Gratin de légumes racines et streusel de noisettes

C’est le drame : on n’est que fin janvier, et j’en ai déjà complètement ras le bol des soupes, des potimarrons, des patates douces, et de tout ce qui est orange (sauf les oranges, remarquez). Je ne rêve que de tarte au citron, mais il parait qu’elle ne constitue pas à elle seule un repas équilibré… C’est à croire qu’on nous en veut, pas vrai ? Du coup, je fais le plein de blettes, d’épinards, et de tout ce qui est un peu vert (mais qui ne soit pas non plus du chou, parce que là… non – j’ai une cuisine ouverte sur le salon, voyez-vous). Et quand je n’ai plus de vert, je cherche comment cuisiner les bons vieux légumes racines, parce que bon, l’hiver est loin d’être fini, et eux ils sont là, comme de braves petits soldats.

Marre des soupes, on a dit ? Passons aux gratins… Celui-ci est super onctueux, avec juste la petite couche de noisettes/parmesan qui croustille bien comme il faut sur le dessus. De quoi se réconcilier avec l’hiver (comme si on avait le choix !)…

gratinlegumesracines

Gratin de légumes racines et streusel de noisettes

Pour 4 personnes

6 panais (400 g)
2 betteraves crues (400 g)
75 g de noisettes
30 g de parmesan râpé
35 g de beurre ou huile d’olive
35 g de farine de blé
25 cl de lait de soja
Sel, poivre

Peler et râper les panais et les betteraves à l’aide d’un robot. Placer les légumes râpés dans un grand faitout avec 2 c. à soupe d’eau, et cuire à l’étouffée sur feu moyen pendant 15 mn.
Pendant ce temps, concasser les noisettes et mélanger dans un bol avec le parmesan râpé.
Placer le beurre dans une casserole et laisser fondre jusqu’à ce qu’il commence à faire des bulles. Ajouter la farine en une seule fois, et remuer pendant 2 mn. Incorporer le lait petit à petit, tout en remuant sur feu moyen, pendant 5 mn au total. Saler et poivrer.
Mélanger cette sauce aux légumes râpés et verser dans un plat à gratin. Parsemer du mélange noisettes/parmesan. Cuire au four à 200 °C pendant 10-15 mn et servir bien chaud.

Notes :
- Si vous n’avez pas de robot permettant de râper les légumes, ce travail pourra vous sembler fastidieux. Dans ce cas, coupez-les simplement en petits morceaux et faites-les cuire à l’étouffée 10 à 15 mn de plus, jusqu’à ce que les légumes soient bien fondants.
- S’il vous reste du gratin, le lendemain, faites-en des croquettes : ajouter un peu de farine, 1 ou 2 œufs, et faites-les cuire à la poêle comme des galettes de céréales.

Cobbler salé à la patate douce

J’adore étrenner un nouveau concept. Quand je dis ‘nouveau’, entendez ‘pour ma pomme’, pas forcément pour le reste du monde, où nombreux sont celles et ceux qui ont déjà sorti de leur four un délicieux cobbler salé.

Le cobbler, vous situez ? Quelque part entre le crumble et le gâteau renversé, il s’agit d’une couche de fruits enfournée sous de belles cuillerées de pâte à biscuit, le biscuit en question étant plutôt moelleux, un peu à la manière des scones.

Après cette définition, la version salée coule de source : une couche de légumes enfournée sous des scones salés. Ou comment avoir le pain ET le gratin dans le même plat… Ca sonne pas mal pour les soirs d’hiver, don’t you think?

L’intérêt de cette version, c’est qu’elle permet d’utiliser de la purée de légumes dans les deux couches, celle du dessous et celle du dessus. Les scones à la purée de légumes ne nécessitent que très peu de matière grasse pour être moelleux (ici, juste un peu de fromage de chèvre et une cuillerée d’huile).

