Fondant au chocolat et aux figues

Il va bien falloir que je finisse par vous l’avouer… La maternité m’a fait aimer le chocolat. Enceinte, avec le mal de mer du soir au matin (quoi, vous n’aviez pas remarqué que je n’ai quasiment rien publié en octobre et novembre de l’année dernière ?), peu d’aliments trouvaient grâce à mes yeux. Parmi eux : le Kiri, les Krisprolls… et le chocolat ! Quand j’ai enfin retrouvé  l’appétit, j’ai délaissé les deux premiers (Thank God) mais je suis restée accro au dernier. A tel point que le cadeau qui m’a fait le plus plaisir pendant la semaine que j’ai passée à la maternité, ce sont des plaques de chocolat Côte d’Or aux petites graines envoyées par une bonne fée…

Bref, pour en revenir à nos moutons, je n’ai de cesse de faire et refaire le gâteau au chocolat mousseux de Laurence Salomon que vous connaissez tous. Croulant sous les figues en ce moment (veinarde ? Oui, je sais !), j’ai tenté une variation où elles apportent leur note fondante et leurs petites graines croquantes à un fondant vraiment très fondant.

figueschoc1

Fondant au chocolat et aux figues

Pour 4 personnes

100g de chocolat à pâtisserie
80ml de lait de riz ou de lait d’amande
1 c. à soupe rase de farine
3 c. à café de miel de lavande
1 c. à soupe bombée de purée d’amande blanche
2 oeufs
8 figues

Préchauffer le four sur 160 °C. Faire fondre le chocolat dans le lait sur feu doux. Dans un saladier, mélanger la farine, le miel, la purée d’amande et les jaunes d’oeuf. Ajouter le chocolat fondu. Battre les blancs en neige et incorporer délicatement au mélange. Dans chacun des quatre plats individuels, disposer une figue coupée en tranches. Recouvrir de l’appareil au chocolat. Décorer d’une autre figue en tranches. Enfourner pour 10 à 12mn. Laisser refroidir, conserver au réfrigérateur et servir froid.

figueschoc2

Une p’tite cuillerée pour la route ?

Velouté de courgettes et pois cassés

Les légumes de fin d’été sont encore là – plus pour longtemps… – mais l’envie de soupes en guise du repas du soir, elle, est déjà installée chez nous depuis quelques semaines. Potages légers pour commencer, ils deviennent plus consistants ces jours-ci avec l’ajout de légumineuses. J’adore ajouter des lentilles corail ou des pois cassés à mes veloutés de légumes, car ils se défont facilement et leur apportent une consistance très onctueuse. Je les choisis généralement en fonction de la couleur du légume, tout bêtement : carottes et lentilles corail, courgettes et pois cassés… Mais pourquoi pas carottes, pois cassés et lait de coco aussi, pour changer ?

Enfin, indétrônable alliée de mes petits veloutés : une bonne tartine. Cette fois-ci, de simples rondelles de courgettes crues (mais hier, c’étaient des figues) sur une tranche de pain aux céréales, couvertes d’une belle tranche de morbier et passées au four une dizaine de minutes. En s’échappant un peu sur la plaque de cuisson, le fromage fait des tuiles croustillantes… Trop bon !

soupecourgettepoiscasses

Velouté de courgettes et pois cassés

4 courgettes
1 verre de pois cassés
Lait ou crème végétal(e)
Option : 2 portions de crème de gruyère

Couper les courgettes en rondelles et placer dans une grande casserole avec les pois cassés. Couvrir d’eau à hauteur. Laisser cuire 1h à petits frémissements. Mixer en ajoutant du lait ou de la crème végétal(e), et éventuellement la crème de gruyère. Saler et servir bien chaud.

Cake au levain et fruits secs

Au printemps dernier, je vous parlais de mon levain maison… et à la fin du printemps, je bazardais ledit levain, sous prétexte qu’une semaine à la maternité, un mois et demi de nuits blanches et un déménagement plus tard, il serait bon à jeter… Croyez-vous ? Peut-être qu’il aurait tenu, après tout, qui sait ? Toujours est-il qu’un peu plus de trois mois plus tard, une bonne fée s’est penchée sur mon frigo pour y déposer un plein pot d’un levain magnifique, bulleux et très causant. Ma mission (Si je l’acceptais ? Et comment !) : le conserver pendant son voyage au Québec, pour lui en rendre à son retour. Il a déjà donné un pain si somptueux que j’ai eu envie de faire d’autres choses, à commencer par un cake au levain, recette Makanai bien sûr (la propriétaire dudit levain avait suivi ses instructions fidèlement pour donner naissance à son petit !).

