Archives pour la catégorie mousses

mousse-framboise

Mousses aux framboises

J’ai à la maison un exemplaire de moins-de-cinq-ans qui n’aime pas les desserts. Ou plutôt, qui n’aime pas mes desserts : crumbles, tartes aux fruits, muffins et compagnie. Non, merci maman, je préfère « juste une pomme ». Ou une boule de glace à la fraise… Argh. Déception pour celle qui rêvait de réaliser chaque semaine une fournée de muffins aux framboises ou de cookies au chocolat pour sa progéniture chérie…

Heureusement, on a trouvé un terrain d’entente : pas de crèmes à la vanille ni au chocolat, qui ne suscitent que des grimaces de dégoût, mais des mousses aux framboises, en toute saison ! Et quand une petite demoiselle vous demande des framboises en plein mois de février, et qu’il n’y a que ça pour lui faire plaisir, aucun scrupule à avoir : les framboises surgelées (bio) sont là pour ça (aussi)…

Depuis, on a refait maintes fois ces petites mousses toutes simples, toujours à quatre mains. Vu leur succès incontesté, il eût été dommage de ne pas les partager…

mousse-framboise

Mousses aux framboises

Pour 4 personnes

400 g de framboises surgelées
4 c. à soupe de sucre de canne blond ou de miel
1 c. à café rase d’agar-agar
200 g de petits suisses ou de yaourt de brebis bien épais

Mettre les framboises et le sucre dans une casserole et laisser cuire sur feu doux jusqu’à ce que les framboises soient décongelées et rendent du jus. Passer au blender. Remettre dans la casserole et ajouter l’agar-agar en pluie. Bien mélanger et porter à frémissements pendant 30 secondes. Verser les 2/3 du jus de framboise dans le blender et mixer avec les petits suisses. Répartir dans 4 récipients. Laisser légèrement tiédir le mélange restant dans la casserole (5 mn, pas plus) puis verser sur la mousse au yaourt. Laisser refroidir à température ambiante. Filmer et placer au réfrigérateur.

mousse-abricots

Mousse à l’abricot et au lait de coco

Chose promise, chose due ! Voici la petite mousse que je fais tout le temps en été, à base de bons abricots frais, de lait végétal et de purée d’amande blanche.

Côté lait, je prends celui qui me tombe sous la main : le lait de coco est parfait, mais le lait d’amande aussi, et le lait riz-épeautre-noisette de chez Bonneterre (ma nouvelle addiction, non sponsorisée !) est également tout indiqué. De même pour la purée : amande, noisette, cajou… Faites-vous plaisir, ce sera forcément bon.

A base d’agar-agar, cette mousse est prête en quelques minutes, mais il faut la préparer quelques heures avant la dégustation. La veille, par exemple… Vous avez dit « dessert rapide prêt à l’avance pour terminer le barbecue en beauté » ? Ne quittez pas !

mousse-abricots

Mousse à l’abricot et au lait de coco

Pour 4 personnes

15 abricots
200 ml de lait de coco
1 c. à soupe de purée d’amande blanche
3 c. à soupe de sirop de riz, d’agave ou de miel
3/4 de c. à café rase d’agar-agar

Couper les abricots en deux, dénoyauter et placer dans une casserole. Couvrir et laisser cuire sur feu doux avec 1 c. à soupe d’eau pendant 10 à 15 mn. Egoutter et recueillir le jus. Mixer les abricots (sans le jus) avec le lait de coco, la purée d’amande et le sirop de riz. Replacer le jus dans la casserole (150 à 200 ml environ – si vous n’en avez pas assez, compléter avec de l’eau ou du lait végétal). Ajouter l’agar-agar en pluie. Porter à frémissements tout en mélangeant, et laisser frémir pendant 1 mn. Ajouter au mélange coco-abricot et mixer de nouveau. La consistance doit être totalement lisse. Répartir dans des verrines individuelles. Laisser refroidir à température ambiante, sans couvrir. Placer au réfrigérateur pour 4h au moins avant de déguster. L’idéal est de préparer la mousse la veille.

mousse-rhubarbe

Mousses à la rhubarbe et au brebis frais

Si toi aussi, cher lecteur, tu croules sous la rhubarbe et donc sous le jus de rhubarbe (précieux résidu de la compote-qui-ne-voulait-pas-virer-à-la-soupe), voici, après la pâte à tartiner, l’option numérobis : la mousse à la rhubarbe.

