Archives pour la catégorie cakes salés

muffins-pois-chiches

Muffins salés à la farine de pois chiches, aux herbes aromatiques et aux fruits secs

La dernière fois que j’ai mis les orteils à la piscine, je me suis laissée aller à quelques réflexions hautement philosophiques entre deux brasses coulées. Entre autres perles : « j’ai acheté des plantes aromatiques en pot et je ne les ai toujours pas déballées » (oui, cinq jours après l’achat, ça craint, mais bon, il a pas arrêté de pleuvoir…) et « tiens, je ne me souviens même pas quand est-ce que j’ai allumé le four pour la dernière fois » (où donc est passé le temps des tartes, des crumbles et des muffins à gogo ? Aux oubliettes depuis que j’ai (re)découvert le panier vapeur…). A bien y réfléchir, ce devait être il y a trois semaines, pour faire cuire une challah au sésame noir.

D’où l’idée (géniale, non ? Il fallait bien quelques brasses pour l’aider à germer…) de déballer enfin mes pots d’herbes aromatiques et d’en couper quelques feuilles rescapées pour alimenter une pâte à muffins salée. Dans la pâte, des farines de pois chiches et de riz complet, parce que tant qu’à faire, autant se passer de gluten pour cette fois-ci (mais vous mettez bien la farine que vous voulez !). Et puis des fonds de bocaux de fruits secs, non seulement parce qu’ils apportent la note sucrée et croquante qui s’accorde si bien avec la menthe, la coriandre et le basilic frais, mais aussi parce que je suis d’humeur à vider les pots, ces temps-ci, comme s’il y avait décidément trop de choses dans mes placards. Preuve en est : je n’avais plus de lait autre que du soja-vanille (l’indispensable des yaourts maison), j’ai donc utilisé de la crème liquide d’avoine (et hop, un tétrapack de moins dans le placard). Et du fromage de brebis, pour compléter le trio fruits secs – herbes fraîches.

En gros, on y met ce qu’on veut, mais « dattes – noix – feta – menthe fraîche », c’est un accord qui dépote. Un régal, ces muffins juste tièdes, avec une petite salade… De quoi me réconcilier (un peu) avec le côté ringard des cakes et des muffins salés.

muffins-pois-chiches

Muffins salés à la farine de pois chiches, aux herbes aromatiques et aux fruits secs

Pour 8-10 gros muffins

140 g de farine de riz complet
80 g de farine de pois chiches
1 c. à café de poudre à lever
1 c. à café de sel marin
3 petits oeufs*
1 brick de 20 cl de crème liquide d’avoine*
2 c. à soupe d’huile de sésame toasté ou d’olive*
1 belle poignée d’herbes aromatiques (menthe, coriandre, basilic)
1 belle poignée de fruits secs (dattes émincées, raisins secs)
1 belle poignée de noix (noix de cajou, noix de Grenoble, pignons, amandes)
60 g de fromage de chèvre ou de brebis, frais ou sec

* Ou : 2 oeufs (pas trop petits), 50 ml d’huile d’olive et 180 ml de lait végétal.

Dans un grand saladier, mélanger les farines, la poudre à lever et le sel. Dans un bol, battre les oeufs avec la crème et l’huile. Verser dans le saladier et remuer rapidement. Ajouter les herbes finement ciselés, les fruits secs et les noix émincés et le fromage coupé en petits cubes. Mélanger et verser la pâte dans des moules à muffins. Cuire à 180 °C pendant 15 minutes.

Ces muffins sont particulièrement savoureux servis tièdes, mais on peut aussi les congeler.

 

sconesbetterave

Scones de betterave, gouda et noisettes

Je sais, je sais, le blog est quelque peu en sommeil depuis la mi-décembre… Mais promis, le temps et l’inspiration ne manqueront pas de revenir, et l’auteur de ces lignes avec !

