springrolls

Rouleaux de printemps aux légumes rôtis+ Concours « Marinades »

Comme je l’évoquais récemment, je me suis réveillée un matin en réalisant qu’une petite marinade pouvait rendre un chou-fleur sexy, et depuis je n’ai pas arrêté de faire faire trempette à tous les légumes, avant de les rôtir au four.

Comme j’ai aussi récemment réalisé que les rouleaux de printemps pouvaient être bons, finalement (pour peu qu’ils ne contiennent pas de germes de soja – situés très haut dans mon palmarès des trucs infâmes, pas très loin du surimi), j’ai forcément mixé les deux : légumes marinés, rôtis, roquette, feuille de riz, et hop, des spring rolls qui se la pètent.

Ah si, encore un truc : la petite sauce pour tremper, sans laquelle le rouleau de printemps perd tout de même 80% de son intérêt. J’adore la « charger » en trucs qui ont du goût : purée de cacahuète, miel, sauce de soja, jus de citron vert et d’orange, et gingembre râpé. Et roulez jeunesse !

Rouleaux de printemps aux légumes rôtis

Pour les légumes :
1 grosse betterave (crue)
6 carottes
3 pommes de terre
125 g de tofu
1 noix de gingembre frais
3 c. à soupe de graines de sésame blond
4 c. à soupe de coriandre hachée
1 citron jaune
2 c. à soupe d’huile d’olive

Pour les rouleaux :
1 bol de roquette
10 feuilles de riz

Pour la sauce :
2 c. à soupe de purée de cacahuète
1 c. à soupe de sauce de soja
1 petit cm de gingembre fraîchement râpé
2 c. à soupe de jus de citron vert
2 c. à soupe de jus d’orange
1 c. à café de miel
3 c. à soupe d’huile de sésame ou d’olive

Peler les légumes et détailler en bâtonnets, ainsi que le tofu. Placer dans un grand saladier. Dans un mortier, écraser le gingembre râpé et les graines de sésame. Ajouter la coriandre, le jus de citron et l’huile d’olive. Continuer à écraser pour obtenir une pâte. Verser sur les légumes et bien mélanger pour les enrober complètement. Disposer sur une plaque de cuisson. Cuire pendant 25 à 30 mn à 200 °C.
Pendant la cuisson des légumes, mélanger tous les ingrédients de la sauce. Ajouter un petit peu d’eau si le mélange n’est pas assez fluide.
Sortir les légumes du four et laisser tiédir. Préparer un plat à gratin rempli d’eau tiède. Humidifier un torchon et placer sur le plan de travail. Tremper chaque feuille de riz 30 secondes dans l’eau tiède, puis déposer sur le torchon. Lorsque la feuille est bien molle, garnir de feuilles de roquette, de bâtonnets de légume et de tofu. Replier deux extrémités vers l’intérieur et rouler à partir du bord pour former un rouleau. Préparer ainsi tous les rouleaux et servir sans attendre, avec la sauce pour tremper.

***

En bonus : 3 exemplaires du livre Marinades de Sigrid Verbert à gagner !

Pour participer, indiquez-moi en commentaire votre recette favorite de marinade, sucrée ou salée, pour n’importe quel mets (légumes, fruits, viande, poisson, tofu…). Les auteurs des 3 recettes que j’aurai le plus envie de tester gagneront un exemplaire du livre.

Attention :
– ce jeu est réservé aux personnes résidant en France métropolitaine (conditions émises par le service de presse de l’éditeur, qui se charge de l’envoi des ouvrages).
– 1 seul commentaire et 1 seule recette par personne.

Date limite de participation : vendredi 4 mai 2012 à 20h.

***

Résultats du concours

J’ai choisi trois recettes en fonction des critères suivants : 1) une marinade inédite pour moi et 2) une marinade que j’aurai à coup sûr envie d’essayer. C’est subjectif, c’est sûr !

Je ne connais aucune des trois gagnantes, aussi je leur demanderai de bien vouloir m’envoyer leur adresse postale par mail pour l’envoi des livres. Je rappelle que le jeu était réservé aux résidents de France métropolitaine – aussi, si l’une des gagnantes ne remplit pas ce critère, je devrai en sélectionner une autre…

Les recettes de marinade gagnantes :

Marinade provençale pour pêches et abricots, de Marion : eau florale de lavande ou de thym tiédie, branche de romarin,  1 c. à soupe de miel (lavande, coriandre, thym, bruyère). Durée : 2h, puis les fruits sont rôtis au four.