Maintenant, à vous d’inventer votre cobbler en fonction de votre panier du marché. Les courges et autres potimarrons s’y prêtent particulièrement bien, mais j’aime les mélanger avec légume un peu acidulé, comme l’épinard ou la blette, pour contrebalancer l’effet douceâtre que l’on obtient parfois. N’hésitez pas à non plus à utiliser un peu de fromage râpé dans la pâte à scones (parmesan, tomme, etc.).

En été, ce sera probablement un must-have sur une base de ratatouille (avec tomates ou poivrons marinés pour la purée de légumes des scones, des herbes de Provence et un peu de feta bien dorée).

Cobbler salé à la patate douce

Pour 4 personnes

4 patates douces
250 g d’épinards surgelés
1 c. à soupe d’huile d’olive
2 oeufs
50 g de fromage de chèvre frais
200 g de farine de blé T80
1 c. à café de poudre à lever
2 c. à soupe de crème liquide végétale
1 c. à café de moutarde à l’ancienne
Sel, cumin en poudre

Peler et couper les patates douces en morceaux. Cuire à la vapeur ou à l’étouffée jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Mixer pour obtenir une purée.
Pendant ce temps, faire décongeler les épinards et égoutter.
Prélever 150 g de purée de patate douce. Saler, puis mélanger avec l’huile d’olive, les oeufs, le fromage de chèvre, la farine, la poudre à lever et 1 pincée de cumin en poudre.
Dans un plat à gratin, répartir le reste de purée de patate douce mélangée à la crème liquide et à la moutarde. Saler légèrement et ajouter un peu de cumin en poudre. Ajouter les épinards et lisser la surface.
Répartir la pâte à scones sur les purées de légumes  en la prélevant à l’aide d’une cuillère à soupe et, en faisant des tas.
Cuire à 180 °C pendant 40 mn. Laisser reposer 5 mn, et servir chaud.

Gratin de carotte au chèvre et à la polenta

Oui, je sais : c’est presque la même photo que celle que je vous ai servie la semaine dernière (le gratin de blettes comme un crumble) : la même table, le même plat à gratin… mais pas le même gratin quand même. Ce n’est pas que je radote, mais que voulez-vous : ce sont des photos prises dans la vraie vie, et dans la vraie vie on mange souvent sur la même table, autour du même plat à gratin. C’est répétitif, mais c’est comme ça, et ce n’est donc pas demain la veille que vous verrez un autre plat à gratin sur ces pages, puisque j’adore celui-ci – oui, le vert, là – et que comme je viens de me l’acheter, je compte bien le rentabiliser. Na.

Passées ces quelques considérations relativement inutiles – vous en conviendrez – venons-en à ce qui nous intéresse : le contenu du plat à gratin. En l’occurrence, gratin n’est peut-être pas le mot le plus approprié puisque la couche de fromage gratiné, justement, est inexistante. Il s’agit plutôt d’une purée de carotte au chèvre et à la polenta, qui se tient non par la magie du saint esprit mais par l’action de deux oeufs. Un plat complet, passé au four : appelez ça un gratin ou pas, mais essayez, c’est drôlement bon !

Gratin de carotte au chèvre et à la polenta

Pour 4 personnes

6 carottes
50 g de fromage de chèvre frais
2 c. à soupe de crème fraîche (remplaçable par du tofu soyeux)
3 verres de lait végétal
1 verre de polenta précuite
1 c. à café rase d’herbes de Provence
2 œufs

Peler et couper les carottes. Cuire à l’étouffée pendant 20 mn. Mixer avec le fromage de chèvre et la crème pour obtenir une purée. Porter le lait à ébullition. Verser la polenta en pluie et cuire pendant 5 mn sur feu moyen sans cesser de mélanger. Ajouter 1 bonne pincée de sel, les herbes et la purée de carotte. Ôter du feu et incorporer les œufs un à un. Verser dans un plat à gratin. Cuire à 180 °C pendant 30 mn. Laisser reposer 5 mn avant de servir.

Gratin de blettes comme un crumble

Il vous reste du pesto maison ? A moi aussi, et c’est une très bonne nouvelle, parce que c’est une base toute indiquée pour un délicieux crumble salé. La méthode consiste à remplacer une partie de la matière grasse de la pâte à crumble par une généreuse portion de pesto, qui apporte la consistance nécessaire et n’est pas en reste question saveur.

