Tempeh sauce Satay

Bon, j’avoue : j’ai une nouvelle Bible. Et si j’en juge par les ruptures de stock chez certains revendeurs, je ne suis pas la seule : Vegan, le dernier livre de Marie Laforêt, est sorti au début du mois et il fait un véritable carton.

Vegan, c’est le cousin germain de Veggie : même format et autant de recettes, 500, soit… pas assez de toute une vie pour s’en lasser ! Sauf qu’en plus d’être végétariennes, les recettes de Marie sont végétaliennes, c’est-à-dire sans oeufs, produits laitiers et autres ingrédients d’origine animale que les végétariens consomment par ailleurs (comme le miel, par exemple).

On pourrait penser que la cuisine vegan est restrictive et ennuyeuse… Mais si on se plonge dans Vegan, on en ressort convaincu du contraire. Loin d’être limitantes, ses recettes ouvrent des tas d’horizons que même personnellement – en tant qu’addict de la cuisine bio – je n’avais jamais envisagés. Originales, gourmandes, ludiques… Ca faisait longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait cet effet-là : je l’ai rempli de marques-pages et je n’avais qu’une envie, tester !

C’est ce que j’ai fait en cuisinant des boulettes de haricots blancs aux tomates séchées, des burgers au soja et aux marrons, des nuggets de tofu, des muffins petits pois – carotte – coco, des fondants au chocolat et fruits rouges… et la recette que vous confie ici, que j’ai savourée jusqu’à la dernière cuillerée.

Si vous hésitiez encore, n’attendez plus… lisez-le, marque-pagez-le, cornez-le, tachez-le, bref, faites-en votre nouvelle Bible !

Bon, et puis, je vais vous abandonner quelques jours (pour une bonne cause qui rime avec Japon), alors en attendant n’hésitez pas à aller faire un tour du côté des recettes que je réalise pour Satoriz. En suivant ce lien, vous en verrez apparaitre de nouvelles chaque semaine. Vous pouvez également vous abonner par flux RSS. De quoi ne jamais être en manque, si manque il y avait ;)     A bientôt !

tempeh

Tempeh sauce satay

Pour 2 portions

200 g de tempeh
Sauce teriyaki (ou autre sauce pour marinade)
3 c. à soupe de beurre de cacahuète
1 c. à soupe de sauce de soja
1 c. à soupe de jus de citron vert
1 c. à café de miel ou de sirop d’agave (le miel n’est pas vegan !)
1 toute petite pointe de couteau de piment (facultatif)
1/2 c. à café de coriandre moulue
1/4 de c. à café de gingembre frais en purée
1 gousse d’ail en purée
50 à 100 ml d’eau
1 c. à café d’huile de coco
Pour la déco : noix de coco râpée, coriandre fraîchement hachée, arachides concassées…

Couper le tempeh en cubes et faire mariner plusieurs heures dans la sauce teriyaki (ou la marinade de votre choix). Dans un bol, mélanger le beurre de cacahuète avec la sauce de soja, le jus de citron vert, le sucrant liquide, le piment, la coriandre, le gingembre et l’ail. Détendre avec un peu d’eau pour obtenir une sauce nappante et onctueuse. Chauffer l’huile de coco dans une poêle et ajouter les cubes de tempeh. Faire revenir pendant 2 mn, puis verser la sauce et laisser réduire 5 mn sur feu moyen. Servir chaud avec une salade et/ou du riz basmati.

Rouleaux de printemps aux légumes rôtis+ Concours « Marinades »

Comme je l’évoquais récemment, je me suis réveillée un matin en réalisant qu’une petite marinade pouvait rendre un chou-fleur sexy, et depuis je n’ai pas arrêté de faire faire trempette à tous les légumes, avant de les rôtir au four.

