Green pizza courgette et anis vert

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce blog n’est pas une mine d’or en matière de recettes de pizza. En-dehors de la pizza au mini-four-toaster de ma période dite japonaise (également sous-titrée « no-oven » et « pro-rice-cooker »), la pizza à rien de ma période minimaliste (qui a dit « c’est pas une période, c’est un état d’esprit » ?) et la pizza au fond de pizza précuit (bio, certes, mais un peu honteux tout de même) de ma période flemmingite (qui a dit… bon, OK), on ne trouve aucune recette de pizza digne de ce nom sur ces pages.

Il était grand temps d’y remédier. D’autant que c’est finalement un plat que je fais assez souvent, la plupart du temps sans trop y réfléchir (tomate, mozza, basilic – c’est bon, et vaguement ennuyeux aussi), et avec un résultat à la hauteur de mes espérances. Car oui, après « meringue or not meringue », « noyaux or not noyaux », j’ose enfin lancer le débat du jour : la pizza, pâte épaisse ou pâte fine ? Feuille croquante avec des bulles ou pâte à pain généreuse ?

Ceux qui connaissent mon goût de l’inavouable ont déjà deviné : si je fais semblant de me pâmer devant la finesse de la pâte à pizza du meilleur pizzaoïlo de Paris, c’est un peu par politesse, et beaucoup par lâcheté. Mon option à moi, c’est la pâte de 2 cm d’épaisseur mini, moelleuse dedans et croustillante dehors. Où limite, la garniture, on s’en fout. Sauf qu’aujourd’hui, j’ai fait un effort : pas de sauce tomate-basilic, plutôt une version green qui devrait faire fureur dans les nombreux potlucks du mois de juin à venir : courgettes, anis vert, pistaches et fleur de sel. Avec, à la sortie du four, le petit filet de jus de citron qui change tout.

Green pizza

Pour 1 petite plaque

Pour la pâte* :
250 g de farine de blé (moitié T65, moitié T80 par exemple)
5 g de levure de boulanger déshydratée
1/2 c. à café de sel fin
1 pincée de sucre
125 ml d’eau tiède
2 c. à soupe d’huile d’olive

Pour la garniture :
1 courgette râpée
1 c. à café de graines d’anis vert
60 g de bûche de chèvre (ou parmesan, ou mozza…)
1 pincée de fleur de sel
1 c. à soupe de pistaches concassées
1 filet de jus de citron

Préparer la pâte en mélangeant, dans l’ordre, tous les ingrédients. Pétrir et laisser gonfler à couvert pendant 1h. Abaisser sur une épaisseur de 1 cm environ. Garnir de courgette râpée, graines d’anis, fromage émietté ou en copeaux, pistaches concassées et fleur de sel. Cuire à 220 °C pendant 20 à 25 mn. A la sortie du four, arroser d’un filet de jus de citron.

* Vous faites vous-même votre pain ? Utilisez votre pâte à pain de base à laquelle vous pouvez ajouter un filet d’huile d’olive.

62 réflexions au sujet de « Green pizza courgette et anis vert »

  1. Bonne idée cette garniture ! Ici aussi c’est plutôt sauce tomate (ms maison qd même !!!) … Je n’aurais pas pensé à l’anis vert … Ici aussi c’est pâte croustillante dehors et moëlleuse dedans, et je la fais avec farine de petit épeautre, un délice ! Par contre, pour la levure, je l’achète chez le boulanger qui me vend de celle qu’il utilise, du coup il me vend juste ce que je veux ! Et en plus elle est plus fraiche que celle en cubes !!!

  2. Merci pour cette excellente recette! J’avais peur que les courgettes rendent trop d’eau, mais non, le résultat était parfait.

  3. Pâte fine ou épaisse ? Les deux ! Au gré de mes humeurs…
    Et tu as fait fort pour la garniture ! J’adore la couleur, et l’idée..!

  4. Ma chère Clea

    Ta pizza… comment dire… un délice!! Quelle belle idée les courgettes râpées. J’ai juste tapissé le fond de purée d’ail et à la place de l’anis j’ai mis du petit basilic (grec) et y a rien à dire. La voilà classée dans les recettes Clea « lue, apprécié et à refaire de toute urgence) ;-)
    Un grand merci.

  5. j’ai remplacé les pistaches par des pignons mais le résultat était très goûteux et surtout très frais avec l’anis vert et le filet de citron ! A refaire ! particulièrement à l’appéritif !

  6. Cette pizza sans tomate me tente bien… une amie italienne m’a conseillée une autre recette de pizza « blanche », pas mal non plus, avec mozzarella, pomme de terre râpé et romarin…j’ai mis la recette ici : http://www.maman2enfants.com/?p=863
    bon appétit !

  7. Moi aussi j’aime la pâte épaisse, et ça ne me semble pas du tout inavouable !

    Heureusement je vis avec un demi-italien qui s’en fout et aime ma pizza même quand je la rate… ;-) Mais d’un débat avec des italiens, il semblerait que le débat « pâte fine / pâte épaisse » soit lui-même italien et dépende de chaque région !!! Et les napolitains (Naples étant le berceau de naissance de la pizza me semble-t-il) seraient plutôt habitués à la pâte épaisse m’a-t-on dit…

    De fait dans un courrier de Sartre/Beauvoir dans les années 30, l’un d’eux parlait de sa découverte de la pizza à Naples, en la décrivant comme une galette de pain tout plat tout juste barbouillé de sauce tomate…
    On est donc loin de la pâte ultra-fine croulant sous la garniture qui se fait dévorer dans les soirées-télé (ou les pizzeria chic !)

  8. Ping : Cuisiner les légumes autrement | Clea Cuisine

  9. Ping : Purple pizza au chou rouge, fromage de chèvre et figues séchées | Clea Cuisine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>