Archives pour la catégorie pannacotta

Pannacotta recyclable

Lorsque je passe quelques jours chez ma maman, la confection de desserts maison va bon train. Il faut dire que certaines personnes (suivez mon regard !) ont horreur de terminer un repas sans un bon dessert, aussi simple fut-il (et chez nous, un yaourt ou un fruit ne constituent pas un dessert !). Du coup, il arrive que l’on se retrouve avec plein de restes de desserts : une pomme au four esseulée, un fond de crumble abandonné, des madeleines desséchées… Dimanche midi, j’ai donc décidé de réunir tous ces petits restes pour en faire un bel et bon dessert. La bonne base, c’est une pannacotta très douce, à base de crème d’amande liquide, réalisée en 2 minutes, qui sert de support à des tranches de pommes cuites et à un reste de crumble oranges-dattes. Tout de suite, ces petits restes ont une autre allure ! Pensez-y avec plein d’autres choses : un reste de salade de fruits + des biscuits émiettés, un reste de tarte au citron coupé en petits dés, un fond de compote et une tranche de cake réduite en grosses miettes… Le tout, c’est d’avoir une bonne base, un truc qui fond, et un truc qui croque !

pannacottarecyclable

Pannacotta amandine

Pour 4 personnes

25 cl de lait de votre choix
40g de sucre blond
1 c. à café rase d’agar-agar
20 cl de crème d’amande cuisine
Pour la déco : des restes de desserts !

Dans une casserole, mélanger le lait, le sucre et l’agar-agar. Porter à ébullition. Oter du feu et ajouter la crème. Répartir dans 4 coupelles. Laisser refroidir, puis placer au réfrigérateur. La prise totale prend environ 1 heure. Au moment de servir, décorer de restes de desserts.

NB : ne mettez pas trop d’agar-agar. La cuillerée doit être vraiment rase, et petite, si vous ne voulez pas vous retrouver avec une crème trop solide. Avec ce dosage de lait et de crème d’amande liquide, je trouve que l’on obtient vraiment la bonne consistance. Après, libre à vous de mettre une autre crème liquide dont vous appréciez le goût (en pannacotta, je ne suis pas très fan des crèmes de soja ou d’avoine, car je trouve que toute la saveur de la pannacotta vient de celle de la crème utilisée).

Pannacotta grenadine

Il y a quelques temps, j’ai découvert l’existence de la grenade, vantée par une connaisseuse plus qu’émérite, et j’ai été contaminée par la grenadite aiguë : j’en mets partout ! Enfin, partout… Surtout dans les salades (avec roquette et pignons de pin, c’est tout simplement dingue) et dans les desserts. L’effet décoratif est super, mais surtout, les petites graines de grenade qui explosent en bouche sont une merveille à déguster. Et dire que petite, je boudais la grenadine…

Pourquoi, me direz-vous, s’intéresser à ce fruit qui ne pousse même pas par chez nous ? Peut-être parce que la grenade est bourrée d’antioxydants, réputée anti-vieillissement, et tout un tas d’autres choses… Ou bien, parce qu’elle est rigolote à éplucher (on en met de partout, et vive la grenadine !)… Mais pour moi, c’est son look, son goût et sa texture incroyable qui en font un fruit à cuisiner au moins une fois dans sa vie ! Par exemple, dans cette recette ultra-simple, toute rose et légère et à la saveur délicate…

pannacottagrenadine.jpg

Pannacotta grenadine

Pour 6 minis

400 millilitres de lait végétal (par exemple : riz, soja) ou bien de lait de vache demi-écrémé
1/2 c. à café d’agar-agar en poudre
40 grammes de sucre blond de canne
1 grenade

Ouvrir la grenade et gratter pour recueillir toutes les graines dans un bol. Dans une casserole, mélanger le lait, l’agar-agar et le sucre. Porter à ébullition et laisser frémir quelques secondes. Placer dans le bol du blender avec les 2/3 des graines de grenade. Mixer. Répartir dans des verrines ou des ramequins. Laisser refroidir puis placer au réfrigérateur pendant au moins 1 heure. Décorer des graines de grenade restantes au moment de servir. A consommer dans les 24 heures, de préférence.

Tout savoir sur l’agar-agar

Sablés et pannacotta au sésame noir

Je n’ai pas le talent de Mercotte pour inventer toutes sortes de variations autour d’un aliment ou d’une préparation. Mais j’aime bien m’essayer, de temps à temps, à l’art de décliner une saveur en particulier. Surtout quand il s’agit du sésame noir, l’une de mes plus grandes addictions gustatives ! La première fois que j’ai tartiné de la crème de sésame noir sur une tranche de pain de mie japonais (qui se présente sous forme de tranches absolument énormes, je ne sais pas du tout pourquoi – précision utile aux non-initiés), je m’en souviens encore… Mes yeux se sont ouverts tout grand lorsque mes papilles ont rencontré cette saveur si originale, et le petit croquant qui subsistait malgré la consistance crémeuse de la chose ! L’essayer, c’était l’adopter… Je pense que les autres amateurs de « kuro goma » ne me contrediront pas !