Comme j’ai aussi récemment réalisé que les rouleaux de printemps pouvaient être bons, finalement (pour peu qu’ils ne contiennent pas de germes de soja – situés très haut dans mon palmarès des trucs infâmes, pas très loin du surimi), j’ai forcément mixé les deux : légumes marinés, rôtis, roquette, feuille de riz, et hop, des spring rolls qui se la pètent.

Ah si, encore un truc : la petite sauce pour tremper, sans laquelle le rouleau de printemps perd tout de même 80% de son intérêt. J’adore la « charger » en trucs qui ont du goût : purée de cacahuète, miel, sauce de soja, jus de citron vert et d’orange, et gingembre râpé. Et roulez jeunesse !

Rouleaux de printemps aux légumes rôtis

Pour les légumes :
1 grosse betterave (crue)
6 carottes
3 pommes de terre
125 g de tofu
1 noix de gingembre frais
3 c. à soupe de graines de sésame blond
4 c. à soupe de coriandre hachée
1 citron jaune
2 c. à soupe d’huile d’olive

Pour les rouleaux :
1 bol de roquette
10 feuilles de riz

Pour la sauce :
2 c. à soupe de purée de cacahuète
1 c. à soupe de sauce de soja
1 petit cm de gingembre fraîchement râpé
2 c. à soupe de jus de citron vert
2 c. à soupe de jus d’orange
1 c. à café de miel
3 c. à soupe d’huile de sésame ou d’olive

Peler les légumes et détailler en bâtonnets, ainsi que le tofu. Placer dans un grand saladier. Dans un mortier, écraser le gingembre râpé et les graines de sésame. Ajouter la coriandre, le jus de citron et l’huile d’olive. Continuer à écraser pour obtenir une pâte. Verser sur les légumes et bien mélanger pour les enrober complètement. Disposer sur une plaque de cuisson. Cuire pendant 25 à 30 mn à 200 °C.
Pendant la cuisson des légumes, mélanger tous les ingrédients de la sauce. Ajouter un petit peu d’eau si le mélange n’est pas assez fluide.
Sortir les légumes du four et laisser tiédir. Préparer un plat à gratin rempli d’eau tiède. Humidifier un torchon et placer sur le plan de travail. Tremper chaque feuille de riz 30 secondes dans l’eau tiède, puis déposer sur le torchon. Lorsque la feuille est bien molle, garnir de feuilles de roquette, de bâtonnets de légume et de tofu. Replier deux extrémités vers l’intérieur et rouler à partir du bord pour former un rouleau. Préparer ainsi tous les rouleaux et servir sans attendre, avec la sauce pour tremper.

***

En bonus : 3 exemplaires du livre Marinades de Sigrid Verbert à gagner !

Pour participer, indiquez-moi en commentaire votre recette favorite de marinade, sucrée ou salée, pour n’importe quel mets (légumes, fruits, viande, poisson, tofu…). Les auteurs des 3 recettes que j’aurai le plus envie de tester gagneront un exemplaire du livre.

Attention :
- ce jeu est réservé aux personnes résidant en France métropolitaine (conditions émises par le service de presse de l’éditeur, qui se charge de l’envoi des ouvrages).
- 1 seul commentaire et 1 seule recette par personne.

Date limite de participation : vendredi 4 mai 2012 à 20h.

***

Résultats du concours

J’ai choisi trois recettes en fonction des critères suivants : 1) une marinade inédite pour moi et 2) une marinade que j’aurai à coup sûr envie d’essayer. C’est subjectif, c’est sûr !

Je ne connais aucune des trois gagnantes, aussi je leur demanderai de bien vouloir m’envoyer leur adresse postale par mail pour l’envoi des livres. Je rappelle que le jeu était réservé aux résidents de France métropolitaine – aussi, si l’une des gagnantes ne remplit pas ce critère, je devrai en sélectionner une autre…

Les recettes de marinade gagnantes :

- Marinade provençale pour pêches et abricots, de Marion : eau florale de lavande ou de thym tiédie, branche de romarin,  1 c. à soupe de miel (lavande, coriandre, thym, bruyère). Durée : 2h, puis les fruits sont rôtis au four.

