Moelleux au chocolat, miel et sarrasin

Il fait beau, il fait chaud, c’est le printemps, quasi l’été en fait, toussa toussa. Je suis sûre que vous avez envie de fraises, de salades composées, et d’apéros sur la terrasse. Marrant ça, moi j’ai soudainement eu envie de moelleux au chocolat.  Et d’un genre bien précis, en plus : léger mais complexe en saveurs – miel, sarrasin, chocolat.

Promis, la prochaine fois, on ressort les fraises, les maillots de bain, le régime Dukan et les pannacottas. En attendant, un peu de comfort food ne nuira pas. Et allez-y gaiement sur les goodies : noix, cranberries, morceaux de chocolat… c’est tout l’intérêt de la chose.

Moelleux au chocolat, miel et sarrasin

Pour 9 petits gâteaux ou 1 gros

2 oeufs
80 g de miel liquide
60 g d’huile d’olive
115 ml de lait de riz (ou autre lait de votre choix)
170 g de farine de sarrasin (ou un mélange de farine de châtaigne et de riz – ou de blé – par exemple)
2 c. à café de poudre à lever
30 g de cacao en poudre
Chocolat à pâtisserie concassé
Fruits secs : noix, cranberries…

Préchauffer le four à 180 °C. Dans un saladier, casser les oeufs, ajouter le miel et l’huile d’olive. Mélanger, puis incorporer le lait. Ajouter la farine, la poudre à lever et le cacao en poudre. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène, puis incorporer les garnitures choisies (chocolat concassé, cerneaux de noix, cranberries, etc.). Verser dans des moules à muffins ou dans un moule à manqué. Cuire au four pendant 15 mn (petits modèles) à 25 mn (gros gâteau). Laisser refroidir avant de démouler.

Très gros gâteau au chocolat et au gingembre

Vous qui commencez à me connaitre, vous vous doutez que je ne vais pas vous être très utile pour composer votre menu de Noël pour 12 personnes, ni vous proposer un rétroplanning pour des cadeaux gourmands qui devraient d’ailleurs déjà être prêts depuis longtemps. Si j’ai vaguement tenté de donner dans la bûche une fois ou deux, j’ai globalement toujours fait honneur à des repas alternatifs pour le 24 et le 25. Non par rébellion, mais plutôt par flemme. Les vacances de Noël sont généralement plus synonyme pour moi de lecture au coin du feu que de top-chef-masterisation aux fourneaux. Dont acte.

Je ne suis donc pas non plus une grande fan des hors séries des magazines de cuisine « spécial fêtes » (deux euphémisme). Pourtant, abonnée à Saveurs, j’ai reçu comme il se doit le numéro spéciaaaaaal, orné d’un magnifique gâteau au chocolat en couverture. Un bon gâteau qui pèse sa plaque de beurre, ses 12 oeufs et sa demi-livre de sucre. J’ai reçu le magazine courant novembre, et ce weekend, ce gâteau me hantait encore… Je suis donc passée à l’action, pour une version largement revisitée de ce Très, Très Gros Gâteau au Chocolat. Je l’ai parfumé au gingembre, mais libre à vous d’opter pour des zestes d’orange et des écorces confites, ou encore une version citron.

Très gros gâteau au chocolat et au gingembre

Pour 12 personnes

Pour la crème au gingembre :
100 g de chocolat à pâtisserie
200 g de tofu soyeux
2 c. à soupe de gingembre confit finement haché

Pour le gâteau :
250 g de farine de blé T65
1 c. à café de poudre à lever
1 c. à café de gingembre en poudre
45 g de cacao en poudre
6 œufs
10 cl de crème d’avoine liquide
150 g de sucre de canne blond*
200 ml de lait de riz

Pour la ganache :
120 g de chocolat noir à pâtisserie
6 cl de crème d’avoine liquide

Préparer la crème au gingembre. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Mixer avec le tofu soyeux. Incorporer le gingembre confit. Verser dans un saladier, couvrir et placer au réfrigérateur.
Préparer le gâteau. Mélanger la farine, la levure, le gingembre et le cacao dans un saladier. Séparer les blancs des jaunes d’œuf. Battre les jaunes avec la crème liquide et le sucre. Incorporer petit à petit la farine, en alternance avec le lait. Battre les blancs en neige avec une pincée de sel. Incorporer délicatement au mélange. Chemiser un moule à charlotte de papier cuisson et verser la pâte dans le moule. Cuire pendant 50 mn à 180 °C. Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau. Laisser refroidir. Démouler et couper en trois dans la largeur à l’aide d’un couteau à pain.
Garnir le premier tiers de gâteau de la moitié de la crème au chocolat. Déposer le deuxième tiers par-dessus et garnir du restant de crème. Couvrir avec le dernier tiers de gâteau.
Préparer la ganache. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Faire chauffer la crème liquide dans une petite casserole. Incorporer la crème au chocolat fondu en trois fois, en mélangeant vivement à chaque ajout. Napper le gâteau de ganache. Conserver au frais jusqu’au moment de servir.