Pour ce cake, je me suis inspirée du célèbre « Cake de la boulangerie savoyarde », en vente dans les magasins Satoriz. On l’achète par tranches, tellement il est riche et imposant. Tous les clients des Sato, dont je suis, le connaissent, et guettent les jours où les vendeurs en proposent quelques petits morceaux en dégustation à la caisse ! C’est un cake au levain et aux fruits secs (noisettes, amandes, raisins) dont la recette est tenue secrète, bien évidemment. On sait qu’il y a du levain, de la farine, une touche de miel… Impossible à copier, donc, mais suffisant pour s’en inspirer largement !

Ce cake est un régal, riche et très sain à la fois. Sucré presque uniquement par les fruits secs, avec une petite touche de miel. Parfait pour les randos, les goûters, les petits dèj… Bien évidemment, vous pouvez mettre les fruits secs de votre choix. J’ai modifié la recette de Flo, mais n’hésitez pas à suivre ses proportions à elle si elles vous conviennent mieux (côté sucre et huile, notamment).

cakelevain

Cake au levain et fruits secs

100g de levain mûr
3 oeufs
50ml de lait végétal (riz pour moi)
50ml d’huile végétale (olive pour moi)
50g de miel plutôt liquide (lavande pour moi)
265g de farine de blé T80
1 càc de poudre à lever
200g de fruits secs (raisins, amandes et noisettes pour moi)
1 càc de cannelle en poudre

Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre (en mélangeant farine et poudre à lever ensemble avant de les incorporer au mélange). Enfourner à 210 °C pendant 15mn puis baisser sur 180 °C et cuire 35mn. Laisser complètement refroidir. Si possible, attendre 1 ou 2 jours avant de consommer. Conserver emballé dans un torchon.

NB : je sens que vous allez me demander si on peut faire ce cake sans levain maison… La réponse, à mon avis, est non ! Qu’attendez-vous donc pour vous y mettre ? ;)

Gâteau à la farine de maïs

Lorsque j’avais découvert le livre d’Anne Brunner Recettes bio pour mes enfants, une recette en particulier m’avait intriguée : celle d’un gâteau à la farine de maïs et aux pruneaux. J’étais curieuse de voir ce que la farine de maïs, nouvellement arrivée dans mes placards, pouvait donner dans une pâte à gâteau. Le résultat m’a enthousiasmée : à mi-chemin entre le cake et le far, il rappelle un peu le gâteau de semoule de mon enfance, avec une en prime une délicate saveur de maïs. A refaire sans hésiter en variant les saveurs d’accompagnement : des pruneaux, parfait, mais pourquoi pas essayer avec des pommes, des prunes ou des figues fraîches ?

gatomais2

Gâteau à la farine de maïs

2 verres de farine de maïs
1 verre de sucre brun
1 c. à soupe d’eau de fleur d’oranger
1 c. à soupe de purée de noisette ou d’amande
1 pincée de bicarbonate (facultative)
3 oeufs
2 verres de lait végétal
10 pruneaux séchés

Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre. Verser dans un moule à manqué huilé. Cuire 40mn à 180 °C. Délicieux tiède, très bon froid aussi.

Brioche à la farine complète

Souvenez-vous… Cela fait plusieurs mois que je suis en quête de la brioche parfaite, celle qui satisfera à la fois mon palais et mon envie de cuisiner avec des produits complets. Eh bien je pense finalement l’avoir trouvée, un peu au hasard, d’ailleurs ! Un peu de farine de maïs qui traînait par là, de la farine de blé bise, du lait de riz à terminer… Je retrouve avec cette brioche le goût de celle de Biofournil que j’aime acheter de temps en temps.

A noter : cette brioche est au beurre, car je suis convaincue qu’il est indispensable, et que même toutes les purées d’amande du monde, en se donnant la main, ne permettraient pas d’obtenir une brioche digne de ce nom !

