Pickles, fromage de chèvre et yaourt végétal maison

Classée dans autres

16 commentaires

  1. Super billet ! ❤️
    Je n’ai pas de yaourtière figure toi et trrrres envie de tester cette merveille parceque moi non plus je n’ai pas trop la bulle heureuse…
    Merci pour cette super découverte!

  2. Ouah je ne connaissais pas l’existence de cet objet ! Ça a l’air super, je le réserve dans un coin de mon esprit… pour faire un beau cadeau… à mon conjoint…ou à moi même !!

  3. Bsr,
    Pour les yaourts nul besoin de yaourtière: un bon faitout comme le tien par ex, une cocotte minute… bref quelque chose avec un couvercle mais plus qu’une simple casserole. 1 l d’eau bouillante , les pots de yaourts mis dedans pendant 10 à 12h sans besoin d’avoir un thermomètre et le tour est joué. Tout est bien expliqué sur le blog « Le cul de poule »
    Pour les achats culinaires je vais faire une pause.

    –> On est d’accord, il est toujours possible de bricoler maison. Et mon propos n’est pas de vous faire dépenser des sous, simplement de montrer là où j’en suis…

  4. Quelle est l’économie d’emballage réalisée en achetant plein de bouteilles de lait pour faire son fromage soi-même ? Ce n’est pas une économie, mais une sacrée augmentation d’emballages à jeter.
    Quant aux fermentations avec bocaux à joint caoutchouc, non, ça n’explose pas, non, ce n’est pas très long (une à deux semaines) et le fromage se fait très bien sans appareil électrique (un à deux jours suffisent pour une consistance crémeuse).
    Le blog Ni cru ni cuit explique très bien comment procéder, sans appareil électrique.
    Désolée, c’est la première fois que je laisse un commentaire négatif sur ton blog, et je tiens à préciser que tes livres sont la base de ma cuisine végétarienne. J’ai surtout l’impression que tu n’as pas encore exploré l’univers de la vraie fermentation, celle qui se pratique depuis l’aube de l’humanité.
    D’ailleurs, je suis sûre que tu saurais en tirer un autre livre révolutionnaire si tu t’y attelais : « Les saveurs de la fermentation maison », par Cléa, j’achèterais direct.

    –> Je suis convaincue de l’intérêt de la fermentation maison, mais comme je l’explique dans ce billet, je crois qu’en fait, je n’ai jamais vraiment eu envie de m’y mettre. Je n’encourage pas ceux qui savent déjà faire à acquérir un fermenteur, d’ailleurs je n’encourage personne à le faire… Je partage simplement les fruits de mon expérience, car pour les gens comme moi, qui n’ont pas le temps ou l’envie de s’y mettre, il dépanne bien. Et j’apprécie sacrément de recycler quelques bouteilles de verre par mois versus plein d’emballages plastiques ayant contenu des cream-cheeses ou des faisselles… Là pour le coup, je m’y retrouve vraiment !

  5. Article super intéressant! Moi qui rêve de me mettre à la fermentation (j’ai déjà essayé mais ça n’a pas été une réussite). Je vais réfléchir en tout cas pour me lancer dans cet achat quand ma yaourtiere commencera à m’abandonner.

  6. Oh merci Cléa ! Ça me parle terriblement
    Moi aussi j’aimerais consommer plus d’aliments fermentés et me lancer dans la fermentation , mais jusqu’a présent ça me semblait un peu compliqué ou chronophage… ce petit appareil me paraît tout à fait intéressant… et c’est bientôt la fête des mères

  7. Question naïve : Si on peut utiliser un fermenteur pour faire des yaourts, est-ce qu’on peut utiliser une yaourtière pour faire fermenter des (petits) trucs?

    –> Très bonne question ! Il est probable que oui, mais il faudrait relancer souvent la yaourtière pour les longues fermentations (plusieurs jours) et je ne sais pas si dans ce cas la température est bien maîtrisée. J’avoue n’avoir jamais tenté…

  8. Merci pour ce partage. Ce petit appareil est une excellente idée.
    Mes quelques expériences de fermentation ( en appartement avec,sans doute, des températures peu adaptées ) n’ont vraiment pas été des réussites.
    Les légumes fermentés dans cet appareil peuvent-ils être mis en bocaux et conservés plusieurs semaines ou mois comme ceux qui sont lacto-fermentés « selon les méthodes plus traditionnelles » ?