* C’est un gâteau peu sucré. On peut aller jusqu’à 220 g si on aime vraiment le sucre !

***

NB : lorsque j’étais allée à Périgueux en novembre pour le salon international du livre gourmand, j’avais eu un véritable coup de coeur culinaire pour l’Izba, restaurant bio et végétarien d’inspiration russe. Daria, le cordon bleu qui officie à l’Izba, vient d’ouvrir son blog, et je vous conseille vivement de lui rendre visite. Et surtout, de tester le steak de betterave et les crêpes au fromage blanc… Tout est un régal !

Fondant au chocolat et aux pruneaux

J’ai inventé un petit jeu avec moi-même : réaliser toutes sortes de gâteaux au chocolat « alternatifs », c’est-à-dire contenant au moins un ingrédient très bizarre (pour un gâteau au chocolat, s’entend).
Dans P’tit Chef bio, j’ai testé le mélange betterave-cacao. Très amusant, avec le côté très « terre » de la betterave qui en fait un vrai gâteau rustique. Dans Variations Potimarron, c’est la purée de potimarron qui sert à remplacer le beurre pour apporter du fondant. Marié à la farine de quinoa, c’est vraiment très très concluant, pour un fondant un peu typé. Je me suis aussi pas mal amusée avec le tofu soyeux, la banane… deux expérimentations à suivre.
Mais aujourd’hui, c’est avec les pruneaux que je vous propose de composer. Je ne suis pas la première à y avoir pensé : Clotilde et Valérie Cupillard ont déjà présenté leur version de ce fondant. Le duo pruneau-chocolat noir fonctionne extrêmement bien, car le pruneau se fond et se confond avec le chocolat, apportant de la texture et une saveur naturellement sucrée qui permet de se passer de beurre et d’une bonne partie du sucre. Un fondant assez roots, plus pour après la piscine que pour un repas chic entre amis, mais définitivement adopté ici.

Fondant au chocolat et aux pruneaux

Pour 4 personnes

150 grammes de pruneaux dénoyautés
1 bol de thé
100 grammes de chocolat à pâtisserie
2 œufs
30 grammes de sucre complet (rapadura)
80 grammes de farine de blé T80
2 c. à café de poudre à lever

Faire tremper les pruneaux dans le thé pendant 1 heure environ. Égoutter et mixer. Fondre le chocolat au bain-marie. Battre les œufs avec le sucre complet. Incorporer la pulpe de pruneau et le chocolat fondu. Bien remuer, puis incorporer la farine et la poudre à lever mélangées. Verser dans un moule à cake rectangulaire bien huilé. Cuire pendant 15 minutes à 175 °C. Laisser refroidir avant de démouler.

Note : la taille du moule a son importance. Dans un moule à cake rectangulaire, le gâteau aura la bonne épaisseur pour être fondant. Si vous souhaitez utiliser un moule plus large, doublez les proportions.

Vous pourrez retrouver cette recette et plusieurs autres sur le thème des fruits secs dans le numéro en cours de Sat’Info, et sur le site internet de Satoriz.

INFO

Ventes privées EKOBO dans les boutiques EKOBO et MUSHKANE aujourd’hui et demain.

EKOBO HOME, 4 rue Herold 75001 Paris // MUSKHANE, 3 rue Pastourelle 75003 Paris

Joyeuses Pâques !

Pour l’occasion, je vous invite à lire l’article que je me suis beaucoup amusée à écrire pour Sat’Info, intitulé « Clea au pays du chocolat« … Une sacrée aventure, vous verrez ;)

Bon weekend de Pâques !

Cookies cacao et sésame blond

Puisque l’association du chocolat et du sésame blond était si convaincante dans les muffins… j’ai remis ça en version cookies ! (Note : qui saura me dire avec quelle autre association j’avais déjà réalisé des muffins et des cookies, hum ?)

C’est Florence, lectrice de mon blog, qui m’a très gentiment envoyé cette recette par e-mail, inspirée par les muffins de la dernière fois. Je l’ai testée, en y apportant quelques modifications liées au contenu de mes placards et Florence m’a donné l’autorisation de la partager avec vous. Merci à elle !