Marinade tandoori pour chou-fleur (et autres légumes) de Chloé : 1 yaourt (brebis ou vache, voire soja – on peut aussi utiliser du fromage blanc), 1 à 2 c. à café d’épices tandoori, 1/2 jus de citron, 1 c.à soupe d’huile d’olive, de l’ail écrasé, un morceau de gingembre râpé, un peu de sel, des graines de pavot. Durée : 2h, puis rôtir au four.

Marinade de cacahuète pour le poulet, le poivron et l’avocat (ça doit aussi marcher d’enfer avec tofu et seitan) de Peggy : purée de cacahuète, huile de sésame, une pointe de citron, des oignons hachés. Durée : 2h (au frais), puis cuisson au four.

Bravo et merci à tous pour votre participation ! Le choix a été difficile…

 

ozenya

Ozenya, épicerie japonaise à Grenoble

C’est une bonne nouvelle qui n’intéressera certes que les grenoblois, mais que je ne peux pas ne pas partager : ça y est, on a enfin à Grenoble une épicerie japonaise digne de ce nom !

Disons-le tout net : jusqu’ici, pour bien manger japonais à Grenoble, il fallait aller faire ses courses à Lyon ou à Paris, et s’appliquer en cuisine, parce qu’il n’y a aucun restaurant japonais digne de ce nom.

Or la très, très bonne nouvelle, c’est que cette nouvelle épicerie fait également salon de thé et vente à emporter : on y trouve des bentos joliment garnis (chirashi sushi, inarizushi…), des onigiri et des dango mochi, des petites pâtisseries, des chocolats au thé matcha… le tout, fait maison, par les deux charmantes japonaises qui tiennent cette minuscule boutique, bien cachée mais à deux pas de la Fnac.

Un rêve devenu réalité ? Pour les anciens expats comme moi, la réponse est oui. Pouvoir retrouver le goût du natto (bio, en plus), des zestes de yuzu, des onigiri ou des dango tout frais, c’est un peu faire un aller-retour express au pays du soleil levant. Et ça fait du bien.

Vous voulez encore une bonne nouvelle ? Le site internet d’Ozenya devrait bientôt être rempli. Et on y parle déjà de cours de cuisine…

Ozenya, épicerie et salon de thé japonais à Grenoble
2 rue Alexandre 1er de Yougoslavie 38000 Grenoble
Site internet en cours de construction

veloutecarotte

Velouté de carotte au miso blanc et au gingembre

Vous reprendrez bien une petite soupe ? Loin de moi l’intention de vous abreuver de considérations météorologiques, mais oui : vous reprendrez bien une petite soupe. Surtout si je vous dis que j’en ai trouvé une qui change, tous terrains et toutes saisons ?

Oui, je sais : le velouté de carotte, c’est pas glamour. C’est tout de même un poil glamourisable avec un peu de bonne volonté, de coriandre et de lait de coco. Ou bien avec un truc super bizarre, super bon pour la santé, super pénible à trouver sauf si vous avez un bon magasin bio sous la main : du miso blanc. [Et là, elle perdit la moitié de ses lecteurs...]

Le miso : pâte de soja fermenté, goût salé tendance umami, pilier de la soupe miso, délicieux en pâte à tartiner si vous ne le dites pas à vos amis japonais, existe en noir, brun (le plus courant), rouge et… blanc. Le noir est ultra puissant, le blanc ultra doux, c’est pour cela qu’en général on en utilise du brun, à base d’orge ou de riz. Le blanc, donc : doux, acidulé, parfumé, et… pas évident à utiliser (voir une description chez Clem).

Si, comme moi, vous en avez acheté un sachet dans un moment d’égarement et vous demandez décidément dans quoi vous allez bien pouvoir le passer, cette soupe ultra parfumée est la solution de facilité. Je l’ai tellement adorée que j’ai… racheté du miso blanc. Juste pour la faire et la refaire. CQFD.