Au passage, ce crumble s’avère être un excellent moyen de cuisiner les légumes quand on ne sait vraiment plus quoi en faire… Pour celui-ci, j’ai utilisé ma méthode favorite avec une petite botte de blettes : une fois cuites, j’en mixe la moitié en sauce crémeuse (ici, avec un peu de fromage de chèvre, là plutôt en béchamel). A la place des blettes, beaucoup d’autres légumes (de saison ou, plus tard, en été) feront l’affaire, à condition d’en mixer une partie pour que le mélange soit bien onctueux : brocolis, poireaux; carottes, fenouils, petits pois, courgettes…

Verdict : « gratin-crumble »ultra savoureux et vivement apprécié, à refaire sans aucun doute.

Gratin de blettes comme un crumble

Pour 4 personnes

Pour le crumble :
120 g de farine de sarrasin (ou toute autre farine)
100 g d’amandes réduites en poudre
60 g de pesto (maison, c’est encore mieux)
80 g de purée de noix de cajou (ou d’amande)
2 c. à café de purée de pistache (ou un peu d’huile d’olive, à défaut)
25 g de fromage râpé (au choix : tomme de brebis ou de chèvre, parmesan, comté…)

Pour les blettes :
1 botte de blettes
50 g de fromage de chèvre frais
75 ml de lait végétal

Mélanger tous les ingrédients du crumble (avec 1 pincée de sel), du bout des doigts, pour former un sablage.
Laver les blettes. Couper les côtes en petits morceaux et démarrer la cuisson à l’étouffée. Au bout de 10 mn, ajouter les feuilles hachées. Prolonger la cuisson de 15 mn sur feu doux. Egoutter. Mixer la moitié des blettes (côtes et feuilles mélangées) avec le fromage de chèvre et le lait. Saler et placer dans un plat à gratin. Recouvrir de crumble. Si vous avez trop de crumble, tant mieux : versez-le dans un sac de congélation et congelez-le pour une utilisation future (et express). Cuire pendant 35 mn à 180 °C et servir chaud.

Note : si vous manquez particulièrement d’inspiration en ce moment, n’oubliez pas de consulter la page « Cuisiner les légumes autrement » !

 

Clafoutis de légumes au mascarpone

Quand j’achète un pot de mascarpone, c’est généralement qu’il risque de finir en tiramisu (un bien classique, avec plein de café dedans, et du cacao en poudre en couche épaisse qui fait tousser). Quand j’achète deux pots de mascarpone à la fois, c’est généralement que j’ai vu trop grand, et qu’immanquablement il va m’en rester un pour lequel je vais me demander, le jour de sa date de péremption : « bon, j’en fais quoi ? (sachant que je n’ai plus de boudoirs ni de spéculoos pour un tiramisu) ».

Facile, je tape 3615 Alter Gusto, puisque Carole donne sur son blog plein de recettes sympa avec du mascarpone, l’un de ses ingrédients de prédilection si je ne m’abuse (Carole, m’abuse-je ?). Une pâte feuilletée, des clafoutis, des sablés, une superbe brioche (je crois que je vais devoir racheter du mascarpone pour la faire, celle-là…)… Je me suis inspirée de ses créations pour réaliser ce clafoutis de légumes au mascarpone, un bon petit plat vite fait du soir.

Clafoutis de légumes au mascarpone

Pour 4 personnes

1 tête de brocoli
2 grosses carottes
250 grammes de mascarpone
1 oeuf
120 ml de lait (de vache ou de soja par exemple)
60 grammes de farine de maïs
1 c. à café de curcuma en poudre
1 c. à café de paprika en poudre

Laver le brocoli et détailler en petits bouquets (conserver la tige pour un autre usage, soupe par exemple). Peler les carottes et couper en dés. Cuire les légumes à la vapeur ou à l’étouffée pendant 10 minutes.
Battre le mascarpone et l’oeuf dans un saladier. Tout en battant, incorporer le lait, puis la farine, les épices et du sel. Ajouter les légumes bien égouttés.
Verser dans un plat à gratin. Cuire pendant 45 minutes à 180 °C. Servir tiède ou froid.

