Seitan façon mafé

Si on inventait une série de questions « recettes de sauces » au Trivial Pursuit, nul doute que j’aurais du mal à obtenir le petit camembert convoité (d’ailleurs, puisqu’on en parle, je suis imbattable sur les séries roses et marrons, mais je sèche inévitablement sur les vertes et les oranges – c’est la vie, mes amis). Tout ça pour dire que je ne sais pas, là comme ça, lister les ingrédients d’une béarnaise, d’une sauce gribiche, et encore moins d’une sauce satay. En revanche, j’ai de vagues notions, qui tendent à me faire dire que j’ai fait une sauce aïoli si j’ai mis de l’aïl dedans, voyez le genre ?

C’est donc un peu comme ça qu’est né ce seitan « façon mafé », parce que je n’ose pas dire « sauce mafé », de peur de me faire démolir dans les commentaires par ceux qui connaissent La Vraie Recette de cette sauce d’Afrique de l’Ouest qui accompagne là-bas de nombreux plats de viande et de légumes. L’idée, c’est une petite sauce bien épaisse, à base de beurre de cacahuète, d’oignon, de concentré de tomate, de miel et de citron. Je ne sais pas si c’est 100% mafé, mais en tout c’est à 200% délicieux pour doper un peu des tranches de seitan dorées qui s’ennuyaient. A tester aussi avec du tofu, de la viande, des légumes, des céréales, ou juste comme ça sur du pain.

Seitan façon maffé

Pour 4 personnes

2 oignons
1 c. à soupe d’huile de sésame ou d’olive
75 g de purée de cacahuète
3 c. à café de concentré de tomate
1 c. à soupe de miel liquide
1 jus de citron
300 g de seitan
Pour accompagner : haricots verts, petits pois, courgettes, carottes…

Peler et émincer les oignons. Faire dorer dans l’huile. Placer dans le bol du mixeur avec la purée de cacahuète, le concentré de tomate, le miel et le jus de citron. Mixer. Placer dans une assiette creuse et ajouter le seitan coupé en bâtonnets. Laisser mariner pendant 1 à 24h. Pour la cuisson, ôter le seitan de la sauce et placer celle-ci dans un bol. Cuire le seitan dans un peu d’huile d’olive ou de sésame, jusqu’à ce qu’il soit très légèrement doré. Servir chaud en accompagnement de légumes, avec la sauce pour tremper les bâtonnets de seitan dorés.

NB : la newsletter de décembre partira bientôt, si vous voulez vous abonner c’est ici.

Tarte aux pommes et au crumble orange-cranberries

Après le relooking de la tarte aux poireaux, c’est celui de la tarte aux pommes qui s’imposait, isn’t it ? On a déjà pas mal discuté tarte aux pommes sur ces pages, alors venons-en simplement à la version hiver 2011-2012 : une customisation sous la forme d’un crumble (ou d’un streusel, pour être peut-être un peu plus exacte) à base d’amandes moulues maison (ou de poudre d’amande complète), de cannelle, de jus et de zeste d’orange, et de cranberries séchées. C’est un quatuor de choc, et une base de pâte à crumble que vous pourrez réutiliser très facilement : en crumble, cela va sans dire, mais aussi comme pâte à biscuits (en ajoutant 1 oeuf ou de la matière grasse).

En tout cas, la tarte aux pommes version fin 2011 fleure bon l’hiver et la comfort food qui va avec !

 

Tarte aux pommes et au crumble orange-cranberries

Pour 6 personnes (moule de 20 cm de diamètre)

Pâte :
160 g de farine de blé T80
20 g de poudre d’amande complète
20 g de sucre de canne blond
1/2 c. à café de cannelle en poudre
80 g de purée d’amande blanche ou 4 c. à soupe d’huile d’olive

Garniture :

6 grosses pommes type Canada
3 c. à café de cannelle en poudre
25 g de cranberries (ou autres fruits secs hachés)
1 orange
100 g de farine de blé T80
30 g de poudre d’amande complète
50 g de sucre de canne blond
2 c. à soupe (50 g) de purée d’amande blanche

Préparer la pâte en mélangeant, dans l’ordre, tous les ingrédients. Ajouter 1 ou 2 c. à soupe d’eau si nécessaire, de manière à pouvoir foncer un moule à tarte de 20 cm de diamètre (il n’est pas nécessaire de l’étaler, simplement de bien la répartir dans le fond de tarte de manière régulière. Enfourner pendant 5-8 mn à 180 °C. Pendant ce temps, peler les pommes, épépiner et couper en larges tranches. Garnir le fond de tarte, saupoudrer de cannelle (1 c. à café) et replacer dans le four pour 10 mn. Pendant ce temps, préparer le crumble. Mélanger la farine, la poudre d’amande, le sucre et la cannelle restante. Ajouter le zeste de l’orange. Sabler avec la purée d’amande. Incorporer les cranberries. Ajouter juste assez de jus d’orange pour que le mélange soit souple et malléable, sans être trop humide. Disposer ce crumble sur la tarte aux pommes et cuire 30 à 35 mn de plus, jusqu’à ce qu’il soit bien doré. Servir tiède.