J’ai également utilisé des cristaux d’huiles essentielles de citronnelle et de gingembre de la marque Florisens, parce que je n’avais pas la version fraîche sous la main. Si vous avez du gingembre et/ou de la citronnelle frais, foncez, sinon lisez mon interview du créateur de Florisens pour tout savoir sur ces fameux cristaux.

Velouté de carotte au miso blanc et au gingembre

Pour 2-3 personnes

8 carottes
1 petit oignon
1 cube de bouillon aux herbes
1 c. à soupe bombée de miso blanc
Un peu de gingembre râpé ou 1 versée de cristaux d’HE gingembre et 1 de citronnelle

Éplucher les carottes et couper en morceaux. Peler et émincer l’oignon. Placer dans une casserole et couvrir d’eau à hauteur. Porter à frémissement, ajouter le cube de bouillon et laisser frémir pendant 20 mn. Passer au blender avec le reste des ingrédients. Servir bien chaud.

D’autres idées d’utilisation du miso blanc, chez Clem :
Tartinade de carotte au miso blanc et au gingembre
Tapioca comme du riz au lait
Orange curd

gateaucoco

Gâteau à la noix de coco et au citron vert

Voilà ce qui arrive quand on achète un sachet de noix de coco râpée pour faire une recette de biscuits aux flocons d’avoine, et que ladite recette se perd dans les limbes du world wide web… Un sachet de noix de coco même pas ouvert qui traîne depuis des semaines sur l’étagère de la cuisine, au milieu des bocaux régulièrement remplis, vidés, et re-remplis d’amandes, de noisettes, de raisins secs et autres cranberries. Que voulez-vous, la noix de coco râpée ne fait pas partie de mes ingrédients familiers, ceux auxquels j’attribue un nouveau destin à chaque repas improvisé (parfois funeste, le destin – on ne peut pas tout le temps avoir juste). Pas d’incrémentalisme avec la noix de coco donc, il m’a fallu attendre d’être vraiment inspirée pour lui trouver un destin approprié : un bon gros gâteau, plein de bonnes choses, et qui goûterait beaucoup, beaucoup la coco.

Comme j’en avais sous la main, j’ai utilisé à la place de la moitié du sucre de canne du sucre de fleur de coco. Visuellement, il ressemble au sucre Muscovado, du sucre de canne complet ambiance « sable fin et humide ». Il est vraiment extra dans les crumbles, et s’est avéré parfait dans ce gâteau. Son intérêt : un indice glycémique très bas (pour ceux que cela intéresse) et surtout une saveur très agréable. Si vous n’en avez pas, n’importe quel sucre brun conviendra.

Vous verrez, en versant le jus de citron vert dans le lait, que le mélange va rapidement cailler : en 5 minutes, vous aurez en fait du « buttermilk », à la consistance laiteuse-crémeuse, idéale pour ce type de gâteaux.

Gâteau à la noix de coco et au citron vert

Pour 8 personnes

220 ml de lait (soja, vache ou coco, ou un mélange)
2 citrons verts
60 g de purée d’amande blanche
50 g d’huile d’olive
2 oeufs
120 g de sucre de canne brun ou de sucre de fleur de coco
280 g de farine de blé T65
2 c. à café rases de poudre à lever
40 g de noix de coco râpée

Dans un bol, mélanger le lait, les zestes et les jus des citrons verts. Dans un saladier, battre longuement les oeufs avec le sucre. Incorporer la purée d’amande et l’huile. Dans un autre récipient, mélanger la farine, la poudre à lever et la noix de coco râpée. Verser alternativement du lait puis du mélange de poudres dans le saladier contenant le mélange oeuf+sucre, en battant bien à chaque ajout. Lorsque tout est incorporé et que la pâte est homogène, verser dans un moule à cake ou à manqué. J’ai choisi un moule de 20 cm de diamètre parce que je voulais un gâteau haut, mais vous pouvez prendre un moule plus grand et vous obtiendrez un gâteau un peu plus plat (pensez alors à ajuster le temps de cuisson). Cuire à 180 °C pendant 45 mn en vérifiant la cuisson de la pointe d’un couteau (à 5 mn près en plus ou en moins). Laisser refroidir avant de démouler.

