aucune allergie alimentaire et je mange tout… ce que j’aime, boudant royalement ce que je n’ai pas envie d’avaler, sans aucune envie de me justifier ! :) Je ne suis pas végétarienne, mais je ne cuisine ni viande ni poisson (pas envie, pas douée, et parfois ça ne me vient même plus à l’idée…). Je ne mange pas « sans gluten », mais il n’y a presque plus de blé dans mon assiette (sauf quand il s’agit de boulanger, parce que j’adore les mies filantes). Je ne suis pas « vegan », mais j’ai naturellement tendance à zapper les produits laitiers et les oeufs quand ils ne sont pas indispensables. Et je ne mange toujours pas « raw », parce que… là, ça ne me convient pas, tout simplement !

Dans mon assiette, on continuera donc à trouver des recettes « sans », mais surtout des recettes « avec » : et là, c’est une envie de châtaigne fondante et de mûres du jardin qui s’est transformée en un délicieux dessert sans gluten… Et surtout, portionnable, à volonté…

fondantchataignemures1

Fondant châtaigne et fruits de fin d’été

D’après une recette de Clotilde Dusoulier pour Elle à Table (décembre 2013)*

Pour 3-4 personnes

1 gros oeuf
60 g de sucre complet
120 g de yaourt (vache, brebis ou soja)
2 à 3 c. à soupe d’huile de coco ou d’olive
1 pincée de vanille en poudre
45 g de farine de châtaigne
75 g de farine de riz complet
1 c. à café de poudre à lever
100 à 200 g de mûres, de figues ou de morceaux de poires

Battre l’oeuf avec le sucre. Ajouter le yaourt, l’huile et la vanille, puis les farines mélangées avec la poudre à lever et 1 pincée de sel. Une fois la pâte homogène, incorporer les fruits et verser dans 3 ou 4 moules individuels ou bien un petit moule à cake. Cuire à 180 °C pendant 30 mn environ. Servir tiède ou froid.

* J’ai divisé les quantités par deux, n’hésitez pas à les multiplier pour remplir un moule à gâteau de 22 cm de diamètre. Dans ce cas, poursuivez la cuisson jusqu’à 40 mn.

 

pique-nique

Pique-niques d’été

Vous aussi vous passez votre été à mettre vos repas dans des boîtes et des boîtes au fond des sacs à dos ? Bon, j’admets, parfois c’est un sac à main… Mais j’ai quand même le sentiment de manger plus souvent dans des Tupperware (sans BPA of course) que dans des assiettes, ces jours-ci. Il fallait bien qu’on en cause un peu…

Quelques sources d’inspiration :

– La rubrique salades de ce blog, bien garnie !

– Ma grosse salade préférée de l’été…

pique-nique

– Toutes sortes de mélanges de légumes rôtis : aubergines/courgettes/poivrons, carotte/butternut, des gousses d’ail entières, des oignons… Tout ça mélangé avec des billes de fromage chèvre mariné, du citron confit finement émincé, des graines de courge, de chanvre ou des amandes torréfiées.

Avec « la » sauce qui tue : 2 c. à soupe de purée de sésame + de la menthe fraîchement hachée + 1 c. à café de miso blanc ou de mélasse de grenade (ou de miel, si vous n’avez rien de bizarre sous la main) + 1 c. à soupe de sauce de soja + du yaourt ou un peu d’eau pour allonger tout ça…

terrine-aubergine

– Une petite terrine à l’aubergine et au poivron, toute simple mais délicieuse.

L’aubergine est coupée en tranches, légèrement nappée d’huile d’olive, parsemée d’herbes de Provence et de sel et cuite au four sur la lèchefrite pendant une vingtaine de minutes à 180 °C. Elle est ensuite reconstituée, avec entre chaque tranche une généreuse couche de tartinade aux poivrons. Pour la réaliser, j’avais enfourné un poivron rouge entier en même temps que l’aubergine. Une fois pelé, il a été mixé avec 100g de feta, 1 poignée de noix et un peu de citron confit. Le tout est bien tassé, puis coupé en tranches.

pique-nique2

– Des rouleaux de courgette au concombre et à la menthe.