- Marinade tandoori pour chou-fleur (et autres légumes) de Chloé : 1 yaourt (brebis ou vache, voire soja – on peut aussi utiliser du fromage blanc), 1 à 2 c. à café d’épices tandoori, 1/2 jus de citron, 1 c.à soupe d’huile d’olive, de l’ail écrasé, un morceau de gingembre râpé, un peu de sel, des graines de pavot. Durée : 2h, puis rôtir au four.

- Marinade de cacahuète pour le poulet, le poivron et l’avocat (ça doit aussi marcher d’enfer avec tofu et seitan) de Peggy : purée de cacahuète, huile de sésame, une pointe de citron, des oignons hachés. Durée : 2h (au frais), puis cuisson au four.

Bravo et merci à tous pour votre participation ! Le choix a été difficile…

 

Empanadas au seitan

Bon, alors comme ça, c’est la chandeleur ? Pour la peine, je vous ai fait des crêpes. En fait, non. J’en ai fait plein, mais je ne vais pas vous les servir, parce qu’en la matière, j’ai une devise : plus c’est classique, meilleur c’est. J’ai une recette de pâte à crêpes très basique (de la farine, du lait, des oeufs), dont je ne déroge pas, parce que ça me va bien comme ça. Et, en bonne bretonne d’adoption (pendant 15 jours par an, ça compte, ça, non ?), j’ai testé moult garnitures originales au possible, pour en arriver à la conclusion suivante : en fait, plus c’est simple, meilleur c’est. Et le top, c’est juste avec une cuillerée de purée de noisette dedans. Donc : pas de recette de crêpes aujourd’hui, je suis sûre que vous n’en aurez pas besoin pour enchaîner les beurre-sucre et les jambon-fromage.

En revanche, une recette d’empanadas, pour la forme. Je ne suis pas certaine que le terme soit exact (mon mexicain n’est pas au niveau de mon allemand, qui lui-même n’a jamais été über gut), mais on dira que c’était mieux que « petits chaussons » (toujours utiliser des termes exotiques pour cacher la misère, ndlr). Tout simples, comme de bonnes crêpes. Vous pouvez les customiser à loisir, remplacer le seitan par du tofu ou du poulet. Les déguster chauds, tièdes, ou froids. Voyez comme on n’est pas pénible, par ici.

Empanadas au seitan

Pour 4 personnes

Pour la pâte :
200 g de farine de blé T80
80 g de purée de noix de cajou

Pour la farce :
2 oignons
1 c. à café d’huile d’olive
250 g de seitan
1/2 bouquet de persil
30 g de raisins secs

Préparer la pâte. Mélanger la farine avec une pincée de sel. Incorporer la purée de noix de cajou et 100 ml d’eau. Former une boule et abaisser finement. Découper 12 carrés. Peler et hacher les oignons. Faire revenir dans l’huile jusqu’à coloration. Ajouter le seitan coupé en petits dés, bien mélanger puis ôter du feu. Verser dans un saladier. Saler, poivrer. Incorporer le persil haché et les raisins secs. Farcir chaque carré de pâte en disposant de la garniture sur la moitié du carré et en repliant la partie libre pour former un chausson. Cuire pendant 30 mn à 180 °C. Déguster chaud ou froid.

Seitan façon mafé

Si on inventait une série de questions « recettes de sauces » au Trivial Pursuit, nul doute que j’aurais du mal à obtenir le petit camembert convoité (d’ailleurs, puisqu’on en parle, je suis imbattable sur les séries roses et marrons, mais je sèche inévitablement sur les vertes et les oranges – c’est la vie, mes amis). Tout ça pour dire que je ne sais pas, là comme ça, lister les ingrédients d’une béarnaise, d’une sauce gribiche, et encore moins d’une sauce satay. En revanche, j’ai de vagues notions, qui tendent à me faire dire que j’ai fait une sauce aïoli si j’ai mis de l’aïl dedans, voyez le genre ?