    –> Oui, tout à fait. Ils contiennent exactement les mêmes ingrédients 😉

  9. Peut-on faire du levain avec ? Est-ce que ça fait gagner du temps ou est-ce que c’est plus simple ? Merci d’avance si tu peux apporter quelques réponses…

    –> Je n’ai pas encore essayé et le livret ne mentionne pas cet usage, mais je vais me pencher sur la question.

  10. Oh merci pour cet article! Je n’ai pas de yaourtière, pas d’expérience non plus si ce n’est un levain sans gluten qui fonctionne très bien depuis trois ans et je me posais justement la question de cet appareil ! Mon seul souci (outre un peu financier) est la place sur mon petit plan de travail. Une question : d’où viennent les moules à faisselle et les filtres dont que tu mentionnes? Faut-il aussi des moules pour les yaourts?

    -> Le filtre est vendu avec le fermenteur (il possède deux cuves, pratique pour égoutter après fermentation). Pour les moules à faisselle, j’ai juste conservé ceux des faisselles du commerce achetées ces derniers temps. Pas besoin de moules pour les yaourts, en revanche des bocaux de verre sont bien utiles.

  11. Oh là là, j’avais repéré la sortie de cet appareil qui me tentait beaucoup, et je crois que ton article vient d’achever de me convaincre 🙂 J’ai des expériences de fermentation maison plutôt réussies sur des légumes (carottes, betteraves, oignons, asperges…), à partir du livre de Luna Kyung et Camille Oger aux éditions La Plage, mais je n’ai jamais osé me lancer dans les produits laitiers. Je pense que j’oserais davantage avec une machine de ce type, qui me donnerait davantage l’impression de « contrôler » ce qui se passe. J’avais aussi fait du natto une fois, mais c’était hyper galère de le garder à la bonne température assez longtemps… Avec ce genre d’objet j’imagine qu’on peut en faire toutes les semaines !

    –> Bravo pour le natto !!

    Une dernière question avant de me lancer : j’imagine que la cuve est en plastique ? Je trouve que c’est un peu dommage de ne pas l’avoir faite en verre, mais le fabriquant a sans doute de bonnes raisons. Avec l’acidité qui se développe là-dedans, le plastique me refroidit un tout petit peu. Mais c’est essentiellement psychologique 🙂
    Merci encore pour cette revue qui tombe à point nommé !
    Juliette

    –> C’est effectivement du plastique, il y a deux cuves ce qui est assez pratique. La montée en température étant très faible, personnellement je ne m’inquiète pas trop.

  12. J’ai acheté le fermenteur et j’aimerais bien la recette du yaourt de soja SVP !!! Merci par avance.

    –> C’est la recette du livret, mais adpatée avec du soja.
    Je verse de l’eau chaude dans la cuve, je laisse chauffer 2 mn, puis je la vide. Ensuite, dedans, je bats un yaourt (du commerce ou de la fermenation précédente) avec 1L de lait de soja (j’utilise du soja vanille pour ma part). Puis je place dans la cuve avec le programme « Greek yogurt ».

  13. J’ai acheté le fermenteur et je suis déçue par la notice et les recettes. Je viens de lire l’avis de Marie Claire de nicrunicuit et je me rends compte que çà n’a rien à voir avec la véritable fermentation. Je me limiterai donc aux yaourts et aux fromages ! Je suis également partante pour votre recette de yaourts au lait de soja avec cet appareil. Merci pour vos recettes aussi originales que délicieuses.

    –> Je vous rejoins, le livret de recettes n’est pas du tout adapté à la France !
    Il ne s’agit pas de fermentation naturelle « maison », mais c’est ce que j’expliquais dans mon billet… En revanche, il est top pour yaourts, fromages, pickles, vinaigres et cie, ce qui est mon usage et peut-être le vôtre.
    J’ai posté la recette des yaourts de soja dans un commentaire un peu plus haut.

Laisser un commentaire