C’est quoi ce que tu as mis sur le dessus ? Des cornflakes… Je voulais voir ce que ça donnerait. J’ai vu. N’en mettez pas, c’est tout dur et pas terrible à mâcher !

Gratin de navets nouveaux

Ces derniers temps, les étals de légumes, c’est vraiment pas folichon… Les panais courent après les brocolis qui courent après les choux-fleurs qui courent un peu tout seuls, non ? Alors l’autre jour, quand j’ai vu une mignonne botte de navets nouveaux, avec de jolies fanes bien fraîches, j’ai sauté sur l’occasion. Je ne suis pas très fan (haha) de navets en général, mais les tout jeunes de printemps sont vraiment délicieux. J’ai adapté pour l’occasion le gratin de fanes, et ça faisait du bien de retrouver un peu de printemps dans l’assiette !

Gratin de navets nouveaux

Pour 2 personnes

1 botte de navets nouveaux (6 petits navets, avec les fanes)
20 grammes de beurre ou d’huile d’olive
20 grammes de farine de blé
15 cl de lait de soja
40 grammes de pain grillé mixé (ou chapelure)
20 grammes de comté ou de pecorino romano

Laver les navets et les fanes. Emincer les fanes et couper les navets en rondelles pas trop fines. Cuire à l’étouffée avec un tout petit peu d’eau pendant 15 mn environ. Egoutter et placer dans un plat à gratin. Chauffer le beurre ou l’huile dans la casserole. Ajouter la farine d’un seul coup et bien remuer. Ajouter le lait petit à petit tout en remuant bien. La sauce doit être plutôt épaisse. Saler. Verser sur les navets. Mélanger le pain ou la chapelure et le fromage râpé. Parsemer sur le gratin. Enfourner pour 15 mn à 180 °C et servir bien chaud.

Gratin de champignons à la dinde et au roquefort

Si je craque souvent pour de nouvelles idées de desserts ou de petites gourmandises, j’ai plus de mal à trouver de nouvelles idées de recettes salées, surtout pour ce qui est de cuisiner la viande… Ce n’est vraiment pas ce que je cuisine le mieux – le faible nombre de recettes de viande sur ce blog sont là pour en témoigner. C’est bien simple : s’il s’agit de s’occuper d’un poulet entier ou d’une grosse pièce de viande, je passe mon tour. Pour m’amadouer, il faut de jolis blancs de poulet, un passage rapide dans une poêle et une petite sauce moutarde et crème de soja – là, c’est dans mes cordes… Et parfois, heureusement que Saveurs est là pour me donner un peu d’inspiration. Le magazine proposait un gratin d’épinards frais, de pintade et de roquefort. J’ai conservé l’idée de base (roquefort et volaille), mais remplacé les épinards (vraiment pas beaux le jour où j’ai fait les courses) par de jolis champignons, et la pintade (introuvable) par de la dinde. Ça change, c’est vite fait et c’est vraiment bon !

Gratin de champignons à la dinde et au roquefort

Pour 3 personnes

500 grammes de champignons de Paris frais
2 échalotes
1 c. à soupe d’huile d’olive
400 grammes de filets de dinde ou de blanc de poulet
100 grammes de roquefort

Éplucher et découper les champignons. Éplucher et émincer l’échalote. Faire cuire dans une casserole avec l’huile jusqu’à ce que les champignons soient tendres. Verser dans un plat à gratin. Faire revenir rapidement les filets de dinde dans une poêle sans matière grasse, 3 minutes de chaque côté environ. Détailler en lanières épaisses. Disposer sur les champignons en alternant avec des lamelles de roquefort. Enfourner pour 15 minutes environ. Servir avec une bonne purée de pommes de terre.