C’est donc un peu comme ça qu’est né ce seitan « façon mafé », parce que je n’ose pas dire « sauce mafé », de peur de me faire démolir dans les commentaires par ceux qui connaissent La Vraie Recette de cette sauce d’Afrique de l’Ouest qui accompagne là-bas de nombreux plats de viande et de légumes. L’idée, c’est une petite sauce bien épaisse, à base de beurre de cacahuète, d’oignon, de concentré de tomate, de miel et de citron. Je ne sais pas si c’est 100% mafé, mais en tout c’est à 200% délicieux pour doper un peu des tranches de seitan dorées qui s’ennuyaient. A tester aussi avec du tofu, de la viande, des légumes, des céréales, ou juste comme ça sur du pain.

Seitan façon maffé

Pour 4 personnes

2 oignons
1 c. à soupe d’huile de sésame ou d’olive
75 g de purée de cacahuète
3 c. à café de concentré de tomate
1 c. à soupe de miel liquide
1 jus de citron
300 g de seitan
Pour accompagner : haricots verts, petits pois, courgettes, carottes…

Peler et émincer les oignons. Faire dorer dans l’huile. Placer dans le bol du mixeur avec la purée de cacahuète, le concentré de tomate, le miel et le jus de citron. Mixer. Placer dans une assiette creuse et ajouter le seitan coupé en bâtonnets. Laisser mariner pendant 1 à 24h. Pour la cuisson, ôter le seitan de la sauce et placer celle-ci dans un bol. Cuire le seitan dans un peu d’huile d’olive ou de sésame, jusqu’à ce qu’il soit très légèrement doré. Servir chaud en accompagnement de légumes, avec la sauce pour tremper les bâtonnets de seitan dorés.

NB : la newsletter de décembre partira bientôt, si vous voulez vous abonner c’est ici.

Tofu à la crème de citron confit et au gingembre

Un petit coup de pub ? Oui, j’assume. J’ai récemment craqué sur une gamme de produits hautement addictifs que vous risquez de recroiser de temps en temps sur ces pages… Alors, autant bien faire les présentations.

Si je vous dis qu’il s’agit de petits bocaux pleins de citron et de gingembre, je pense que je n’aurai pas besoin de me lancer dans de longs discours sur les raisons de cette toute récente addiction. J’ai particulièrement craqué sur un petit pot de crème de citron (confit au sel) et gingembre (contient également du vinaigre et des épices) et sur des achards de citron confit (citrons confits dans un mélange d’épices, d’huile et de vinaigre, recette traditionnelle de la Réunion et de Madagascar, jamais testée jusque là – shame on me). Du coup, un peu comme avec le miso et l’umebosis, je m’amuse à en mettre un peu partout : comme bases de vinaigrettes, de marinades, de sauces et de tartinades notamment. Le résultat change agréablement de l’ordinaire, et c’est exactement ce qu’il me fallait pour reprendre en douceur après de très longues vacances culinaires…

On trouve ces produits en bio sous la marque « Le Voyage de Mamabé » (et peut-être d’autres marques que je ne connais pas), petite entreprise qui propose en outre des recettes très inspirantes sur son site. C’est là que j’ai pioché l’idée de mélanger la crème de citron confit avec de la purée d’oléagineux ou de me servir des achards comme base de vinaigrette (d’ailleurs, j’ai déjà oublié comment je faisais la vinaigrette avant ça…).

Si vous ne trouvez pas ces produits, n’hésitez pas à les bricoler vous-même. Les citrons confits au sel sont faciles à faire ou à dégoter, suffit ensuite de les mixer finement, avec ou sans gingembre dedans.