En attendant, voici une recette déale pour utiliser un reste de betteraves cuites quand on a épuisé toutes les envies de salades, de pâtes ou de tartinades girly. La couleur des scones avant cuisson est quasi-psychédélique. Après cuisson, on n’y prête plus attention – l’odeur des noisettes grillées et du fromage fondu a comme qui dirait pris le dessus !

sconesbetterave

Scones de betterave, gouda et noisettes

Pour 4 personnes

120 g de betterave cuite
2 c. à soupe d’huile d’olive
50 g de fromage de chèvre frais
2 œufs
250 g de farine de blé
2 c. à café de poudre à lever
120 g de gouda de chèvre ou de brebis
3 poignées de noisettes

Préchauffer le four à 180 °C. Mixer la betterave avec l’huile, le fromage frais et les œufs. Ajouter la farine, la poudre à lever et 1 c. à café rase de sel. Mélanger à la fourchette jusqu’à obtention d’un mélange homogène. Couper le gouda en cubes. Incorporer les cubes de fromage et les noisettes à la pâte. Abaisser au rouleau à pâtisserie sur une épaisseur de 2 cm. Découper une douzaine de triangles. Enfourner pour 25 mn. Conserver dans une boîte hermétique et déguster sous 48h.

gateauroquette

Gâteau au yaourt à la roquette et à la tomme de chèvre

Il y a quelques semaines, j’ai dit oui pour participer à un marathon par équipe. Folle idée ? La veille du jour J, le vent s’est mis à souffler, la pluie à tomber, et la neige s’est même annoncée. Mais l’équipe était motivée, et personne ne pouvait plus se défiler… Vaille que vaille, j’ai décidé de faire des gâteaux pour nourrir les troupes.

Ça tombait bien : ça faisait des mois que j’avais entre les mains le livre Les nouveaux gâteaux au yaourt, de Céline Mennetrier, que j’avais dûment rempli de post-it « à tester ». La veille de la course, j’ai donc fait plus que tester en réalisant rien moins que trois recettes de gâteaux by Céline. Un salé : le « tout vert » à la roquette, à la tomme de chèvre et aux amandes. Un classique : le « total fruits secs », avec fruits secs trempés dans du rhum, purée d’amande et sucre complet. Et des petits moelleux très originaux, à base de clémentines entières (cuites à l’eau 20 minutes puis mixées en intégralité), de miel de châtaignier et de farine de châtaigne.

Le lendemain, la ville s’est réveillée sous 15 centimètres de neige. Inédit pour un 28 octobre ! La course a été annulée, mais les voisins ont adoré les gâteaux sucrés. Et celui à la roquette a été parfait pour accompagner un bon velouté de saison

Comme la recette du gâteau au yaourt à la roquette et à la tomme de chèvre est en ligne sur le site des éditions La Plage, je me permets de la partager également avec vous. Pour les deux autres, rendez-vous dans le livre ! Ici, elles ont été validées sans rien y changer.

Gâteau au yaourt à la roquette et à la tomme de chèvre

Pour 1 moule à cake rectangulaire

80 g de tomme de chèvre
1/2 pot d’huile d’olive
1 pot 1/2 d’amandes
2 gousses d’ail
2 grosses poignées de roquette
1 pot de yaourt de brebis (125 g)
3 oeufs
2 pots de farine de blé T80 (ou de farine de petit-épeautre)
2 c. à café rases de poudre à lever

Dans le bol du mixeur, placer la tomme coupée en dés, l’huile d’olive, la moitié des amandes, les gousses d’ail pelées et dégermées et la roquette. Mixer pour obtenir une pâte un peu grumeleuse. Hacher grossièrement les amandes restantes. Dans un saladier, mélanger le yaourt avec les oeufs, la farine, la poudre à lever et 1 pincée de sel. Incorporer la pâte à la roquette, puis les amandes. Verser dans un moule à cake et cuire pendant 40 mn à 180 °C.

Cake à la féta et aux olives noires

Je vous le disais il y a quelques longtemps : je me suis remise aux cakes salés, les vrais, les bien ringards, les ultra classiques. La version thé matcha – olives vertes est un peu l’OVNI de la liste, en général je les garnis de choses beaucoup moins exotiques, à commencer par des noisettes, des dés de jambon ou du fromage de chèvre. Bon, vous allez me dire, mais pourquoi elle nous en parle, alors ?