Cette mousse n’a pas d’histoire. Non : elle n’est pas inspirée d’une recette tendance, elle ne contient pas d’ingrédient bizarre (De quoi ? Ça vous semble encore bizarre, l’agar-agar ? Alleeeeeez !), elle est juste le résultat d’un assemblage hâtif d’ingrédients du frigo et du placard, au moment M, instant T (pourquoi on ne dit jamais instant I ?), en ce lieu plein de surprises qu’est la cuisine de ma môman. Nous disions donc : fromage de brebis frais, miel, sirop de rhubarbe, et agar-agar. Ultra frais et delicious.

Mousses à la rhubarbe et au brebis frais

Pour 6 petites mousses ou 4 plus grosses

200 g de compote de rhubarbe
100 g de fromage de brebis frais
1 c. à soupe bien bombée de miel liquide
200 ml de jus de rhubarbe (issu de la fabrication de la compote)
1/2 c. à café d’agar-agar en poudre

Mixer la compote, le fromage frais et le miel. Dans une casserole, mélanger le jus de rhubarbe et l’agar-agar. Porter à frémissements et laisser frémir pendant 20 secondes. Verser dans le bol du blender et mixer avec le reste. Sans attendre, répartir dans les contenants individuels. Laisser refroidir à température ambiante, puis placer au réfrigérateur pendant au moins 2h. On peut faire cette recette la veille (ne pas conserver plus de 24h, sinon la consistance devient un peu aqueuse).

Pas de jus ? Remplacez-le par du lait d’amande. Je dirai pas, promis.

Mousse matcha aux poires

Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion de déguster une délicieuse crème au matcha servie avec des poires (merci Noà«lle !). J’avais trouvé l’association fameuse et dûment recopié la recette. Mais celle-ci me chiffonait un peu tout de même : elle comportait à la fois de la gélatine et beaucoup de jaunes d’oeufs. J’ai donc gardé l’idée des poires cuites et de la crème au matcha, tout en changeant la donne : ce serait un velouté mousseux au matcha, à base de tofu soyeux et de ricotta. Vous verrez, les poires enrobées de cette mousse ont une saveur toute particulière ! C’est un petit dessert idéal pour terminer un repas un peu chic en toute légèreté. Libre à vous ensuite de la décliner : avec des framboises, des copeaux de chocolat blanc… Un seul impératif : préparer le velouté la veille, pour qu’il soit bien mousseux. Mis à part ça, c’est un dessert prêt en 10 minutes comme on les aime !

poiresmatcha2

Mousse veloutée au matcha et aux poires

Pour 4 personnes

300g de tofu soyeux
10 cl d’eau
50g de sucre
1 cuillerée à café de matcha en poudre
150g de ricotta
4 poires

Peler les poires et les couper en 4. Cuire à la vapeur pendant 15 minutes. Réserver au frais.
Porter à ébullition l’eau avec le sucre. Ajouter le matcha, bien remuer et réserver.
Mixer le tofu soyeux, la ricotta et le mélange sucre + matcha. Verser dans 4 coupelles, et réserver au frais pendant 24 heures. Servir avec les morceaux de poires.

Mousse de framboises à l’huile essentielle d’ylang-ylang

Mousse de framboises à l’huile essentielle d’ylang-ylang

Pour 2 gourmands

1 bloc de tofu soyeux (400g)
125g de framboises fraîches
1 cuillerée à soupe de sirop d’agave
1 goutte (surtout pas plus !) d’huile essentielle d’ylang-ylang

Mélanger le sirop d’agave avec l’huile essentielle. Mixer tous les ingrédients. Verser dans deux petits verrines, et réfrigérer quelques heures, jusqu’au moment de servir.