Bref, j’en suis vraiment contente, à tel point que je ne fais plus que celle-ci. D’autant que je la réalise facilement sans robot ni machine à pain, ni même trop d’huile de coude. Rapide, bon et simple, comme on aime tant !

brioche

Brioche à la farine complète

100 grammes de beurre
100 ml de lait de riz
200 grammes de farine de blé T80
100 grammes de farine de maïs
1 sachet de levure de boulanger ou 1/2 cube de levure fraîche
60 grammes de sucre de canne blond ou brun
2 oeufs
1 c. à café de sel fin

Sortir le beurre afin qu’il soit mou. Faire tiédir le lait. Dans un saladier, mélanger les farines, la levure et le sucre. Ajouter les oeufs un à un puis le lait, en mélangeant à la cuillère ou au batteur électrique (ou dans un robot, ou en MAP). Lorsque la pâte se décolle des bords, ajouter le sel et le beurre en morceaux. Lorsque la pâte se décolle à nouveau des bords et est bien homogène, laisser lever sous un torchon pendant 2 heures au moins. Transvaser dans un moule à cake ou à brioche. Laisser encore lever pendant deux bonnes heures. Cuire à 180 °C pendant 35 minutes environ. Laisser refroidir.

brioche2

Rhubarbe à la crème de spéculoos

La rhubarbe est de retour, pour ceux qui ont la chance d’en avoir dans leur jardin. Si la saison officielle de la rhubarbe est plutôt le printemps, l’option fin d’été / début d’automne est également possible, comme le prouve la belle brassée de tiges vertes et roses que l’on vient de nous apporter…

En général, avec elle, je manque cruellement d’originalité. Après tout, pourquoi s’embêter quand une simple compote, une tarte ou un bon crumble suffisent à nous régaler ? Peut-être juste pour varier un peu les plaisirs… Ce jour-là, j’étais partie pour réaliser un tiramisu tout bête, et j’ai fini par me retrouver avec une crème au mascarpone et aux spéculoos entre deux étages de compote de rhubarbe. Comment vous dire ? Des fois, ça a du bon de divaguer !

Si vous n’avez pas de rhubarbe, ne vous inquiétez pas : avec des prunes ou des figues, ce sera tout aussi délicieux.

creme-rhubarbe

Rhubarbe à la crème de spéculoos

Pour 6 verrines

4 bâtons de rhubarbe
1 c. à soupe de sucre blond
250g de mascarpone
2 oeufs
8 spéculoos

Faire cuire la rhubarbe en tronçons avec le sucre. Réserver. Détendre le mascarpone à la fourchette. Ajouter les jaunes d’oeuf et 5 spéculoos broyés. Battre les blancs en neige et incorporer délicatement. Dans des petits verres ou des bols, alterner la compote, la crème et des spéculoos émiettés. Réserver au réfrigérateur pour au moins 24h.

Blinis de courgettes

Quand vous les avez vues arriver sur les étals au printemps, vous vous êtes exclamé(e) : chouette, des courgettes ! Tout l’été, vous les avez gratinées, entartées, cruditées, carpaccisées, soupièrisées… Et puis, fin août, quand votre voisine vous en a encore offert une, vous savez, une de ces énoooooooooooormes courgettes gorgées d’eau dont on ne vient jamais vraiment à bout, là, vous vous êtes… découragé(e).

Et moi donc. Vivement les courges, non ?

Bref, si vous ne savez plus qu’en faire, que vous n’en pouvez plus des veloutés de courgettes à la cardamome, des crumbles de courgettes à la menthe, des tartes anis parmesan et des gratins, même lights, alors… faites-en des blinis ! Promis, on n’a même pas l’impression qu’on mange des courgettes, surtout si on les sert avec un yaourt de brebis battu et mélangé avec plein de fines herbes !

blinis-courgettes

Blinis de courgettes

Pour 6 personnes

4 courgettes
2 c. à café de purée d’ail
150g de farine T80
3 oeufs
20 cl de lait de soja
Persil haché

Râper les courgettes et presser avec les mains pour bien essorer. Mélanger tous les ingrédients dans un saladier. Saler. Cuire dans une poêle bien chaude et huilée, par petits tas, 5mn de chaque côté. Déguster avec un yaourt de brebis salé et battu avec des fines herbes.