Juste parce que j’ai trouvé une bonne « pâte » de base, beaucoup moins grasse que la plupart des recettes habituelles, et que je me suis dit que cela pourrait vous servir, avec le printemps qui arrive, les piques-niques, les hirondelles, tout ça, tout ça, quoi… Donc après, vous pourrez mettre dedans ce que vous voudrez. Des herbes et de la féta, c’est vraiment bon. Mais le gruyère, le jambon, les graines, les noix, le tofu ou le saumon fumé, promis, ça le fait aussi.

Cake à la féta et aux olives noires

180 g de farine de blé T65
1 c. à café de poudre à lever
1 c. à café de curcuma
1 pincée de poivre noir
2 c. à soupe de basilic ciselé (frais ou surgelé)
2 c. à soupe de persil ciselé (frais ou surgelé)
3 oeufs
50 ml d’huile d’olive
60 ml de lait végétal
180 g de féta
15 olives noires dénoyautées (facultatives)

Mélanger la farine, la poudre à lever, le curcuma, le poivre et les herbes. Ajouter une bonne pincée de sel, puis les oeufs. Bien mélanger avant d’incorporer l’huile et le lait. Ajouter la féta émiettée et les olives dénoyautées. Verser dans un moule à cake chemisé de papier cuisson. Enfourner pour 45 mn à 180 °C (vérifier la cuisson en plantant un couteau). Laisser refroidir.

***


Je profite de ce message pour vous parler de Marlette ! C’est pas ma cousine, mais le nom d’une marque créée par deux soeurs, Scarlette et Margot. Elles produisent, en direct de l’île de Ré, des « prêts à l’emploi » bio qui dépannent sacrément. Pas de beurre, lait ou oeufs en poudre, pas de conservateur ni additifs dans ces préparations, mais des farines de meule, des sucres et céréales les moins transformés possibles et justement dosés. Scarlette m’a proposé de tester quelques produits de la gamme, et je me suis exécutée avec beaucoup de plaisir.

Les produits sont divisés en trois genres : pains spéciaux (pour MAP ou à la main), salé (crackers, blinis…) et sucré (un fondant au chocolat à tomber, des barres de céréales, un cake à l’épeautre…). Il faut simplement ajouter de l’eau, parfois des oeufs ou du beurre (j’ai testé avec du yaourt de brebis, de la purée d’amande et de l’huile en guise de matière grasse, ça marche aussi). J’ai craqué pour le fondant au chocolat, approuvé le cake à l’épeautre et savouré le pain au son et aux graines de fenouil.

L’intérêt ? Des préparations qui dépannent quand on manque de temps (et je peux vous dire que l’argument a pesé lourd pour moi ces dernières semaines !), mais aussi quand on n’a pas envie d’acheter, au hasard, 1 kilo de graines de fenouil ou de son d’avoine pour en utiliser deux cuillerées dans une recette de pain.
Autre intérêt ? Le packaging est super joli, je me verrais très bien offrir un bouquet de préparations bio en guise de bouquet de fleurs quand je suis invitée à dîner ;)
Un défaut ? Le prix, assez élevé (4 à 6 euros), qui fait de ces produits de chouettes cadeaux à offrir ou à se faire offrir, mais pas tous les jours, peut-être…

On les trouve dans certains points de vente, et on peut les commander sur le site de Marlette.

Cake au thé matcha et aux olives vertes

Qui dit reprise du boulot, dit retour des gamelles… Je suis donc de nouveau à la recherche de petites choses simples à emporter, vite assemblées et faciles à congeler. Alors, ringard ou pas, le cake salé fait son come-back ! Il fait partie de ce que j’appelle les « goodies pour gamelles » : des petits plus qui font plaisir quand on n’avait plus que des carottes râpées et un reste de tofu à recycler. De la même manière, je récupère régulièrement une partie de ma pâte à pain quotidienne, que je garnis, en version salée, de saumon fumé, dés de fromage, noisettes ou petites graines, pour en faire des petits pains que je congèle. Il me suffit ensuite d’en sortir un de temps en temps, quand les restes de la veille ne suffisent pas. J’en fais aussi régulièrement des sucrés (avec morceaux de chocolat, écorces d’orange confites, noisettes ou autres noix), pour les jours où le yaourt quotidien ne m’inspire pas !