Salade toute verte au blé complet

Il y a des dimanche… Où le soleil brille, où l’immeuble est calme, où souffle un petit vent tout doux… Ces jours-là , j’ai bien envie de me déconnecter du réel, et de m’offrir une journée 100% bien-être attitude (et donc forcément 100% Fraîch’Attitude aussi…).

La bien-être attitude comprend :
Une bonne séance de yoga pour délier les corps et les esprits…
Un grand bol de thé rouge pour se réveiller en douceur…
Des horaires décalés : petit-dèj à midi, repas à cinq heures…
Une sacrée dose de nature : balade dans une forêt ombragée, à la découverte d’un lac de montagne…
Ou bien de la nature un peu plus organisée : pour remplacer les sources naturelles japonaises, quelques heures aux thermes, à naviguer entre piscines et sauna en laissant l’eau faire son travail…

Mais l’eau et la paresse, ça donne faim ! Alors, pour nourrir les corps fatigués après une longue journée de détente, je nous ai préparé une salade toute verte au blé complet, aux fèves et aux petits pois pour la touche printanière, avec une jolie vinaigrette fruitée. Et comme dessert, une petite mousse de framboises à l’huile essentielle d’ylang-ylang. Essayez : une goutte d’ylang-ylang dans un dessert aux fruits rouges, et on a l’impression de croquer des fleurs !

saladeverte

Salade toute verte au blé complet

Pour 2 affamés

1 verre de blé complet
1 grosse poignée de petits pois écossés
1 petite poignée de fèves écossées
Quelques belles feuilles de salade verte
1 cuillerée à café de moutarde à la framboise
3 cuillerées à café de vinaigre à la pulpe de mangue
4 cuillerées à soupe d’huile d’olive
Un tout petit peu d’eau
Des noix de cajou grillées et salées (ce sont elles qui saleront la salade)

Mettre le blé à cuire dans trois fois son volume d’eau.
Pendant ce temps, porter une casserole d’eau à ébullition, écosser fèves et petits pois et les cuire 5 minutes dans l’eau bouillante salée. Egoutter et verser un filet d’eau fraîche dessus pour stopper la cuisson.
Laver et découper la salade.
Préparer la vinaigrette fruitée en mélangeant moutarde, vinaigre et huile, ajouter un peu d’eau si besoin.
Mélanger dans un grand saladier la salade, les petits pois, les fèves, le blé cuit et égoutté, et la vinaigrette. Ajouter les noix de cajou au moment de servir.

Mousse au chocolat sans oeufs, sans beurre

mousse2

Voici une « spéciale dédicace » pour Anne de Papilles & Pupilles, qui collecte sans relâche les recettes « sans » pour son blog allergies
Même si, en réalité, je ne l’ai pas faite en pensant à elle en premier lieu. Cette mousse magique au chocolat aurait dû être le dessert du repas du dimanche soir 22 janvier. J’avais invité mes parents à dîner… Mais une avalanche en a décidé autrement deux jours plus tôt.
Mon papa aurait fait de grands yeux en goûtant cette mousse et en apprenant qu’elle ne contenait ni oeufs, ni beurre – tous ces aliments qui lui étaient déconseillés à cause de ses problèmes de cholestérol. Depuis quelques années, il était privé, sauf circonstances exceptionnelles, de tout ce qu’il aimait : fromage, beurre, tiramisu et autres desserts gourmands… Mais ma maman et moi rivalisions de créativité pour lui confectionner des petits desserts « gourmands quand même », mais « sans »…. Le plus souvent, à base de tofu, de lait végétal, d’agar-agar…
Cette petite mousse au chocolat, recette de Valérie Cupillard, a le goût d’une « vraie », et pourtant elle ne contient que trois ingrédients : chocolat à pâtisserie, lait de soja, et tofu soyeux (plus un arôme, ici des zestes d’orange). Elle a donc le mérite d’être légère et digeste, et même… de me faire aimer un peu le chocolat !
Nul doute que mon papa l’aurait adorée, et qu’il aurait encore vu en moi une sorte de fée des desserts « bons pour le coeur »…

Mousse au chocolat « sans »