Là, il suffit de couper une petite courgette crue en fines tranches, de les tartiner de crémeux concombre menthe de la marque SOY (billet pas du tout sponsorisé, mais c’est super bon !), de rouler et de faire tenir le tout avec un pic.

fondants-pots

– Envie de dessert ? Les muffins et autres gâteaux faciles à transporter, ce n’est pas ce qui manque sur ces pages. Mais comme j’aime tester de nouveaux concepts (voire juste de vieux concepts boudés jusqu’ici !), je me suis amusée à cuire des fondants au chocolat (avec des cerises dedans au lieu des figues) dans des pots de confiture (à 160 °C, cela ne risque pas d’éclater !). Une fois refroidis, je les ai garnis d’une compotée de cerises noires, vissé le couvercle, et hop…

Bons piques-niques, et bel été ! :)

Gelée verveine menthe

Nouvelles recettes à l’agar-agar

J’ai réalisé pour Satoriz voilà quelques semaines un dossier complet consacré à l’agar-agar, que je vous invite à consulter si vous souhaitez en savoir plus sur cet ingrédient, en complément de mon article Tout savoir sur l’agar-agar (qui date un peu…).

L’agar-agar, poudre magique

L’agar-agar en cuisine

Le S.A.V. de l’agar-agar (les réponses à toutes vos questions)

N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour découvrir les recettes qui accompagnent ce dossier, elles sont particulièrement indiquées pour l’été !

Mousse de courgette au basilic
Mousse de courgette au basilic
Terrine de ratatouille au fromage de chèvre
Terrine de ratatouille au fromage de chèvre
Flan de poivrons aux légumes grillés
Flan de poivrons aux légumes grillés
Gelée verveine menthe
Gelée verveine menthe
Crème mousseuse à l'abricot
Crème mousseuse à l’abricot
Pannacotta au coulis de fraise
Pannacotta au coulis de fraise
Cheesecake végétal framboise coco
Cheesecake végétal framboise coco

(Le cheesecake végétal a été une révélation, je le classe dans le rayon « à tomber par terre » !)

Au passage, n’hésitez pas à consulter toute la liste des recettes que je réalise pour Satoriz… Il y en a beaucoup et elle est régulièrement mise à jour !

 

salade-millet

La grosse salade de l’été, version 2014

Chaque année, j’ai une salade fétiche que je fais et refais tout l’été. Ce n’est jamais deux fois la même, mais elles ont un bon air de famille ! L’an dernier, j’ai décliné le petit-épeautre sous toutes ses formes et en fonction de mes monomanies du moment… Et cette année encore, ma salade de l’été réunit une grande partie de mes addictions les plus récentes ! Présentations :

- Les antipastis : tomates séchées, aubergines et poivrons grillés marinés à l’huile d’olive se prêtent particulièrement bien aux salades où toutes les saveurs se mélangent. Soit je les fais maison (voir note sous la recette), soit je les achète en bocaux (gros craquage sur la marque « Bio Organica », en magasins bio).

- Les amandes torréfiées : toastées au four, les amandes prennent une saveur incroyable. C’est aussi le cas de tous les autres oléagineux : graines de courge, noix, noisettes, noix de cajou, tournesol, sésame… (voir note sous la recette). A consommer dans la foulée, car elles se conservent moins bien une fois toastées.

- Les légumes confits au four : dans la même veine que les antipastis, j’adore enfourner des plaques de légumes à ratatouille (tomates, aubergines, courgettes, poivrons, oignons) juste parsemés de sel et d’herbes de Provence (et nappées d’un peu d’huile pour les aubergines et les courgettes). C’est un peu la « ratatouille autrement », mais c’est aussi délicieux consommé froid, en salade… (voir note sous la recette)

- Le citron confit : ma grosse addiction du moment. Fin mai, j’ai préparé un grand bocal de citrons confits sucrés-salés en suivant la recette de Laure Kié dans son livre sur la Cuisine végétarienne (que je vous recommande chaudement – je l’ai trouvé à la fois beau et inspirant !). Mi-juin, les citrons étaient prêts… Et depuis, j’en mets partout : dans les salades, les céréales, les plats de légumes… Un petit quartier finement émincé suffit pour parfumer toute une assiette. Certes, la saison des citrons est terminée, mais vous le noterez pour le printemps prochain, pas vrai ? (voir recette ci-dessous)