Ce gâteau se conserve très bien, emballé dans un torchon.

tartinadepetitspois

Tartinade de petits pois aux pignons et au citron vert

Y a-t-il vraiment une saison des petits pois ? Soit c’est moi, soit ils sont, chaque année, de plus en plus rares et de plus en plus chers. Dommage : j’en raffole, surtout les méga gros, surtout en jardinière… Mais il faut bien l’avouer, je consomme plus souvent du petits pois surgelé (cuit en 12 minutes avec les pâtes, ou en fin de cuisson avec une casserole de petit épeautre ou de gruau d’avoine…) que du fraîchement écossé. Dommage, mais qui sait ? 2012 sera peut-être l’année du come-back du petit pois dans mon panier. J’y crois – autant qu’à mon horoscope lunaire, c’est vous dire (non parce que… j’ai la lune en Bélier !).

Toujours est-il qu’en ce moment j’adore faire des sandwichs grillés (si ça ne vous choque pas qu’ils soient sans jambon ni fromage râpé, appelons-les des « croques », puisque après tout le pain de mie complet est souvent de rigueur), que je remplis à ras bord de légumes râpés, en tartinade ou en purée, de tranches d’avocat et de fromage de chèvre frais. Dans ces conditions, la tartinade de petits pois est souvent de sortie : avec une touche de citron vert et le croquant des pignons, elle tient vraiment bien compagnie à l’avocat et aux carottes. La méthode : toaster les tranches de pain de mie au grille-pain, garnir (beaucoup), appuyer (pas mal), et entreposer au four préchauffé à 160 °C pour tenir au chaud jusqu’à ce que tous les croques soient prêts, et tout le monde attablé. Ça ne cuit pas les légumes crus, mais ça chauffe le tout, ça fond un peu, et c’est super bon !

Tartinade de petits pois aux pignons et au citron vert

Pour 1 grand pot

150 g de petits pois (poids net)
1 poignée de feuilles d’épinard frais (facultatif)
1 citron vert (zeste et jus)
2 c. à soupe de pignons de pin torréfiés*
1 gousse d’ail
1 c. à soupe bombée de purée d’amande blanche OU 40 g de fromage de chèvre frais
2 c. à soupe d’huile végétale (germe de blé par exemple)

Cuire les petits pois dans une casserole d’eau bouillante pendant 10 à 12 mn. Égoutter et mixer avec le reste des ingrédients et 1 bonne pincée de sel. Conserver au frais.

* La torréfaction donne une saveur incomparable aux pignons de pin. Ne les grillez pas à la poêle : passez-les plutôt au four à 200 °C pendant une petite dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Cette méthode permet de les torréfier à cœur et pas seulement en surface.

Note :
Je viens de publier un post « Cuisiner les fruits autrement« , le pendant fruité de la page « récap » sur les légumes.

 

crumblerhubarbemyrtille

Cuisiner les fruits autrement

Comme sa page jumelle sur les légumes, cette liste vous permettra de trouver des idées en fonction des fruits dont vous disposez. Piochez bien !

sato-cleaEt pensez à aller régulièrement voir mes recettes sur le site de Satoriz. De nouvelles recettes chaque semaine, toujours de saison et 100% bio !

Abricot
J’en raffole quand il est cuit, en tarte tatin et en crumble tout particulièrement.

Velouté 3A : abricot, amande et argan
Crumble au miel, rhubarbe, myrtille et abricot
Crumble abricots-pêches-framboises
Tatin à l’abricot
Mozzarella farcie, abricot, miel et thym frais
Carrés croustillants aux abricots
Fondant renversé aux abricots et à la pâte d’amande
Mousse à l’abricot et au lait de coco

Ananas
Délicieux caramélisé, en sucré comme dans les plats salés.

Croque-ananas
Ananas et tofu caramélisés
Ananas poêlé aux figues
Tatin à l’ananas
Charlotte à l’ananas

Avocat
A mixer pour profiter de sa texture : en mousse au chocolat, en guacamole, en matière grasse pour la pâte à tarte, en purée avec des pommes de terre… Et dans plein de tartinades.

Mini burgers miel et sésame à l’avocat
Green guacamole
Tartinade d’avocat au riz soufflé
Guacamole iodé
Nouilles soba à l’avocat et au natto
Salade de brocoli à l’avocat et au tahin

Banane
Géniale pour remplacer (ou compléter) les oeufs dans les recettes de cakes ou de muffins, et dans les crèmes dessert.