Tarte aux poireaux, à la féta et à l’orange

Dans le ELLE de cette semaine (j’ai des lectures très saines, voyez-vous), le Dr Aga propose le plus naturellement du monde de mettre à mort le mois de novembre. Sous prétexte qu’il fait froid (elle devrait vivre à Grenoble) et qu’on ne trouve que des courges et des pommes. Mais moi je dis non. On trouve aussi des poireaux ! Et ça, c’est une excellente nouvelle. Mais siiiiiii.

Bon, j’avoue, je n’ai que deux recettes et demi contenant des poireaux qui soient à peu près récurrentes à la maison. La première, c’est le velouté poireaux-marrons, dite aussi recette vite faite du mercredi soir : des poireaux émincés, cuits à l’étouffée, et mixés avec un bocal de marrons au naturel et un peu de crème végétale. La demi-recette, c’est ce que je fais avec tous les légumes qui me tombent sous la main : une fois cuits, je les mélange avec un peu de crème et je les dépose dans un plat à gratin, en alternance avec des plaques de ravioles, façon lasagnes, et hop, au four. On appelle pompeusement ça « gratin de ravioles », et ça fait manger des légumes aux plus récalcitrants (les ravioles agglutinées sont trèèès difficiles à trier).

Dernière recette récurrente : l’indéboulonnable tarte aux poireaux. J’ai longtemps pratiqué la version 2005 (fromage de chèvre et curry), avant de tenter une version 2010 un peu plus light (petites graines et flocons d’avoine). Mais j’en reviens toujours au bon vieux concept de tarte aux poireaux avec du fromage dedans – c’est l’hiver, que voulez-vous. L’innovation 2011, c’est d’y mettre une orange (zeste et jus) au moment de la cuisson des poireaux. Ça change, ça adoucit le tout, et puis ben, c’est bon, quoi !

Tarte aux poireaux, à la féta et à l’orange

Pour 4 personnes

Pâte :
180 g de farine de blé T80
½ c. à café de sel
5 c. à soupe d’huile
1/3 de verre d’eau

Garniture :
1 orange
3 à 4 poireaux
2 œufs
20 cl de crème liquide d’avoine
200 g de féta

Mélanger tous les ingrédients de la pâte, former une boule, abaisser et foncer un moule à tarte. Zester et presser l’orange. Laver et émincer les poireaux. Cuire les poireaux dans le jus et le zeste d’orange, à l’étouffée, pendant 20 mn. Battre les œufs avec la crème et 1 pincée de sel. Ajouter les poireaux et la féta émiettée. Garnir le fond de pâte. Cuire au four à 180 °C pendant 50 mn. Servir chaud ou tiède.

Index des recettes par ingrédients pour « Veggie »

Vous l’avez réclamé à cors et à cris, le voici enfin, après des heures et des heures de copier coller : l’index des recettes de Veggie, classées par ingrédients.

Index par ingrédients

 

Maintenant, à vous de jouer : téléchargez-le, imprimez-le, encadrez-le, et servez-vous en.

Si vous constatez qu’il manque un ingrédient essentiel ou qu’il y a des erreurs, n’hésitez pas à m’en faire part. Notez bien tout de même que je ne ferai pas la liste des recettes contenant de la farine, de l’huile d’olive ou du sucre, ce qui me semblerait à la fois fastidieux et vaguement inutile… non ?

Have fun!

 

Muffins à la courge butternut et au pralin

Non, non, restez là : vous êtes bien sur Clea cuisine – on a juste changé la tapisserie ! Ça vous plaît ? (Parce que si ça ne vous plaît pas, vous avez le droit de le penser, mais pas de le dire trop fort : Myriam, Ludo et moi, on a beaucoup bossé et on n’a pas envie de tout devoir recommencer !)

Le fonctionnement du blog reste le même, mais vous trouverez de nouvelles rubriques en naviguant dans le menu horizontal situé sous la bannière. Dans « Bio attitude », vous trouverez notamment plein d’astuces pour découvrir les produits bio, télécharger une liste de courses, des astuces pour manger bio sans dépenser plus, etc. La rubrique « Goodies » vous permet pour le moment de télécharger gratuitement certaines recettes de mes livres, mais très bientôt vous y trouverez d’autres petits cadeaux maison : des PDF un index par ingrédients pour « Veggie »…

Bref, faites un tour, (re)découvrez, faites comme chez vous ! La section commentaires est toujours là pour les remarques et les questions.