- Le millet : succède au petit-épeautre au rayon de céréale chouchou de l’été. Sans gluten, sa saveur est toute douce, il cuit en moins de 30 minutes et plait à tout le monde (jusqu’ici !). Lorsque la cuisson est terminée, je lui ajoute 2 belles cuillerées de pesto génois (basilic, pignons, parmesan, huile d’olive) histoire de le parfumer, et je le sers chaud ou… en salade, donc !

salade-millet

Salade de millet, antipastis et citron confit

Pour 6 personnes

1 verre (à moutarde) de millet
2 c. à soupe de pesto
1 bocal d’aubergines marinées (280g, marque Bio Organica)
3 poivrons grillés marinés (maison ou en bocal)*
500 g de tomates cerises confites**
200 g de tofu fumé aux amandes (marque Taifun) ou tout autre tofu aromatisé (aux herbes, basilic, moutarde par exemple)
100 g de feta, de fromage de chèvre ou de parmesan en côpeaux (facultatif)
2 belles poignées d’amandes toastées au four***
3 ou 4 quartiers de citron confit maison (voir recette ci-après)
Basilic, menthe et/ou persil hachés
2 c. à soupe d’huile des poivrons
1 à 2 c. à soupe de jus de citron

Cuire le millet dans 2,5 fois son volume d’eau bouillante pendant 20 à 25 mn. Laisser gonfler à couvert pendant 5 minutes, saler et mélanger avec le pesto. Placer dans un saladier et laisser tiédir.
Préparer les légumes en les coupant en petits morceaux (aubergines, poivrons). Couper le tofu et la feta en cubes. Concasser grossièrement les amandes. Hacher le citron confit. Mélanger tous les ingrédients avec le millet. Saler et servir frais ou à température ambiante.

* Je les prépare maison. Ces temps-ci, quand je prends la peine d’allumer le four pour une tarte ou autre, j’enfourne aussi 3 poivrons entiers placés dans un plat à gratin. Lorsque leur peau est fripée et un peu noircie, je les sors du four et les laisse refroidir dans un récipient fermé en verre. Lorsqu’ils sont froids, j’enlève la peau, qui part toute seule, les membranes, les queues et les pépins. Je coupe la chair en tranches et soit je les fais mariner dans une huile d’olive, soit je les utilise tels quels dans une recette.

** Il suffit de les couper en deux et de les passer au four 20 mn sur une plaque de cuisson, parsemées de sel et des herbes de Provence.

*** En même temps que les tomates ou les poivrons, on enfourne des amandes pour une dizaines de minutes à 180 °C. Elles seront délicieusement torréfiées.

 

CItrons confits

D’après une recette de Laure Kié dans Cuisine végétarienne, éditions Mango

Pour 1 bocal de 500g

3 citrons bio
Le jus d’1 citron
2 c. à soupe de sucre de canne blond
50g de gros sel non raffiné

Ebouillanter le bocal et son couvercle. Egoutter et sécher. Laver les citrons et couper en quartiers. Déposer dans un saladier avec le gros sel. Mélanger puis placer dans le bocal avec tout le sel. Ajouter le jus du citron. Porter à ébullition 25 cl d’eau avec le sucre. Verser dans le bocal. Fermer hermétiquement. Laisser refroidir et placer au réfrigérateur. Conserver pendant 3 semaines avant de déguster. Le bocal se conserve ensuite au réfrigérateur pendant plusieurs semaines.

browniescourgette

Summer brownies

C’est le brownie version 2014 : sans beurre, sans sucre blanc, mais avec de la courgette dedans !

Le « truc » est désormais bien rôdé : un légume râpé ou en purée remplace parfaitement bien la matière grasse dans un fondant au chocolat, surtout quand on n’aime pas que ce dernier dégouline de gras…Ca marche au poil avec la betterave, le potimarron, la courge ou la courgette. Et non, on ne sent pas le goût du légume une fois le gâteau cuit, c’est promis ! Il sert simplement à apporter du volume et de la texture, en remplacement de la matière grasse et parfois de la farine.