La crème Budwig : le petit dèj santé !
Crème rapide banane-pruneaux
Dessert mousseux pommes-bananes
Crumble au citron gourmand
Cake de banane au beurre de cacahuètes
Yaourt glacé à la banane
Cake banane, citron, sésame

Cerise
Pas très fan, sauf quand elle est cuite… ou version salée !

Cherry curd
Tarte honteuse aux cerises
Clafoutis au lait d’amande
Petits moelleux aux cerises
Salade de petit épeautre aux cerises rôties et au chèvre frais
Croques aux cerises, épinard et chèvre frais

Citron
Pour un max d’idées sucrées : voir mon livre sur les desserts au citron. Et côté salé, piocher dans mon dossier écrit pour le site de Satoriz.

Pâte à tartiner dattes citron amande
Framboises et crème au citron
Crumble au citron gourmand
Gâteau citron amande à tomber par terre
Gâteau à la faisselle et au citron

Tarte mangue et citron
Tarte au citron – la recette ultime
Tarte au citron meringuée
Tarte soufflée citron-pavot
Petits pains aux algues et au citron
Muffins au citron et pâte d’amande
Semoule au citron et au lait de soja
Cake au citron
Carrés au citron bergamote et thé Earl Grey
Cake au citron et au mascarpone

Coing
En compote, crumble et tatin : un délice.

Crumble pomme coing
Gâteau aux coings
Tarte Tatin aux coings
Confiture et pâte de coing
Tarte pomme coing

Figue
Figue et chocolat, figue et purée d’amande, figue et fromage de chèvre… Difficile de se tromper !

Crème dessert figues et noix caramélisées
Fondant au chocolat et aux figues
Tarte aux figues et à la purée d’amandes blanches
Tarte salée aux figues façon Linzertorte
Fondant à la farine de châtaigne et aux fruits de fin d’été

Fraise
C’est encore dans son plus simple appareil que je la préfère : crue, sur une belle pâte à tarte sablée. Ou émincée, mélangée avec du yaourt de brebis et de la pâte à crumble émiettée.

Gariguettes à la crème pâtissière végétale
Velouté de fraises
Cheese-cake au verre
Fraisier au chocolat au lait
Tarte aux fraises simplissime
Salade d’asperges et vinaigrette à la fraise
Cheesecake « à la japonaise » aux fraises et noisettes grillées
Confiture de fraise à l’agar-agar
Glace fraise yaourt

Framboise
Comme l’abricot, c’est en crumble que je la préfère. Quoique les muffins…

Framboises et crème au citron
Petits pots de ganache passion-framboises
Crumble abricots-pêches-framboises
Crumble aux framboises
Cake aux framboises et à la farine de riz
Tartelettes framboises Spéculoos
Sirop de framboises
Muffins aux framboises
Clafoutis aux framboises
Sorbet ultra rapide et émiettée croquante
Mousse de framboises à l’huile essentielle d’ylang-ylang
Muffins au lait d’amande
Salade de haricots verts à la vinaigrette de framboises
Carrés coco framboise
Mousses aux framboises

Fruits de la passion
J’en ai rarement sous la main, mais ils sont aussi délicieux en coulis ou dans les vinaigrettes.

Pannacotta au passion curd

Grenade
Quand je n’en mets pas dans mes salades…

Pannacotta grenadine
Salade de petit épeautre à la grenade, aux agrumes, aux pignons et à la feta

Groseille
« Grozeillosuc » : c’est le meilleur ! Sinon, une bonne tarte…

Tarte aux groseilles

Kaki
Depuis que j’ai découvert que la pulpe de kaki faisait une excellente base pour les gâteaux, je ne les boude plus !

Verrines pomme, kaki et chocolat blanc
Gâteau à la pulpe de kaki et aux noix
Muffins au kaki et à la mandarine

Kiwi
Dans les salades, ou en coulis.

Soufflé-dessert au kiwi
Salade de kiwi, pomme et saumon fumé

Kumquat
Pas très inspirée, à part en sucré salé.

Chutney express de kumquat au gingembre

Mangue
Hum, les coulis et les curds à la mangue… Sinon, en tartare avec du saumon cru.

Mango pudding et petit buffet d’été
Clafoutis de mangue parfum orangé

Tiramisu mangue et spéculoos
Riz au lait et compotée de mangue et orange

Melon
Quand il fait vraiment très chaud : en glace ou en gelée.