Prunes en croûte biscuitée

Je sais pas vous, mais je suis nulle en prunes. En ce moment, on nous en donne des paniers entiers, les amis téléphonent pour qu’on viennent escalader leur prunier, on en a plein la cuisine, mais je suis incapable de vous dire de quelle variété il s’agit. Les mirabelles se confondent avec les reines-claudes, les grosses prunes violettes côtoient joyeusement les pruneaux, et l’important, c’est que c’est bon. Je n’hésite donc pas à les mélanger pour les entarter, en faire des crumbles ou de simples compotes.

Pour changer un peu, j’ai voulu faire un dessert qui ne soit ni vraiment un crumble, ni forcément un gâteau. J’ai rempli un plat à gratin de prunes dénoyautées, et je les ai recouvertes d’une pâte à biscuit moelleuse à base de noisettes et d’un voile de cannelle. Le résultat est étonnant. Si on le sert froid, la croûte est croustillante, très biscuitée. Chaude ou tiède, elle est plutôt moelleuse. J’ai réalisé quelques biscuits avec le reste de pâte, ils sont croquants et délicieux ! A tester pour changer des crumbles !

gratin-prunes

Prunes en croûte biscuitée

Pour 6 personnes

Prunes à volonté
200g de farine T80
80g de sucre brun
1 càc de cannelle en poudre
50g de noisettes
2 càs de purée de noisettes
4 càs d’huile d’olive
1 càs bombée de miel liquide
Lait végétal

Dénoyauter les prunes et placer dans un plat à gratin. Dans un cul de poule, mélanger la farine, le sucre et la cannelle. Ajouter les noisettes réduites en poudre et mélanger. Ajouter la purée de noisette, le miel et l’huile, puis mélanger du bout des doigts pour faire un sablage. Ajouter suffisamment de lait végétal pour former une boule de pâte. Émietter cette boule sur le gratin (s’il reste de la pâte, faites-en des biscuits en aplatissant des cuillerées de pâte sur la plaque du four).  Tasser légèrement. Cuire 40mn à 180 °C. Servir tiède.

Crumble de légumes aux noisettes

Je m’étais bien dit que je reviendrais poster ici à la rentrée… Mais je ne pensais pas que les vacances passeraient aussi vite ! Et puis la rentrée… Où ça, la rentrée ? Cette année, pour moi, pour la première fois, il n’y a pas de rentrée. Ça faisait un bail que ça ne m’était pas arrivé ! Depuis mes dernières vacances avant l’école maternelle, finalement. Ça tombe bien, cela me rapproche de mon unique préoccupation du moment : ma petite demoiselle de deux mois et demi, ses découvertes de chaque jour qui sont aussi les miennes, et toutes les petites choses du quotidien qui occupent à temps plein. Mais bon, quoi… Je suis sympa, je sais que pour les autres, la rentrée, c’est maintenant ! Alors je reviens faire un petit coucou et envoyer quelques paroles de soutien, avant de retourner à mes gazouillis du jour ;)

La recette de la rentrée, c’est un petit crumble tout simple, réalisé par ma maman un soir où il restait des carottes râpées et encore une de ces énormes courgettes du jardin d’à côté. Un crumble spécial « y’a des légumes à finir, mais y’en a marre de les manger nature ». Si vous ne connaissez pas le sérac (délicieux fromage de brebis, très frais, à la frontière entre la féta et la faisselle), utilisez un autre fromage frais (féta, petit Billy…). Mais ne zappez pas les noisettes ! Ou alors, remplacez-les par des noix de cajou…

crumble-legumes

Crumble de légumes aux noisettes

200g de sérac
5 c. à soupe de farine
2 belles poignées de noisettes
Huile d’olive
Origna
Courgettes râpées
Carottes râpées

Faire revenir les légumes râpés dans une sauteuse jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Placer dans le plat à gratin. Dans un bol, mélanger du bout des doigts le sérac, la farine et les noisettes grossièrement broyées. Emietter sur les légumes. Parsemer d’origan et aroser d’un filet d’huile d’olive. Cuire 40 mn à 180 °C. Déguster chaud, tiède ou froid.

crumble-legumes2