En clair, c’est un dessert pour les amateurs de chocolat noir et de texture fondante mais plutôt dense. Le croquant des noix est incontournable et le tout rappelle vraiment le « vrai » brownie… sauf qu’on peut facilement en manger 2 ou 3 d’affilée sans que l’écoeurement ne nous guette !

browniescourgette

Brownies aux noix et courgettes râpées

Pour 8 personnes

200 g de chocolat noir à pâtisserie
180 g de courgette épluchée (1 courgette de taille moyenne)
3 oeufs
60 g de sucre complet
50 g de farine
120g de cerneaux de noix

Faire fondre le chocolat au bain-marie. Râper la courgette plus plus finement possible. Séparer les blancs des jaunes d’oeufs et battre les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit bien mousseux. Mélanger avec la farine, puis incorporer le chocolat fondu et la courgette râpée. Monter les blancs en neige avec 1 pincée de sel. Incorporer délicatement les blancs à la pâte en soulevant celle-ci à l’aide d’une spatule pour ne pas casser les blancs. Ajouter les cerneaux de noix et mélanger délicatement. Verser la pâte dans un moule carré de 20 cm de côté chemisé de papier cuisson (sinon le brownie se démoulera difficilement). Enfourner à 180 °C pour 25 mn. Laisser refroidir avant de découper en carrés.

Tofu no yogan-yaki (tofu cuit sur une pierre volcanique)

Ume no hana, le retour

Il y a une dizaine d’années de cela, j’avais fait le meilleur « repas tofu » de ma vie dans un restaurant japonais spécialisé dans la cuisine à base de caillé de soja. Il y a deux semaines, à l’occasion d’un voyage (express mais riche !) au Japon, j’ai remis le couvert dans la même chaîne de restaurants (Ume no Hana, à Tôkyô cette fois-ci).

ume1
Mise en bouche à base d’okara (« pulpe » résultant de la fabrication du lait de soja)

La preuve par l’image que le tofu n’est juste un truc carré, fade et à planquer d’urgence dans les marinades et autres mousses au chocolat. C’est aussi un truc de gourmet, un vrai de vrai…

chawanmushi
Chawanmushi (pudding salé à base d’oeuf, de dashi et de lait de soja)
Teoke Yuba (yuba en "soupe" de lait de soja à la mizuna)
Teoke Yuba (yuba en « soupe » de lait de soja à la mizuna)

Le yuba, c’est la « peau » du lait de soja qui se forme lorsqu’on le fait cailler. Cuisiné, c’est vraiment délicieux… Son goût est très doux, comme un lait de soja concentré, et sa texture fine et moelleuse.

"Sashimi" de yuba
« Sashimi » de yuba
Yuba no Kosodezushi (sushi de yuba pressé)
Yuba no Kosodezushi (sushi de yuba pressé)
Le tofu se prépare tranquillement pendant le début du repas.
Le tofu se prépare tranquillement pendant le début du repas.
Le tofu est prêt !
Le tofu est prêt !
On le déguste avec deux types de sauces : un bouillon léger aux légumes et une sauce bien relevée.
On le déguste avec deux types de sauces : un bouillon léger aux légumes et une sauce bien relevée.
Tofu no yogan-yaki (tofu cuit sur une pierre volcanique)
Tofu no yogan-yaki (tofu cuit sur une pierre volcanique)
Ebishinjo no yuba tsutsumiage (pâté de crevette frit au yuba)
Ebishinjo no yuba tsutsumiage (pâté de crevette frit au yuba)
Riz et soupe au yuba
Riz et soupe au yuba
Glace au lait de soja et sauce au sucre complet
Glace au lait de soja et sauce au sucre complet

gomadofu1-petit

Gomadofu

Du tofu qui n’en est pas… C’est une définition en creux de ce « tofu de sésame » (goma = sésame), petit plat typiquement japonais que j’ai redécouvert pendant mon (court) séjour au Japon, la semaine dernière.

Quel plaisir de retourner là-bas, d’avoir le luxe de flâner, de redécouvrir, de tout (re)goûter… Au retour, histoire de prolonger le voyage, j’ai pris le temps de refaire des recettes que j’avais presque oubliées. Le gomadofu en fait partie. C’est l’un des petits mets typiques de la « shôjin ryôri », la cuisine des monastères nippons, frugale mais raffinée.

gomadofu-petitC’est sa consistance que j’aime le plus : un peu élastique, tendre et moelleuse, elle met en valeur la saveur du sésame et peut s’accommoder en version aussi bien sucrée que salée. J’ai réalisé deux versions (une au sésame noir et une au sésame blanc), et je n’arrive pas à trancher. Si la version « sésame noir » est un peu plus douce, la version « tahin » est peut-être plus savoureuse… Bref, il faut les deux !