Notez qu’il a fallu qu’une amie propose de passer me voir à l’heure du goûter pour que je me mette aux fourneaux…  En ce moment, au quotidien, à part des petits pots de fruits et de légumes frais, je ne cuisine plus grand chose (ou plutôt, toujours la même chose – de la soupe -, nuance de taille, puisque nous ne mangeons tout de même pas des boîtes de conserve ni des pizzas surgelées…). Je suis en phase de procrastination pré-reprise du travail salarié. Pas envie. Grmpf. Préfère lire Elle sur mon canapé… Et puis na.

Cookies cacao et sésame blond

Pour 10 cookies

100g de farine T65
30g de radapura
2 càs de cacao en poudre
2 càs de graines de sésame blond
40g de tahin
45g de lait végétal

Mélanger la farine, le sucre, le cacao et les graines de sésame. Ajouter le tahin à la fourchette, puis le lait. Amalgamer pour former une boule. Rouler en forme de boudin, filmer et placer au réfrigérateur pendant au moins 1 heure. Découper en 10 tranchettes et enfourner pour 10mn à 220 °C. Laisser refroidir.

Note : je pense qu’avec des pépites de chocolat noir en plus, ça doit être top. Vous pouvez également torréfier le sésame avant de l’incorporer (quelques instants dans une poêle à sec).

Fondant au chocolat et aux figues

Il va bien falloir que je finisse par vous l’avouer… La maternité m’a fait aimer le chocolat. Enceinte, avec le mal de mer du soir au matin (quoi, vous n’aviez pas remarqué que je n’ai quasiment rien publié en octobre et novembre de l’année dernière ?), peu d’aliments trouvaient grâce à mes yeux. Parmi eux : le Kiri, les Krisprolls… et le chocolat ! Quand j’ai enfin retrouvé  l’appétit, j’ai délaissé les deux premiers (Thank God) mais je suis restée accro au dernier. A tel point que le cadeau qui m’a fait le plus plaisir pendant la semaine que j’ai passée à la maternité, ce sont des plaques de chocolat Côte d’Or aux petites graines envoyées par une bonne fée…

Bref, pour en revenir à nos moutons, je n’ai de cesse de faire et refaire le gâteau au chocolat mousseux de Laurence Salomon que vous connaissez tous. Croulant sous les figues en ce moment (veinarde ? Oui, je sais !), j’ai tenté une variation où elles apportent leur note fondante et leurs petites graines croquantes à un fondant vraiment très fondant.

figueschoc1

Fondant au chocolat et aux figues

Pour 4 personnes

100g de chocolat à pâtisserie
80ml de lait de riz ou de lait d’amande
1 c. à soupe rase de farine
3 c. à café de miel de lavande
1 c. à soupe bombée de purée d’amande blanche
2 oeufs
8 figues

Préchauffer le four sur 160 °C. Faire fondre le chocolat dans le lait sur feu doux. Dans un saladier, mélanger la farine, le miel, la purée d’amande et les jaunes d’oeuf. Ajouter le chocolat fondu. Battre les blancs en neige et incorporer délicatement au mélange. Dans chacun des quatre plats individuels, disposer une figue coupée en tranches. Recouvrir de l’appareil au chocolat. Décorer d’une autre figue en tranches. Enfourner pour 10 à 12mn. Laisser refroidir, conserver au réfrigérateur et servir froid.

figueschoc2

Une p’tite cuillerée pour la route ?

Chocolat bio, le nouveau livre de Laurence Salomon

Encore un petit nouveau qui m’a fait craquer… Dieu sait que je ne suis pas une grande fan de chocolat. En revanche, je suis une vraie fan de la cuisine de Laurence Salomon, dont je vous avais déjà parlé ici, et de son livre Fondre de plaisir. C’est donc un pur bonheur de la retrouver pour un deuxième opus de recettes, sur un thème qu’elle maîtrise parfaitement : les desserts au chocolat.

chocolat-bio

Pour lire le sommaire et voir quelques extraits du livre, cliquez ici.

Point commun de ces recettes : elles privilégient les ingrédients végétaux que Laurence aime tant utiliser, et elles sont à la fois simples, originales et raffinées. Les fans de chocolat vont forcément y trouver leur bonheur, mais ceux qui l’aiment un peu moins ne seront pas en reste, puisque de nombreuses compositions incluent des éléments à réaliser sans forcément utiliser de chocolat.

C’est un livre qui donne envie que le printemps arrive : ça sent Pâques !