Gelée de melon au sésame noir
Crème glacée au melon et lait d’amande

Multi-fruits
Toutes les recettes qui se prêtent à de multiples sortes de fruits, notamment les mélanges de fruits rouges.

Dôme de fruits à l’agar-agar
Gâteau au fromage blanc 0%
Recette de base pour gâteau au cuiseur à riz

Tarte aux fruits, fromage blanc de chèvre, noix et pavot
Petits pots à la semoule et au lait de quinoa

Mûres
Crumble, muffins (voir muffins aux framboises).

Crumble aux mûres
Fondant à la farine de châtaigne et aux fruits de fin d’été

Myrtille
Celles du jardin finissent généralement entartées… tout simplement.

Crumble au miel, rhubarbe, myrtille et abricot
Tartelettes aux myrtilles
Brioche aux myrtilles
Simili cheese-cake
Muffins myrtilles-coco
Fondant à la farine de châtaigne et aux fruits de fin d’été

Orange
L’embarras du choix, sucrée comme salée. Le mariage avec les poireaux est extra. Sinon, en fondant avec des épices, de la mélasse, de la patate douce…

Assiette agrumes-chocolat
Compotes d’hiver aux agrumes et fruits secs
Tourbillons matcha-orange
Crumble oranges dattes
Galette des Rois à la lentille verte du Puy, orange et vanille
Gâteau à l’orange et à la pâte d’amande
Fondant à la patate douce et à l’orange
Bûche au pain d’épices, à la pâte d’amande et à l’orange
Gâteau léger à l’orange fourré à la crème MangOrange
Gâteau aux épices douces et à l’orange

Gâteau à l’orange UNICEF
Tarte aux pommes et au crumble orange-cranberries
Tarte aux poireaux, à la féta et à l’orange
Mousse pulpeuse à l’orange

Salade de petit épeautre à la grenade, aux agrumes, aux pignons et à la feta

Pamplemousse
Son amertume me plait de plus en plus. Voir aussi le crumble orange dattes, auquel on peut ajouter du pamplemousse + le dossier agrumes.

Compotes d’hiver aux agrumes et fruits secs
Sandwich au pamplemousse et à la purée d’amande

Pêche
Je ne la cuisine pas énormément. Pourtant, une bonne tarte Tatin aux pêches et au gingembre…

Pêches rôties au miel et aux amandes
Pêches rôties à la mélisse
Tourbillon de pêches jaunes au pavot bleu
Crumble abricots-pêches-framboises
Salade de fruits à l’huile d’olive

Poire
Très sucrée, elle me plait maintenant davantage dans les salades que dans les tartes ou les crumbles.

Galette des Rois à la crème de calisson et aux poires
Crèmes dessert pomme poire à l’agar-agar
Délice pommes poires
Charlotte poire marron chocolat à l’agar-agar
Gâteau lumière aux poires

Tarte choconoisettine aux poires
Salade de roquette, poire et pain d’épices
Mousse matcha aux poires
Petites crème safranées aux poires

Pomme
L’un des fruits que j’utilise le plus, sucrée comme salée. En dés dans les salades, ou en dessert – rien ne vaut une bonne tarte aux pommes poudrée de cannelle.

Compotes d’hiver aux agrumes et fruits secs
Crème veloutée de pommes et noisettes
Cookies aux pommes
Crèmes dessert pomme poire à l’agar-agar
Verrines pomme, kaki et chocolat blanc
Dessert mousseux pommes-bananes
Crumble pomme coing
Gâteau à la compote

Gâteau pomme cannelle
Gâteau pomme pistache

Concentré d’automne
Délice pommes poires
Galette o’pom

Tarte aux pommes et au crumble orange-cranberries
Tarte pommes pruneaux
Tarte aux pommes
Lentillesotto aux petits légumes et à la pomme verte
Salade de kiwi, pomme et saumon fumé
Salade de céleri-rave aux pommes
Chaussons briochés aux pommes
Trempette pomme noix roquefort
Tarte aux pommes à l’ancienne
Tarte pomme coing
Tarte rustique aux pommes, fromage de chèvre et oignons rouges
Fondant pomme-coco et streusel aux noix
Gâteau aux pommes et à la purée d’amande complète
Pudding pomme rhubarbe et gingembre confit

Prune
J’adore ! La saison est courte, direction une belle tarte…

Prunes en croûte biscuitée
Gâteau aux mirabelles
Tarte aux mirabelles, pâte sablée noisette
Tarte aux prunes et pistaches
Trifle de tapioca, prunes et orange confite
Clafoutis aux mirabelles
Fondant à la farine de châtaigne et aux fruits de fin d’été

Rhubarbe
Un légume, pas un fruit… Mais pratique à retrouver ici. Voir aussi mon livre pour des recettes salées comme sucrées.