Mais revenons-en à notre cake salé… Plutôt original, celui-ci, puisqu’il offre une association intéressante entre le thé matcha et les olives vertes. Le thé matcha en version salée, je ne pratique pas souvent. Pourtant, c’est vraiment fameux, cette petite saveur un peu herbeuse, un peu iodée, très fraîche et « verte ». L’idée provient d’un ancien numéro de Saveurs, mais j’ai réduit la quantité d’huile au profit du lait, pour un résultat moins gras. Je trouve que les olives ont un peu tendance à l’emporter, mais on retrouve tout de même la présence très agréable du thé matcha. Bref, un cake pour changer du « kékoton » !

Cake au thé matcha et aux olives vertes

Pour 1 cake

150 grammes de farine de blé T65
4 c. à café de thé matcha
1 c. à café de poudre à lever
1 c. à café d’herbes de Provence séchées
3 oeufs
50 ml d’huile d’olive
150 ml de lait de soja
75 grammes d’olives vertes

Mélanger la farine, le matcha, la poudre à lever, les herbes et 1 bonne pincée de sel. Ajouter les oeufs et bien mélanger. Incorporer l’huile et le lait, puis les olives (dénoyautées). Verser dans un moule à cake et cuire 45 mn à 180 °C. Laisser refroidir avant de découper.

Cake à la crème de gruyère et aux oignons caramélisés

Je fais très rarement des cakes salés. J’ai certainement dû en faire trop souvent à une époque, quand je les ai découverts… Je devais avoir une quinzaine d’années, et rien ne pouvait alors être plus fun que de varier les garnitures et de les servir en apéro ou de les emmener en pique-nique ! Et puis je me suis lassée, je les trouvais généralement trop bourratifs ou trop gras. Je me suis mise à leur préférer les terrines, plus riches en légumes et plus raffinées.

Mais voilà, il se trouve que j’avais besoin de réaliser quelque chose en prévision d’un apéro, qui supporte bien la congélation et qui soit réalisable avec les ingrédients très « cuisine du placard » que j’avais sous la main ce jour-là : crèmes de gruyère (oui, comme la Vache qui rit, sauf que c’était une autre marque, bio !), oignons, herbes surgelées… C’est comme cela qu’est né le cake à la crème de gruyère, aux oignons caramélisés et au persil. Et ma foi, c’était drôlement bon et frais !

cakeoignonscaramelises

Cake à la crème de gruyère et aux oignons caramélisés

Pour 8 personnes

2 gros oignons
180g de farine T65
1 càc de poudre à lever
1 pincée de sel
3 oeufs
5 portions de crème de gruyère
Pas mal de persil haché, frais ou surgelé
100 ml de lait
50 ml d’huile d’olive

Eplucher les oignons. Couper en petits dés. Faire chauffer un peu d’huile d’olive (à prélever sur la quantité totale de la recette) dans une poêle. Lorsque l’huile est bien chaude, ajouter les oignons et laisser caraméliser à feu vif. Réserver. Dans un saladier, mélanger le reste des ingrédients en battant bien (un batteur électrique est parfait pour cette recette). Ajouter les oignons en dernier. Verser dans un moule à cake. Cuire 45 mn environ à 180°C. Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau et laisser refroidir.

Pain vert au poivron rouge et pignons

Je suis là … Même si je me fais très rare sur ces pages, je suis plus que jamais en vie, et surtout – surtout – en va-can-ces ! Depuis vendredi, 13 heures, heure à laquelle j’ai bien failli me retrouver enfermée pour un mois sur mon lieu de travail, si les issues de secours n’avaient pas existé, j’ai…

