Croziflette à la Fleur de chèvre

9 commentaires

  1. Bjr Cléa,
    Je ferai l’impasse sur la recette. Aïe le fromage mais un grand oui pour des recettes simples qui demandent peu d’ingrédients et délicieuses. Rien à voir avec la cuisine mais j’ai troqué les mouchoirs en papier contre le bon vieux tissu alors que j’étais contre il y a quelques mois. Passer à de l’électricité verte est l’un de mes objectifs et continuer à ne pas faire d’achats inutile.
    Bonne année à toi et merci pour ce blog et livres qui m’accompagnent depuis tant d’années.

  2. Merci pour ces vœux revigorants et je retrouve avec grand plaisir vos recettes ! (Pour avoir loué (du nom louanges) et vendu votre livre sur les algues a Roscoff.. merci de mettre un nom sur ma culpabilité avec « eco-anxiété » .. c’est vrai, ça devient pesant et donc j’ai décidé de m’alléger : régime dans les armoires, régime dans les courses, (régime pour moi en faisant surtout ..du sport!) Et comme je m’installe dans une autre ville : inscription dans une amap? Bref on fait bouger les lignes. Merci pour cette recette car je viens d’acheter des crozets: elle tombe à pic! A bientôt

  3. Bonjour et bonne année 2019,
    Merci et félicitations pour cette recette croziflette à la Fleur de Chèvre. Il fallait la trouver en effet, car la recette est à la fois simple et originale. J’aime. Tout cela plaira sans aucun doute à mes enfants. Encore merci.

  4. Bonjour Cléa,
    Même si j’écris pas souvent de commentaire, je suis une fane de ton blog qui m’inspire très très régulièrement. Donc merci pour toutes ces recettes et je te souhaite plein de belles et gourmandes inspirations pour cette nouvelle année !

    Je voulais réagir par rapport à ce que tu disais / proposais en introduction : moins de plastique, mois de produits transformés, plus local… Et la recette qui suit propose d’utiliser de la crème végétale ultra industrielle transformée, pas du tout locale contenue dans un emballage mélangeant du plastique et de l’aluminium (pas terrible pour l’environnement non plus pour son extraction + transfo). Bref, je suis « contre » ce genre de produit et les remplace systématiquement par de l’eau ou un mélange farine + eau ou purée d’oléagineux+eau ou bien de la vraie crème bio de vaches élevées en pleine air. Car oui, je suis « pour » les produits laitiers (et donc la viande car l’un ne va pas sans l’autre) uniquement d’élevages très petits, avec des animaux qui sortent toute l’année et mangent uniquement de l’herbe (sauf pour le sevrage et la traite…). Sinon, pour nous il va falloir attendre quelques semaines avant le reblochon de brebis de nos voisins mais en ce moment c’est les agneaux… Voilà ! Belle année !

    –> Très bonne remarque ! La mienne visait aussi à progresser petit à petit. Le tétrapack (emballage des laits et crèmes) est l’un des plastiques pour lesquels une filière de recyclage existe réellement (et plus écolo que celle qui vise à recycler le verre, par exemple). Ce n’est pas une raison pour en consommer, loin s’en faut, et je cherche d’ailleurs une manière de produire plus facilement mes propres laitages végétaux à la maison. Car je ne trouve pas non plus de crèmes de laits animaux en « vrac » et je pense que la meilleure option est d’épaissir simplement un lait (végétal ou animal) avec une fécule et d’ajouter un peu de matière grasse (c’est ce que fait l’industrie, ni plus ni moins).

Laisser un commentaire