Pour la dégustation, j’ai testé la méthode traditionnelle (sauce à base de soja, tiges d’oignons nouveaux hachées, sésame torréfié et broyé) mais également une version sucrée, dans laquelle j’ai mélangé gomadofu, yaourt de soja vanillé, thé matcha et rondelles de banane… Pas orthodoxe mais génial au petit-déjeuner.

Si vous n’avez pas peur des expérimentations, lancez-vous ;) La consistance est surprenante mais complètement addictive. Je suis fan !

gomadofu2-petit

Gomadofu

Pour 8 minis

45g de kuzu*
15g de purée de sésame blanc (tahin)
15g de purée de sésame noir (on peut utiliser uniquement du sésame blanc ou uniquement du noir)
400 ml de lait d’avoine ou de soja
1 pincée de sel
2 c. à soupe de sauce de soja (shôyu)
2 c. à soupe de vinaigre de riz complet
1 c. à café de miel, sirop de riz ou d’agave
Sésame blond toasté
Tiges d’oignon nouveau ou ciboule

Si vous utilisez les deux couleurs de sésame, procédez en deux temps.
Délayer la moitié du kuzu dans une casserole avec un peu de lait, puis incorporer la purée de sésame blanc. Une fois le mélange bien homogène, ajouter progressivement le lait (on en utilise 200 ml dans ce cas) et le sel. Porter le mélange à légère ébullition sans jamais cesser de remuer, et poursuivre la cuisson sur feu doux pendant 5 bonnes minutes. Il est important de remuer sans cesse. Répartir la « pâte » obtenue dans 4 mini moules à muffins en silicone (ou des ramequins huilés).
Procéder de même avec la moitié du kuzu et du lait en ajoutant la purée de sésame noir.
Placer au frais pendant au moins 2 heures.
Démouler et couper en tranches ou en cubes. Préparer une sauce en mélangeant la sauce de soja, le vinaigre et le sirop. Broyer grossièrement le sésame et hacher finement les tiges d’oignon. Servir le gomadofu avec un peu de sauce et décorer d’oignon et de sésame.

gomadofu1-petit

* Kuzu, kouzou ou kudzu : ingrédient japonais indispensable dans cette recette (aucune substitution possible) ! On en trouve dans les bons magasins bio sous la marque Celnat (le mien vient de chez Satoriz). Il s’agit d’une racine réduite en poudre grossière qu’il est nécessaire de diluer dans un peu d’eau ou de lait avant usage.

+ Version « petit-dèj » : couper en tranches 4 mini gomadofus, ajouter 1 banane en morceaux et 1 yaourt de soja à la vanille mélangé avec 1 à 2 c. à café de thé matcha.

+ Version cacahuète : remplacer la purée de sésame par de la purée de cacahuète. On peut bien sûr essayer des versions amande, noisette ou noix de cajou, certainement encore meilleures avec un accompagnement « sucré » ou au petit-déjeuner.

tempeh

Tempeh sauce Satay

Bon, j’avoue : j’ai une nouvelle Bible. Et si j’en juge par les ruptures de stock chez certains revendeurs, je ne suis pas la seule : Vegan, le dernier livre de Marie Laforêt, est sorti au début du mois et il fait un véritable carton.

Vegan, c’est le cousin germain de Veggie : même format et autant de recettes, 500, soit… pas assez de toute une vie pour s’en lasser ! Sauf qu’en plus d’être végétariennes, les recettes de Marie sont végétaliennes, c’est-à-dire sans oeufs, produits laitiers et autres ingrédients d’origine animale que les végétariens consomment par ailleurs (comme le miel, par exemple).

On pourrait penser que la cuisine vegan est restrictive et ennuyeuse… Mais si on se plonge dans Vegan, on en ressort convaincu du contraire. Loin d’être limitantes, ses recettes ouvrent des tas d’horizons que même personnellement – en tant qu’addict de la cuisine bio – je n’avais jamais envisagés. Originales, gourmandes, ludiques… Ca faisait longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait cet effet-là : je l’ai rempli de marques-pages et je n’avais qu’une envie, tester !