Pris le thé (froid) avec Dorian et Marie, en écoutant l’orage dégringoler sur Grenoble…
Couru jusqu’à la gare un beau matin, pour sauter à la dernière minute dans un TGV direction Paris, Ludo sur mes talons…
Mangé une délicieuse brioche à l’épeautre, en regardant défiler la campagne…
Dévalisé Kioko, une fois de plus, tout en n’oubliant pas de prendre un pot de purée de sésame noir pour Mercotte
Déjeuné à Hokkaido Ramen, encooooooore, d’un menu gyoza + yakisoba…
Vu tout Paris depuis un bateau, et manqué de m’endormir bercée par les flots…
Pique-niqué au parc de St-Cloud, sur une jolie nappe à carreaux…
Accompagné Ludo dans un voyage intergalactique, dont je ne suis pas vraiment revenue…
Dévalisé le Lafayette Gourmet, et particulièrement le stand Aoki
Déjeuné d’une salade très chic, quinoa-lentilles germées-poulet grillé, sur un quai de gare…
Goûté aux joies du retour à la nature, et à l’eau délicieusement tiède de la piscine savoyarde…
Marché jusqu’en haut de la montagne, vu un lac, redescendu…

Et j’ai même fait un joli Pain tout vert au poivron rouge et aux pignons, que l’on pourrait baptiser « cake salé », mais Pain Vert, ça fait plus chic ;) Et puis c’est bon, alors c’est pour vous donner envie d’essayer…

cakevert

Pain vert au poivron rouge et pignons

1 poivron rouge
100g de farine T65
80g de farine T110
1 petit sachet de levure
3 oeufs
10 cl de lait de soja
2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
80g de tome de chèvre râpée
80g de purée de basilic
2 petites poignées de pignons de pin grillés à sec

Cuire le poivron rouge à la vapeur, et le couper en dés. Réserver. Préchauffer le four à 180°. Mélanger les farines et la levure dans un saladier. Ajouter les oeufs, le lait et l’huile, et bien mélanger au batteur électrique. Ajouter la purée de basilic, le fromage râpé et les pignons. Bien mélanger. Ajouter pour terminer le poivron. Verser dans un moule à cake et laisser cuire 30 à 35 minutes environ. Laisser totalement refroidir avant de démouler.

Cake au parmesan, tomates séchées et artichauts marinés

Quand Ludo se met aux fourneaux, c’est rarement parce que je le lui ai demandé. C’est généralement parce qu’il a décidé de me faire plaisir pour une occasion particulière : anniversaire, saint Valentin… Ou tout simplement parce qu’on a passé le weekend chacun de notre côté, et qu’il sait qu’un joli petit dîner rendra le dimanche soir plus gai !
Dimanche dernier, j’ai donc eu droit à un joli petit menu plein de couleurs : cake parmesan, tomates séchées et coeurs d’artichauts marinés, servi avec une salade de roquette, puis une petite verrine sur le mode « ouvrons les placards pour voir ce qu’il y a dedans » – les meilleures !
Ludo aime bien aller farfouiller sur Marmiton pour trouver des idées. Il a déjà en tête des mots clés (un ingrédient, un type de plat), et il trouve toujours de quoi mettre ses idées en pratique. L’intérêt étant bien sûr d’apporter sa petite touche personnelle à la recette, comme ici avec le cake au parmesan, auquel il a rajouté les artichauts marinés (on en a toujours un pot dans le frigo pour les meilleurs sandwiches du monde !).

cakeludo

Cake au parmesan, tomates séchées et artichauts marinés

Pour 4 personnes

100g de farine bise
100g de maïzena
2 cuillerées à café de levure chimique
3 oeufs
70g de parmesan
5 cl d’huile d’olive
15 cl de lait
Une dizaine de tomates séchées marinées, égouttées
Quelques coeurs d’artichauts marinés, égoutté
Une poignée de pignons

Préchauffer le four à 180°. Mélanger d’un côté farine, maïzena, levure et parmesan. Dans un autre bol, battre les oeufs, l’huile et le lait. Verser dans le mélange de farine. Ajouter les tomates et les artichauts coupés en morceaux, puis les pignons. Mélanger et verser dans un moule à cake recouvert de papier sulfurisé. Enfourner pour 45 mn environ.
Aussi bon chaud que froid !