Pannacotta au yaourt de brebis et compote de rhubarbe
Crumble au miel, rhubarbe, myrtille et abricot

Crème de rhubarbe et spéculoos
Clafoutis rhubarbe vanille au yaourt de brebis
Coffee cake à la rhubarbe, vanille et cardamome
Gâteau lightissime à la rhubarbe
Muffins à la rhubarbe
Tarte à la rhubarbe
Tarte à la rhubarbe amandine
Barres à la rhubarbe
Croustillant à la rhubarbe

muffinsframboises

Muffins aux framboises

Je sais, c’est pas la saison. C’est pas grave : ça faisait des jours que j’avais envie de muffins aux framboises. Et (allez-y, frappez-moi !) j’ai toujours des framboises surgelées dans le congèl’… Ce que je n’avais pas, en revanche, c’est « the » recette de muffins aux framboises. J’en avais déjà deux de muffins au citron, une de muffins à la courge, une de muffins « nature customisables » (à gaver de la pâte à tartiner de votre choix), une de muffins au chocolat (et au sésame, hum), une de muffins à la rhubarbe (avec le petit streusel qui va bien), une à base de purée de pruneaux (wouhou)… Mais pas « le » muffin classique, j’ai nommé framboise (ou myrtille). Ouf, ce manque improbable est désormais comblé…

Vous en conviendrez, le muffin, c’est un peu le degré zéro de la pâtisserie. En gros, on prend des ingrédients, on mélange (mais pas trop, c’est la seule recette où on a le droit – et même le devoir – de laisser des grumeaux), et au final ça finit toujours plus ou moins par marcher. Tout le monde ou presque a donc « sa » recette de muffins, et ses goûts en la matière. Celle-ci, c’est donc « ma » recette, ou plutôt ma façon de les aimer : pas trop sucrés, bien roots (farine d’avoine, purée d’amande complète…), aromatisés classiquement (vanille, citron, framboise).

Bonne nouvelle : c’est aussi la seule recette où vous avez le droit de remplacer des framboises par des pépites de chocolat… Alors joyeuses Pâques !

Muffins aux framboises

Pour 12 muffins

250 g de farine d’avoine
30 g de poudre d’amande ou noisette
2 c. à café de poudre à lever
125 g de sucre de canne brun
1 c. à café rase de vanille en poudre
2 oeufs
70 g de purée d’amande complète
180 g de lait de votre choix
2 c. à café de jus de citron
200 g de framboises (fraîches ou surgelées)

Dans un saladier, mélanger la farine, la poudre d’amande, la poudre à lever, le sucre et la vanille. Dans un bol, battre les oeufs avec la purée d’amande. Incorporer le lait et le jus de citron. Placer les framboises dans le saladier de farine et remuer. Incorporer le mélange liquide et mélanger rapidement. Verser dans des moules à muffins. Cuire pendant 20 mn à 180 °C.

betterave-gingembre-tournesol

Tartinade de betterave, graines de tournesol, gingembre et coriandre

Depuis quelques semaines, je suis l’heureuse propriétaire d’un extracteur de jus. Celui-ci m’a été offert, mais j’avoue que cela faisait un moment que je lorgnais sur l’engin, en me demandant si je pouvais réellement en avoir l’utilité (et puis, vu le prix, j’avoue que le KitchenAid Artisan serait de toute façon passé en premier !). Là, je ne pouvais pas demander mieux : un extracteur de jus dans ma cuisine, sans avoir à me poser la question de savoir si vraiment j’en avais besoin/envie, c’était presque un cadeau du ciel.