Au Japon, c’est le paradis du sésame noir : on le trouve sous forme de glace, de panna cotta, de biscuits de toutes sortes… En France, rien de tout cela, bien entendu. Ce n’est même pas forcément évident d’en trouver en graines, alors sous forme de crème ou de pâte… Ne m’en parlez pas ! Le pot auquel j’ai fait un sort le week-end dernier date d’ailleurs d’une de mes virées parisiennes chez Kioko. Là -bas, la pâte de sésame noire est chère, vendue en tout petits pots, et même pas de très bonne qualité. Mais bon, elle a le mérite d’exister, et de combler mes manques !

sablessesamenoir

Afin de réaliser un petit duo de saveurs et de textures, j’ai réalisé des biscuits et des mini panna cotta. Pour tout vous avouer, on les a en plus dégustés avec de la glace au thé matcha, histoire de se rejouer la totale, et de se redire que vraiment, il allait falloir qu’on retourne en voyage au Japon, d’ici pas trop longtemps…

Sablés au sésame noir

Pour 20 sablés

150 g de farine de riz
25 g de pâte de sésame noir
25 g de graines de sésame noir
30 g de sucre complet
1 oeuf
50 g d’huile de sésame

Mélanger la farine, le sucre et les graines de sésame. Ajouter l’oeuf, la pâte de sésame et l’huile. Mélanger du bout des doigts pour obtenir un sâble. Avec la paume des mains, pétrir légèrement et rassembler en une boule. Réfrigérer une heure au moins.Préchauffer le four à 180°C. Etaler sur le plan de travail par petites quantités, toujours en appuyant avec la paume des mains, et découper des formes à l’emporte-pièces. Les décoller du plan de travail avec un couteau, et les déposer sur la plaque du four. Cuire environ 15 minutes, et laisser refroidir sur une grille.

pannacottasablessesameoir

Pannacotta au sésame noir

Pour 6 mini verrines

200 ml de lait de coco
200 ml de lait de soja
2 g d’agar-agar
30 g de sirop d’agave (ou miel)
25 g de pâte de sésame noir

Mélanger les deux laits et l’agar-agar dans une casserole. Porter à ébullition et laisser frémir 30 secondes. Pendant ce temps, mélanger la pâte de sésame noir et le sirop d’agave. Ajouter le mélange de laits tout en délayant bien progressivement. Verser dans les verrines et laisser refroidir. Placer au réfrigérateur. A faire au moins 1 heure à l’avance.

Pannacotta au passion curd

Réveillée à 2 heures du matin par Ludo qui venait se coucher, j’ai passé quelques heures à tourner dans mon lit (ou plutôt, dans l’espace du lit qui m’est imparti, soit la largeur d’une demi-fesse)… Pas moyen de me rendormir ! Au final, je me suis levée 10 minutes avant Mercotte, à 3h49 (j’ai vérifié, elle pourra confirmer !).

J’ai donc eu tout le temps de préparer mon petit repas de ce soir… Un repas tout simple entre amis, avec salade de fête, saumon et légumes en brioche, et petit dessert composé. Pour celui-ci, j’avais déjà lorgné depuis plusieurs jours sur ce billet posté par Sylvie, qui, si j’en crois le nombre de commentaires, n’avait pas intéressé que moi !! J’ai opté pour les mini tourtes aux fruits rouges, et pour une pannacotta adaptée à mes habitudes (utilisation de l’agar-agar à la place de la gélatine) et à ce que j’avais dans le frigo, en l’occurrence de la purée de fruits de la passion qui s’est transformée en un délicieux « Passion Curd »…!

Bien entendu, tout cela attend sagement son heure au frigo, mais j’ai tout de même goûté un échantillon de chaque… Juste pour être sûre de n’empoisonner personne, s’entend ! Et je peux d’ores et déjà remercier Sylvie… C’est une réussite et ça ne m’a pris que quelques minutes ! J’ai même pu aller me recoucher…

verrinetarte

Pannacotta au passion curd

Pour 5 mini verrines

80ml de lait de soja
150ml de crème fleurette
30g de sucre en poudre
1 cuillerée à café de vanille
1g (soit 1/2 cuillerée à café) d’agar-agar
150ml de purée de fruits de la passion
100g de sucre roux
2 oeufs
1 cuillerée à soupe de maïzena

Mélanger le lait, la crème, les 30g de sucre, la vanille et l’agar-agar. Porter à frémissement pendant une minute, puis verser dans les verrines.

Mélanger la purée de passion, le sucre et la maïzena. Dans une casserole sur feu moyen, faire épaissir tout en remuant. Lorsque le mélange commence à épaissir, incorporer les oeufs battus en remuant vigoureusement et laisser cuire 4 minutes supplémentaires. Verser dans un récipient hermétique et laisser refroidir.Vous pouvez dresser le passion curd lorsque les panna cotta sont prises, soit au minimum une heure plus tard.