Recettes pour fans de fanes

C’est la saison et quoi que vous achetiez – carottes nouvelles, navets, radis… – vous vous retrouvez avec de belles bottes de fanes qu’il serait bien dommage de jeter. Il en va de même avec les cosses, d’ailleurs : cosses de petits pois, de fèves… Savez-vous qu’elles peuvent vous faire un plat supplémentaire ? Si ça c’est pas du retour sur investissement !

Idées en vrac :

- Des potages, bien sûr. Clotilde propose une belle recette de soupe glacée aux cosses de petits pois. Pour les fanes, c’est encore plus simple : suivez votre inspiration, procédez comme pour une soupe de cresson, ajoutez avant de mixer un peu de fromage frais, épaississez le tout si vous le souhaitez avec des flocons de céréales ou bien une pomme de terre… Dans la même veine, faites de bons bouillons : si vous faites un risotto avec des petits pois ou des fèves, par exemple, mettez les cosses dans le bouillon pour booster le goût.

gratinfanes

- Des gratins aux herbes. Cela vaut pour tous les « verts » (blettes, épinards, oignons nouveaux…) mais surtout pour les fanes. Il suffit de les cuire à la vapeur avec de l’oignon émincé, puis de les mélanger avec une bonne béchamel (pourquoi pas une végétale ? Le même poids d’huile d’olive et de farine, puis on délaye le roux avec du lait de soja). Sur le dessus, on ajoute un mélange de comté râpé et de pain grillé réduit en miettes (à défaut de chapelure). C’est une amie de ma maman qui nous a donné l’idée, et ici on adore ça !

- Des tartes aux fanes. Inspirez-vous par exemple de cette tarte à la roquette. La version pizza est tout aussi délicieuse.

Alors, hum ? Qui regrette d’avoir bazardé ses fanes, l’autre jour ? ;)

Et vous, comment les accommodez-vous ?

Edit du 12/05/2009

J’ai testé le pesto de fanes de radis, en mixant des fanes bien lavées avec une poignée de pignons de pin, 2 gousses d’ail et un trait d’huile d’olive. Je l’ai allongé avec de la crème  d’avoine et servi avec des pâtes (gnoochi en l’occurrence) et du fromage râpé. C’était excellent.

Gratin de lentilles corail aux noisettes grillées

Je me demande si je ne me suis pas fait piquer par la mouche tsé tsé. En ce moment, je dormirais bien du matin au soir et du soir au matin. J’ai l’impression d’avoir une petite voix près de mon oreille, qui me souffle sans arrêt : « vos paupières sont lourdes, louuuuuurdes… » Ca doit être la neige. Ou le froid. Ou mon diffuseur d’huiles essentielles qui marche trop bien.

En tout cas, rien n’y a fait : ni le café, ni George Clooney, rien, non, personne. Du coup, je suis partie à la recherche de recettes bourrées d’énergie pour faire tenir mes paupières debout et de bon gras pour que mon cerveau reste dans la course. Et j’ai trouvé cette recette de Valérie Cupillard, qui m’a grandement inspirée !

Allez courage, de toute façon c’est bientôt les vacances, qu’y paraît…

gratinlentillescorail.jpg

Gratin de lentilles corail aux noisettes

Pour 4 personnes en accompagnement d’une salade, par exemple

150g de lentilles corail
1 algue kombu (facultatif)
200g de tofu aux herbes ou aux olives
1 grosse poignée de noisettes
1 oeuf
10cl de crème d’avoine liquide

Verser les lentilles corail dans une casserole et ajouter 1,5 fois leur volume d’eau et l’algue kombu. Laisser cuire pendant 20 minutes, jusqu’à ce que toute l’eau soit absorbée. Ajouter le tofu émietté, la crème et l’oeuf battu. Saler. Verser dans un plat à gratin. Dans une poêle, faire dorer les noisettes jusqu’à ce qu’elles soient bien grillées. Une fois un peu refroidies, il suffit de les faire glisser entre les doigts pour que la peau parte toute seule. Concasser et répartir sur le dessus du gratin. Enfourner pour 20 minutes à 180°C. Servir chaud.