J’ajouterai que les photos sont magnifiques (puisque signées Myriam Gauthier-Moreau !) et que les couleurs et dessins qui agrémentent le livre sont inattendus et originaux. A découvrir sans tarder !

Chocolat bio, saines tentations
Auteur : Laurence Salomon
Photographies : Myriam-Gauthier Moreau
72 pages
Prix : 9.90 euros
Dans les librairies à partir du 24 mars, mais déjà en vente sur le site de l’éditeur.

Une recette au chocolat de Laurence Salomon pour essayer : le fondant léger comme un nuage

Gâteau au chocolat mousseux de Laurence Salomon

Chose promise, chose due ! Mercotte l’a déjà partagée sur son blog vendredi dernier, mais je vous avais promis la recette du gâteau au chocolat réalisé lors de l’atelier avec Laurence Salomon, alors le voici… Je l’ai refait à la maison, pour le plus grand plaisir des chocophiles présents et, je dois dire, pour le mien aussi. Car même si je ne suis pas une grande fan de chocolat, j’aime beaucoup tout ce qui est mousseux, sans être gras pour autant, et ce gâteau est une sorte de perfection en la matière. La seule matière grasse : une cuillerée à soupe de purée d’amande, et deux jaunes d’oeuf… Le sucre ? Juste un peu de confiture d’abricot. Mais la texture, mama mia, je ne vous dis que ça ! C’est mousseux, fondant, et très corsé en chocolat.

Laurence suggère de le servir avec une petite crème d’amande : un peu de purée d’amande délayée dans du lait d’amande. Vous faites bien comme vous voulez, moi je l’ai servi nature !

Gâteau au chocolat de Laurence Salomon

Pour 4-5 personnes

100g de chocolat noir de couverture
80ml de lait d’amande*
2 oeufs
1 c. à soupe bombée de purée d’amande blanche
1 c. à soupe rase de farine T80
3 c. à café de confiture d’abricot

Préchauffer le four à 160°C. Casser le chocolat dans une casserole, ajouter le lait. Laisser fondre à feu très doux. Hors du feu, ajouter les jaunes d’oeuf, la purée d’amande, la farine et la confiture. Bien mélanger. Battre les blancs en neige souple, et incorporer délicatement au mélange. Verser dans un moule à cake (pas trop large : 20 cm de diamètre maxi – pensez à mettre du papier cuisson pour faciliter le démoulage, ou huilez-le). Enfourner pour 15 mn, pas plus. Mettre immédiatement au frais, sur le rebord d’une fenêtre par exemple. Servir bien frais.

*Si vous choisissez un autre lait, attention : le lait d’amande est naturellement doux et il est généralement sucré, donc en le remplaçant il faudra tenir compte de cette donnée, et ajouter un peu de sucre ou de confiture pour compenser.

Cookies noisettes et chocolat

OK, d’accord, j’ai dit que je n’aimais pas le chocolat. Mais je n’ai jamais dit que je n’aimais pas les cookies, et d’ailleurs, je les aime surtout quand ils sont au chocolat… Allez comprendre ! En revanche, ce n’est pas le beurre qui me fait courir après, du coup je l’ai remplacé, dans cette recette, par mon amie la purée d’amande blanche*.

* Je sens que vous allez me demander si c’est obligé qu’elle soit blanche : non, tout dépend simplement du résultat que vous voulez obtenir. Avec de la complète, les cookies seront plus « roots » qu’avec de la blanche (qui donne un résultat plus proche de celui du beurre). Et oui, avec la purée de noisette, de cacahuète, de cajou ou je ne sais, ça marche aussi.

Et bien sûr, si vous aimez le beurre, mettez du beurre !

L’avantage de cette recette, c’est que tout est prêt en moins d’une demi-heure, cuisson et léger refroidissement compris… Spécial « envie subite », donc !

Cookies noisettes et chocolat

Pour 15-20 pièces

60 g de purée d’amande blanche
60 g de sucre brun de canne
1 oeuf
75 g de farine de blé T65
1 pointe de couteau de poudre à lever
50 g de lait végétal
50 g de flocons d’avoine
Chocolat, de la couleur que vous voulez
Noisettes, amandes…

Préchauffer le four à 200°C. Battre la purée d’amande avec l’oeuf et le sucre. Ajouter la farine et la poudre à lever, puis le lait. Terminer avec les flocons d’avoine. Déposer des cuillerées de pâte bien espacées, sur la plaque du four recouverte de papier silpat ou sulfurisé. Parsemer de noisettes, amandes…, et de chocolat râpé, en pépites ou en copeaux. Enfourner pour 10 minutes. Laisser refroidir.