Tofu à la crème de citron confit et au gingembre

Pour 2 personnes

250 g de tofu nature
1 c. à café de sauce de soja
1 c. à café d’huile de sésame
1 c. à café bombée de crème de citron confit au gingembre
3 c. à café de purée de noix de cajou ou d’amande blanche
2 c. à café de crème de soja liquide

Couper le tofu en petits pavés. Dans un plat allant au four, mélanger la sauce de soja et l’huile de sésame. Passer les morceaux de tofu dans ce mélange et faire rôtir au four (20 à 30 mn, le tofu doit être doré) ou à la poêle. Battre la crème de citron confit avec la purée de noix de cajou et la crème. Laisser refroidir le tofu et tartiner chaque petit pavé de crème au citron. Servir avec une salade composée ou en apéro.

Vous n’aimez pas le tofu ? Z’avez qu’à tartiner tout ça sur du pain grillé, c’est assez terrible – je dis ça, je dis rien…

Vinaigrette aux achards de citron confit

Pour 2 personnes

1 c. à café bombée d’achards de citron confit
1 c. à café de vinaigre de cidre
2 c. à soupe d’un mélange d’huile végétales (olive, germe de blé, colza, noix, sésame…)

Mélanger le tout, saler légèrement et utiliser sur une salade de crudités.

Seitan et champignons, sauce moutarde

Ce qu’il y a de bien, avec le seitan, c’est que l’on obtient facilement un petit plat délicieux en quelques minutes à peine. Et, contrairement à la viande, que certains aiment bleue et d’autres semelle, nul besoin de se poser la question de la cuisson, le seitan sera tendre quoi qu’il arrive ! Mais attention, choisissez-le bien : sous la marque Lima (la seule que j’ai pu tester à ce jour), le « gourmet » est bien meilleur que le « nature », un poil coriace. J’adore le préparer comme des escalopes de dinde, avec crème, moutarde à l’ancienne et champignons, puisque c’est la saison.

seitanchampignons

Seitan et champignons, sauce moutarde

Pour 3 à 4 personnes

1 gros oignon jaune
250 g de champignons de Paris frais
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
250 g de seitan
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
10 cl de crème d’avoine

Peler et émincer l’oignon. Peler les champignons en ôtant le pied terreux. Faire tremper pendant 2 minutes dans un saladier d’eau citronnée. Égoutter sur du papier absorbant puis couper en petits dés. Faire chauffer l’huile dans une poêle, ajouter l’oignon et les champignons. Laisser mijoter à couvert sur feu très doux pendant 20 minutes environ. Ajouter le seitan coupé en dés et laisser mijoter pendant 10 minutes supplémentaires. Ôter le couvercle, ajouter la moutarde et bien mélanger. Ajouter pour finir la crème d’avoine, laisser chauffer 2 minutes et servir.

D’autres recettes de seitan ?
Ma préférée, c’est la blanquette, mais le seitan au miso n’est pas mal non plus.

Burger de soja aux olives et au fromage

Pour les besoins d’un dossier réalisé pour Sat’Info sur le thème des protéines végétales, j’ai été amenée à tester pour la première fois les protéines de soja texturées. Vous savez, ces sachets que l’on trouve dans les magasins bio au rayon des flocons de céréales, et qui ressemblent un peu à des croquettes pour chien ? Avant ça, je les avais bien sagement laissées dans leur coin, peu enthousiasmée par leur appellation !

Et pourtant, elles sont extrêmement pratiques car, contrairement au tofu ou au seitan, elles n’ont pas besoin d’être conservées au frais et peuvent se conserver (hermétiquement) pendant des mois. On les a donc toujours sous la main pour les petits plats de dépannage, puisqu’il suffit de les réhydrater dans deux fois leur volume d’eau chaude ou de bouillon de légumes, pour pouvoir ensuite les utiliser.

sojaburgers

Leur aspect rappelant alors celui de la viande hachée, on n’hésitera pas à les utiliser dans des sauces « bolognaises », des lasagnes, des petits farcis, un hachis parmentier, ou encore pour confectionner des petits burgers de soja. Comme le tofu, le soja texturé est relativement fade et prend le goût des ingrédients avec lesquels on le cuisine : n’hésitez donc pas à forcer sur les herbes, les épices, le coulis de tomates.