Pour 6 ramequins

400g de tofu soyeux (ne prenez pas de tofu « normal » en bloc, mais bien ce tofu un peu crémeux, que l’on trouve dans les magasins bio, sinon la mousse ne moussera pas !)
200g de chocolat à pâtisserie de très bonne qualité (70%)
un peu de lait de soja
Huile essentielle d’orange douce ou zestes d’orange non traitée (ou autre parfum au choix)

Dans une grande casserole, faire fondre le chocolat dans un fond de lait de soja. Une fois le chocolat fondu, ajouter le tofu soyeux et l’arôme, mélanger un peu puis passer au mixeur plongeur pour obtenir une consistance homogène. Verser dans 6 ramequins. La consistance est un peu liquide et c’est normal, mais elle va prendre et devenir mousseuse après quelques heures au frais. Plus vous la laisserez refroidir, meilleure elle sera. Je vous conseille de la faire la veille pour le lendemain soir. Il serait dommage de la déguster trop tôt !

Mousse pulpeuse à l’orange

La maison ensevelie sous la neige, le feu qui brûle dans la cheminée, la lumière du jour qui baisse et laisse la place à la nuit toute bleue… Qu’est-ce que ça vous évoque, à vous ?
Moi, ça me plonge en plein dans mon envie du moment : l’orange. Je suis en plein dedans ! C’est normal, me direz-vous, la neige, les odeurs d’avant Noà«l (celles qui écoeurent après Noël !) : les épices, cannelle, gingembre, girofle, et surtout les écorces d’orange… J’ai compris que j’étais rentrée dans ma période orange lorsque j’ai dévalisé le stand des Jardins de Gaïa lors d’un salon du bio. J’adore leurs thés en règle général, et j’en achète souvent au magasin bio du coin. Mais je profite d’autant plus des salons que les magasins bio ne proposent la plupart du temps qu’un assortiment limité de thés. Bref, ce jour-là , j’ai acheté uniquement des thés aromatisés à l’orange, et depuis j’en bois des litres par jour ! C’est simple, la théière est toujours pleine… D’ailleurs, j’ai découvert un mélange génial : 1/2 de lait d’amandes chaud dans 1/2 de thé rouge « Tout feu tout flamme » (aux écorces d’orange). Un pur délice !

cremepulpeuse

Mais revenons-en à nos moutons : la neige, le feu dans la cheminée, la nuit en train de tomber… et mon envie de dessert à l’orange. J’avais la chance d’en avoir trois belles sous la main. Après une brève hésitation entre la tarte et la mousse, c’est cette dernière qui a remporté mes suffrages – je me suis dit que ce serait un bon test pour mon repas du réveillon de Noà«l. Et effectivement, c’est un vrai délice. J’y ai laissé la pulpe des oranges, en plus des zestes et du jus, ce qui l’a rendue irrésistiblement pulpeuse et légère ! Je vais garder l’idée pour les desserts du réveillon, à servir en mini verres, aux côtés d’autres merveilles…

Mousse pulpeuse à l’orange

Pour 3 à 4 personnes

3 oranges non traitées
3 oeufs
3 cuillerées à soupe rases de maïzena
3 cuillerées à soupe bombées de sucre (ou plus, si l’on souhaite un dessert bien sucré)

Prélever le zeste de l’une des oranges. Presser les trois. Recueillir la pulpe. Mettre le zeste, le jus et la pulpe dans une casserole. Ajouter les jaunes d’oeufs et le sucre. Mélanger. Ajouter la maïzena tout en délayant progressivement. Faire chauffer le mélange à feu vif, en surveillant et en remuant souvent. Lorsque la crème arrive à ébullition, elle épaissit. Laisser cuire 1 mn tout en remuant. Oter du feu et laisser tiédir.
Battre les blancs d’oeuf en neige très ferme, et incorporer au mélange tiédi, sans les casser. Verser dans des verres, des coupes, ou des ramequins, selon ce que vous avez sous la main.
Le cuisinier ou la cuisinière a le droit de lécher la casserole !!!

Servir seul pour un dessert léger, ou accompagné de spéculoos pour un dessert fondant – croquant.

Recette inspirée de Marmiton.