Inspiré de cette recette

Galette au fromage toute simple

Petite, je lisais tous les magazines pour enfants qui me tombaient sous la main : Okapi, Astrapi… ça rappellera des souvenirs à celles et ceux qui connaissent ! Ces magazines étaient pleins de bonnes idées pour faire du bricolage, des travaux manuels et même de la cuisine. J’ai notamment le souvenir d’une fiche cuisine toute illustrée, découpée, et depuis tachée et chiffonnée, qui apprenait la confection d’une galette au fromage.
Autant dire que je l’ai faite et refaite ! Plongée dans mes saveurs d’enfance, je l’ai confectionnée à nouveau il y a quelques jours de cela, et je crois que je l’aime toujours autant. Mangée chaude, elle est à la fois moelleuse et craquante, très riche en goût, et accompagne à merveilles une salade verte bien assaisonnée. Froide, c’est l’amie des piques-niques et des petits creux. Elle a l’avantage d’être très pauvre en graisses et très rapide à faire : en une demi-heure, c’est prêt.
Pour la première fois, je l’ai fait goûter à Ludo, qui a littéralement adoré et en a repris deux fois. Les choses les plus simples sont souvent les meilleures ! Merci Astrapi :)

galettefromage

Galette au fromage
Pour 4 personnes

100g de farine
1 sachet de levure
50g de fromage râpé
2 oeufs
ciboulette
3 cuillerées à café de lait
sel

Préchauffer le four à 200°. Mélanger la farine, la levure, le sel, la ciboulette et le fromage râpé. Séparer les blancs d’oeuf des jaunes et incorporer les jaunes à la préparation avec le lait. C’est normal qu’il reste de la farine non mélangée, surtout ne pas rajouter de lait ! Battre les blancs en neige ferme. En incorporer la moitié au mélange, en battant bien pour que toute la farine soit incorporée. Ajouter le reste un peu plus précautionnement. Déposer le mélange sur la plaque du four en faisant une boule pas trop grande (environ 20 cm de diamètre). Cuire 25 mn à 200°. Déguster chaud ou froid.

Muffins à la courge

muffinsautomne

C’est officiel : c’est l’automne et les courges et autres potimarrons ont enfin débarqué sur nos étals et dans nos jardins (ou ceux des gentils voisins !). C’est beau, c’est rond et orange, et ça donne envie de faire plein de choses avec !
Si vous avez pris l’option potimarron, vous l’avez peut-être cuisiné en terrine, en purée, ou encore en velouté au romarin, ou à la sauge. Avec l’option courge, en revanche, vous avez peut-être opté pour un gratin au gorgonzola ou une soupe onctueuse
Quoi qu’il en soit, même après ça, il vous en reste ! C’est bien là tout le dilemme de la courge : que faire de ces 300 grammes de purée de potimarron (ou de courge) toujours et indéfiniment restants ?
Heureusement que Clea est là avec la solution : des muffins d’automne calibrés exprès pour utiliser un reste de cucurbitacée en perdition !
Inventés au pif, ils se sont révélés moelleux et pleins de goût. J’ai associé au potimarron de la farine de sarrasin, et j’aurais bien aimé y mettre de l’emmental, mais je n’en avais pas sous la main… Par défaut, le sérac de chèvre s’est révélé assez approprié. Enfin, pour finir avec une note croquante, j’y ai ajouté quelques noix de cajou. Mais libre à vous de les remplacer par des noisettes ou des graines de tournesol, c’est l’automne après tout !

Muffins à la courge

Pour 2 plaques (une de 12 petits et une de 6 gros muffins)

80g de farine T80
80g de farine de sarrasin
1 petit paquet de levure chimique
300g de purée de potimarron déliée avec du lait
150ml de lait
1 oeuf
2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
un peu de sel
1/3 de boîte de sérac de chèvre, ou 100g d’emmental râpé
quelques noix de cajou

Mélanger les deux farines, le sel et la levure d’un côté. Dans un autre bol, mélanger l’oeuf, le lait, l’huile d’olive, et ajouter le potimarron. Ajouter le mélange de farine. Bien mélanger, puis ajouter le sérac émietté ou bien le fromage râpé.
Verser dans des plaques à muffins, décorer avec des noix de cajou. Passer au four 15 à 20 mn à 210°. Laisser refroidir 5 minutes avant de démouler.