C’est ce que j’ai fait en cuisinant des boulettes de haricots blancs aux tomates séchées, des burgers au soja et aux marrons, des nuggets de tofu, des muffins petits pois – carotte – coco, des fondants au chocolat et fruits rouges… et la recette que vous confie ici, que j’ai savourée jusqu’à la dernière cuillerée.

Si vous hésitiez encore, n’attendez plus… lisez-le, marque-pagez-le, cornez-le, tachez-le, bref, faites-en votre nouvelle Bible !

Bon, et puis, je vais vous abandonner quelques jours (pour une bonne cause qui rime avec Japon), alors en attendant n’hésitez pas à aller faire un tour du côté des recettes que je réalise pour Satoriz. En suivant ce lien, vous en verrez apparaitre de nouvelles chaque semaine. Vous pouvez également vous abonner par flux RSS. De quoi ne jamais être en manque, si manque il y avait ;)     A bientôt !

tempeh

Tempeh sauce satay

Pour 2 portions

200 g de tempeh
Sauce teriyaki (ou autre sauce pour marinade)
3 c. à soupe de beurre de cacahuète
1 c. à soupe de sauce de soja
1 c. à soupe de jus de citron vert
1 c. à café de miel ou de sirop d’agave (le miel n’est pas vegan !)
1 toute petite pointe de couteau de piment (facultatif)
1/2 c. à café de coriandre moulue
1/4 de c. à café de gingembre frais en purée
1 gousse d’ail en purée
50 à 100 ml d’eau
1 c. à café d’huile de coco
Pour la déco : noix de coco râpée, coriandre fraîchement hachée, arachides concassées…

Couper le tempeh en cubes et faire mariner plusieurs heures dans la sauce teriyaki (ou la marinade de votre choix). Dans un bol, mélanger le beurre de cacahuète avec la sauce de soja, le jus de citron vert, le sucrant liquide, le piment, la coriandre, le gingembre et l’ail. Détendre avec un peu d’eau pour obtenir une sauce nappante et onctueuse. Chauffer l’huile de coco dans une poêle et ajouter les cubes de tempeh. Faire revenir pendant 2 mn, puis verser la sauce et laisser réduire 5 mn sur feu moyen. Servir chaud avec une salade et/ou du riz basmati.

asperges-sauvages-pt

Taboulé printanier aux asperges des bois

Rentrer chez soi après deux jours d’absence et trouver dans sa boîte aux lettres une enveloppe bien dodue, garnie d’un gros bouquet d’asperges sauvages… Ce n’est pas commun, mais c’est sacrément chouette ! La généreuse expéditrice (et récolteuse) n’est autre que Linda Louis, experte ès plantes sauvages devant l’éternel.

Je n’avais jamais goûté d’asperges sauvages et j’aurais été bien incapable d’aller les cueillir toute seule. En revanche, je les ai adorées dans un taboulé 100% printanier, avec fèves, petits pois, pignons et groseilles. Vous pouvez le réaliser sans les asperges des bois, que vous pourrez remplacer par un mélange des trois saveurs qu’elles semblent réunir : artichaut, asperge et petit pois.

Merci Linda ;)

asperges-sauvages-pt

Taboulé printanier

Pour 4 personnes

1 bouquet d’asperges sauvages
Fèves pelées, petits pois écossés
1/2 verre de boulgour fin
1/4 de verre d’eau
2 c. à soupe de jus de citron
2 c. à soupe d’huile de chanvre
1 avocat
Persil, basilic
Pignons, graines de courge

Cuire les asperges des bois, les fèves et les petits pois à la vapeur pendant 5 mn. Verser le boulgour cru dans un saladier. Ajouter l’eau, le jus de citron et l’huile. Saler et mélanger. Peler l’avocat et couper en dés. Ajouter au boulgour avec les herbes ciselées. Torréfier les graines au four ou à sec dans une poêle. Mélanger au boulgour avec les fèves, les petits pois et les têtes d’asperges (conserver les queues pour un velouté). Servir à température ambiante.

#blog #recettes #bio