Histoire de ne pas déroger aux bonnes habitudes (pas-de-post-sans-recette), une petite fournée de muffins me paraît totalement appropriée. J’ai utilisé comme base de la courge butternut en purée, mais vous pouvez opter pour un autre modèle de courge, du potimarron ou même de la patate douce.

Muffins à la courge butternut et au pralin

Recette inspirée du blog Cooking Melangery

Pour 10 muffins

1/2 courge butternut de petite taille
3 oeufs
80 ml de lait de riz
40 g d’huile d’olive
60 g de yaourt (soja, ou autre)140 g de pralin (ou moitié sucre, moitié poudre de noisette)
20 g de sucre de canne blond ou complet
30 g de poudre d’amande
140 g de farine (moitié blé, moitié châtaigne ici)
20 g de fécule de maïs
1 c. à café de poudre à lever
2 c. à café de cannelle et/ou épices à pain d’épices

Couper la butternut en 4, ôter les pépins et cuire à l’étouffée pendant 20 mn. Peler et réduire en purée. Prélever la moitié de la purée, réserver le reste pour un autre usage. Battre la purée avec les oeufs, le lait, l’huile et le yaourt. Dans un autre récipient, mélanger le reste des ingrédients, puis verser dans le mélange liquide. Préchauffer le four à 180 °C. Verser l’appareil dans des moules à muffins et cuire pendant 15 à 20 mn (max). Laisser refroidir.

 

Salade tiède, sauce à la purée de pépins de courge toastés

Je me dis parfois que ça fait bien longtemps que je ne me suis pas trouvé un nouvel ingrédient fétiche qui sorte un peu de l’ordinaire. Maintenant que le commun des mortels connait parfaitement le tofu, le miso et la purée d’umébosis (ben quoi ?), plus moyen de frimer dans les dîners mondains. Heureusement, j’ai découvert il y a quelque temps ma nouvelle arme fatale : la purée de pépins de courge toastés.

Déjà, rien que l’intitulé, c’est long et ça fait peur (aux non-initiés). Je prends. Ensuite, la couleur est zarbi : un vert forêt, un peu fluo par endroits, voire vaguement psychédélique. Enfin – c’est là l’essentiel – c’est vraiment un truc à tomber par terre. Le pot parait invariablement trop petit, et je dois me résoudre à ne pas tout tartiner sur des tranches de pain grillé encore chaudes (là où ça fond un peu…), si je veux en garder pour faire d’autres choses.

« L’autre chose » principale, la plus intéressante jusqu’ici, c’est une utilisation sous forme de sauce salade, juste délayé dans un peu de jus de citron et d’huile d’olive. J’adore l’utiliser sur les salades chaudes (ou tièdes), mes préférées quand les températures commencent à baisser. C’est un assemblage au-gré-du-panier de légumes rôtis au four avec des épices, de graines ou de noix toastées, et d’une céréale, riz et boulgour en tête. Avec la purée de pépins de courge, je trouve que la butternut et le potimarron sont vraiment tout indiqués, mais c’est un peu vous qui voyez !

L’inconvénient principal de ce nouvel ingrédient chouchou reste la disponibilité (non, pas taper !). On le trouve pour l’instant exclusivement sur internet, (ici ou ) mais gageons que si on le réclame tous très fort à notre magasin bio préféré, il finira par en commander…

Salade tiède au riz thai et aux 3 courges
Pour 4 personnes
2 verres de riz thai complet
1 petite courge butternut
1 petit potimarron
1 filet d’huile d’olive
1 c. à café rase de zaatar (mélange d’épices)
1 poignée de graines de courge
1 c. à café de fleur de sel
2 c. à café bombées de purée de graines de courge toastées
1 citron
2 c. à soupe d’huile d’olive
2 c. à soupe d’eau
½ c. à café de sel fin

Cuire le riz selon les indications du fabricant.
Laver la courge et le potimarron. Couper en 4. Oter les graines et la partie fibreuse. Couper en tranches, puis en cubes. Il est inutile d’ôter la peau. Disposer sur une plaque de cuisson et arroser d’un filet d’huile d’olive. Parsemer de zaatar. Faire rôtir au four à 180 °C pendant 40 mn (ou jusqu’à ce que les morceaux soient tendres). Enfourner également les graines de courge mélangées avec la fleur de sel, pendant 20 mn environ.
Dans un petit bol, délayer la purée de graines de courge avec le jus du citron, l’huile d’olive et l’eau. Ajouter le sel et réserver.
Servir le riz avec les cubes de courge rôtis, les graines de courge toastées et napper de sauce à la purée de graines de courge.