Sauf que, héhé… J’allais devoir me poser plusieurs autres questions : 1) comment ça marche, ce truc ? et 2) c’est bien gentil, mais j’en fais quoi ? Bien sûr, j’avais lu le petit bouquin d’Anne Brunner sur la question. Je savais que je pouvais l’utiliser pour faire des jus (noooooon ?), des purées d’oléagineux, de légumes et de graines (donc des tartinades), du pesto, etc.

Sauf que… on boit pas souvent des jus, à la maison. On aime bien croquer les fruits comme ça, pas trop les boire à la paille. Du coup, l’extracteur a d’abord pris la poussière pendant plusieurs jours avant que je ne me décide à l’inaugurer. Pour la grande première, j’ai choisi un truc très coriace : la betterave crue. Que genre, si on la mixe au robot ménager, on obtient des paillettes qui croquent, mais certainement pas une jolie purée toute lisse. A ça, j’ai ajouté des graines de tournesol que j’avais fait tremper quelques heures. Que genre, si on les mixe telles quelles, on obtient un truc tout granuleux, pas glop. Autrement dit : le test de l’extrême !

Alors forcément, ça a marché : avec tout ça (et de la coriandre au milieu, et puis allez tiens, un gros morceau de gingembre aussi), j’ai obtenu une tartinade extra lisse et extra bonne, avec que des choses top pour ta santé dedans. J’ai aussi obtenu un extracteur de jus à nettoyer (parce qu’en plus, le rose betterave, comme inauguration, on ne fait pas plus gore). Et je dois dire que j’ai trouvé ça plutôt long : toutes les pièces à détacher, à nettoyer (avec la petite brosse à dents livrée avec, pour certains petits trous récalcitrants), à essuyer, à remettre en place façon puzzle… Je voue une haine tenace aux notices d’utilisation, mais j’avoue que j’aurais aimé que celle fournie avec l’engin soit un peu plus précise, un peu moins minimaliste.

Ceci dit, passé ce premier contact, j’ai bien entendu persévéré. A l’usage, c’est comme tout : on s’y fait, on y passe de moins en moins de temps, et surtout, on apprécie vraiment. Le petit cocktail pomme-betterave-gingembre avec les crackers à l’apéro, c’est très chouette pour recevoir du monde un dimanche midi de printemps. La pâte à tartiner « crue » pruneaux-noisettes-café (inspirée d’une barre de céréales by K&K Berg), prête en un tour de main et sublimement onctueuse, c’est vingt fois plus sympa que le N**** pour le petit dèj du lendemain. Bref, j’ai rapidement pris goût aux préparations ultra saines, ultra variées et facilement improvisables, que permet l’extracteur de jus. Il est là, dans un coin de la cuisine (surtout pas dans un placard en hauteur, comme la sorbetière que je n’utilise du coup quasiment jamais…), et il est parti pour y rester. La première vaisselle passée, j’ai compris comment lui régler son compte en 2 minutes chrono, remontage inclus.

Avais-je vraiment besoin d’un tel outil ? Non, on peut bien évidemment très bien s’en passer. Est-ce que je prends du plaisir à l’utiliser ? Oui, énormément. Si vous hésitez, je vous recommande la lecture de l’article d’Anne Brunner pour savoir si son acquisition en vaut la peine pour vous. C’est un budget, mais cela vaut la peine de se poser la question – cela peut par exemple, comme un KitchenAid d’ailleurs, faire l’objet d’un gros cadeau d’anniversaire collectif. Assurez-vous simplement que vous avez la place de le laisser sorti en permanence dans votre cuisine : il faut que ce soit un instrument de plaisir, qu’il permette de cuisiner vite fait, pas source d’agacement s’il faut à chaque fois le sortir, le monter, le laver, le ranger…

Tartinade de betterave, graines de tournesol, gingembre et coriandre

Pour 1 grand pot

1 grosse betterave crue
1 noix de gingembre frais
1/2 verre de graines de tournesol (trempées pendant au moins 3 heures puis rincées)
4 c. à soupe de coriandre fraîche ou surgelée, hachée

Peler la betterave et couper en morceaux. Peler le gingembre et couper en deux. Passer le tout dans l’extracteur de jus. Conserver au réfrigérateur. Consommer sur des tranches de pain grillées, des galettes de riz, des wraps… ou allonger d’huile pour obtenir une sauce salade.