Cliquer pour lire la suite de l’article et voir la recette des burgers de soja aux olives et au fromage

Salade de chou chinois au tofu fumé et noix

Puisque visiblement je ne suis pas la seule à apprécier les salades en hiver, je poursuis sur ma lancée ! Là, on passe du registre « fruité et vitaminé » du mélange pomme-kiwi à la vraie salade de l’hiver : le chou chinois. Il est tellement tendre qu’il est parfait à déguster cru, bien émincé, et qu’il serait presque dommage de le faire cuire.  Avec une belle sauce rose à base de vinaigre d’umebosis (préparation japonaise à base de prunes vinaigrées, à découvrir absolument !) et d’huile de noix, il est ravi qu’on ne l’ait finalement pas transformé en chou farci…

saladechoutofu

Salade de chou chinois au tofu fumé et noix

Pour 4 personnes

1/2 chou chinois
200g de tofu fumé
1 c. à soupe de tahin
2 c. à soupe d’umesu (vinaigre d’umebosis)
2 c. à soupe d’huile de noix
2 poignées de cerneaux de noix

Laver soigneusement et sécher le chou chinois. Emincer finement. Couper le tofumé en cubes et mélanger le tout dans un saladier. Dans un petit bol, délayer le tahin avec le vinaigre d’umebosis, puis l’huile de noix. Ajouter cette sauce au dernier moment et mélanger. Ajouter les noix, et servir.

Seitan misoyaki au sésame et aux mange-tout

Comme je vous le disais en début de semaine dernière, depuis mon retour du Japon, je fais une bonne cure de légumes frais, à commencer par les nombreux pois, haricots verts ou mange-tout dont le printemps nous a fait cadeau.

J’ai toujours un énorme doute en achetant des mange-tout : comment est-ce que je vais cuisiner ça ?? Généralement, ils finissent dans un risotto végétal ou bien sautés au wok en compagnie d’autres légumes à cuisson express (poivron, champignon…). Cette fois-ci, j’ai repensé à la recette de seitan misoyaki que j’ai mise au point pour mon livre Cuisiner les ingrédients japonais.

« Misoyaki » signifie « cuit au miso ». Il s’agit d’une méthode de préparation de la viande, notamment, qui consiste à la faire mariner dans un mélange de miso, de vinaigre et d’un peu de sucre (du saké aussi, si on en a), puis à la faire cuire à la poêle. Avec le tofu ou le seitan, ça marche très bien aussi, et c’est même sacrément bon. Les haricots mange-tout apportent un croquant et une fraîcheur pas du tout facultatifs dans cette recette !

Seitan misoyaki au sésame et aux mange-tout

Pour 4 personnes

250g de seitan
2 c. à soupe de miso blanc (ou du miso normal)
3 c. à soupe de vinaigre de riz
1 c. à café de sucre complet
4 belles poignées de haricots mange-tout
Sésame blond
250g de riz complet

Couper le seitan en cubes. Dans un grand bol, mélanger le miso, le vinaigre et le sucre. Ajouter le seitan, couvrir et placer au réfrigérateur pendant au moins une heure. Cuire le riz complet pendant 50 minutes et conserver au chaud. Laver et effiler les mange-tout. Dans un wok, faire chauffer un verre d’eau salée à ébullition, et y plonger les haricots. Couvrir et laisser cuire 1 minute. Egoutter et rafraîchir avec un filet d’eau froide. Réserver. Dans le wok, faire revenir le seitan + 2 bonnes cuillerées de sésame pendant 5 minutes. Ajouter les haricots et faire revenir encore 3 ou 4 minutes. Servir avec le riz complet, dans un bol par exemple.