Archives pour la catégorie boissons

Les smoothies bio

J’ai réalisé il y a quelques temps (avant la naissance de la puce, cela va sans dire !) un dossier pour Sat’Info consacré aux smoothies. Je me suis beaucoup amusée à voir ce que certains ingrédients bio pouvaient leur apporter (jus d’argousier, aloé vera, purées d’oléagineux, laits végétaux…), et à imaginer un moment M pour chaque smoothie (petit-dèj, goûter, apéro…).

Pour lire ce dossier, c’est par ici, ou bien dans votre Sat’Info (gratuit à la caisse de votre magasin Satoriz le plus proche).

Sirop de framboises

Me voici de retour… Sur tous les fronts : mon blog, la fournaise grenobloise, et mon bureau à 50° ! Finie, la semaine de vacances salvatrice… Heureusement, il ne m’en reste plus que deux autres avant le mois d’août, qui me mènera vers d’autres cieux… plus frais, et moins pollués – espérons-le.

Vous l’avez compris si vous avez lu ma newsletter, ou bien le dernier Sat’Info, ou encore tout simplement les commentaires du message précédent : je suis en train d’écrire un livre de cuisine ! Et ce n’est pas une mince affaire… mais en revanche, c’est une chouette nouvelle ! Ce qui explique aussi que mon blog tourne au ralenti : entre ça, la chaleur et les vacances…

Mais si nous trinquions à tout cela ? Un petit verre de sirop de framboises maison, de l’eau et des glaçons qui tintent, ça vous dit ? Le jardin de ma maman est littéralement envahi de framboises chaque été… pour mon plus grand bonheur. On en a donc fait des tartes, des confitures, et autant de crumbles, mais comme il y en avait encore et toujours… On a aussi fait du sirop ! En fait, c’est le corrolaire de la confiture : on utilise pour elle la chair des framboises, et on recycle les pépins dans le sirop. Je trouve ça plutôt plus sympa que de les jeter, moi… Pas vous ?

siropframb

Sirop de framboises

Les pépins des framboises et le peu de chair qui restent de la confiture, lorsqu’on a passé les framboises au moulin à légumes
Du vin rouge
Du sucre roux

Placer les pépins et la chair restante dans un saladier, et couvrir de vin rouge. Laisser mariner 48 heures au frais. Presser à l’aide d’un bas (un collant tout bête !) pour éliminer les pépins. Peser le jus obtenu. Dans une casserole, verser le jus et son poids en sucre. Porter à ébullition, puis ôter du feu et mettre en bouteilles.

Les quantités obtenues dépendent de la quantité de pépins au départ, qui elle-même dépend de la confiture, qui elle-même dépend du nombre de kilos de framboises qui ont envahi le jardin… Vous l’aurez compris, c’est un sirop qui se mérite !

Et je vous dis à mercredi, pour la fameuse surprise… colorée… déjà annoncée !

Ringo su

ringosu1Il y a quelques temps, je vous parlais des aliments santé des Japonaises, parmi lesquels le vinaigre de pomme (ringo su). A l’époque je trouvais ça vraiment très bizarre de faire une telle folie du vinaigre. Mais depuis, j’ai vu apparaître dans les rayons des supermarchés tout plein de nouvelles boissons à base de vinaigre de pomme, et je me suis dit qu’il fallait tester.

Me voilà donc avec mon petit pack de 200ml de « oishii ringo su drink » (« la bonne boisson au vinaigre de pomme », comme ça on est sûr de pas se tromper), prête à vous dire en direct ce que ça donne !
Mais d’abord, un petit tour sur l’étiquette, pour savoir ce que je m’apprête à goûter : Extrait de jus de raisin, vinaigre de pomme, jus de pomme, alcool de riz, miel, asparthame… et autres choses inidentifiables. Le tout pour 42kcal.

Bon allez, il faut en avoir le coeur net, je goûte ! Slurrrrp (bruit de la bonne boisson au vinaigre dans la paille).
Gloups (bruit de Clea qui avale).
Ouh la la !
J’ai les larmes aux yeux ! Ca, pour être aigre, c’est aigre… Quelle idée de boire un truc pareil ! J’ai la gorge en feu et les yeux qui pleurent, mais je finis ma bonne boisson au vinaigre de pomme, parce que faut pas gâcher. On sent bien le goût de la pomme, moins celui du miel, mais surtout , vous l’avez deviné, celui du vinaigre !

En tout cas, les Japonais en sont fans.
Mais pour ma part je voudrais bien qu’on m’explique pourquoi un truc qui arrache autant la gorge (et l’estomac) au passage est bon pour la santé. Vous savez ?

Pétillant au sirop de violette

petillant

Il y a quelques jours, j’ai reçu un joli colis de la part de mon amie Manoue, contenant notamment des sirops de fleurs, que je tenais absolument à utiliser autrement que dilués dans de l’eau. Dès lors, à la question « que faire avec des sirops de fleurs », posée sur le forum de Marmiton, voici une première réponse, donnée par Lali : un pétillant pour l’apéro au sirop de violette. J’ai quelque peu modifié la recette (en enlevant le gingembre et le sucre), et voici ce que ça donne :

– 2 brins de menthe fraîche
– 1 cuillerée à café d’essence de vanille
– 3 cuillerées à café de sirop de violette
– 6 cuillères à café de citron vert
– 330 ml de Perrier

Piler la menthe ; ajouter le reste des ingrédients. Boire bien frais.

Cette recette m’a plue dès que je l’ai vue, mais restait le plus difficile : trouver de l’eau gazeuse au Japon.
En effet, les Japonais ne consomment pas d’eau gazeuse. Allez savoir pourquoi, eux qui raffolent pourtant des sodas ! Mais ici, on ne trouve que de l’eau plate. Heureusement, en fouinant dans les rayons d’un grand-magasin, on a réussi à dégotter une petite bouteille de Perrier de 330 ml ! Victoire !
Merci Lali pour cette recette rafraîchissante à souhait, et merci encore à Manoue pour ces sirops de fleurs, qui n’ont pas fini de colorer ma cuisine. J’ai dans la tête un gâteau au coquelicot et de la crème de mimosa qui n’attendent que d’être testés !