Timbales de lentilles vertes au saumon fumé

Ces temps-ci, j’ai ressorti mes envies de petits plats mijotés et de légumineuses. Mes bocaux de pois cassés et de lentilles de toutes les couleurs, flambants neufs, sont très rapidement vidés et aussitôt re-remplis… L’une de mes associations favorites, ce sont les lentilles vertes et le saumon fumé (ou le tofu fumé, d’ailleurs). Je l’avais déjà expérimentée en salade tiède, la voici en timbale chaude, pour un plat complet qui change.

timbaleslentillessaumon

Timbales de lentilles vertes au saumon fumé

Pour 4 personnes

2 verres de lentilles vertes
4 tranches de saumon fumé
150g de carottes râpées
4 échalotes
1 c. à soupe de sauce de soja
2 c. à soupe de levure maltée

Cuire les lentilles vertes dans une casserole d’eau pendant 25 minutes à feu moyen. Pendant ce temps, émincer les échalotes. Faire revenir dans un peu d’huile d’olive. Ajouter les carottes râpées et laisser fondre pendant une dizaine de minutes. Hors du feu, ajouter la sauce soja, la levure et les lentilles bien égouttées. Garnir 4 plats à gratin individuels (ou un grand) de saumon fumé. Répartir le mélange aux lentilles dans les plats à gratin. Passer au four pendant 10 mn à 180°C. Démouler et servir sans attendre.

Moelleux banane coeur d’amande

Pour réussir ces moelleux au coeur un peu fondant, tout dépend de votre four, comme pour des coulants au chocolat. Le truc, c’est de les retirer avant que la pointe du couteau ressorte sèche, et c’est le paradis assuré !

moelleuxbanane

Moelleux banane coeur d’amande

80g de purée d’amande complète
100g de sucre brun
2 oeufs
100 ml de lait végétal
180g de farine T80
1 càc de poudre à lever
1 banane

Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre, sauf la banane. Verser dans des moules à muffins ou à moelleux et décorer de rondelles de banane. Enfourner pour 10mn à 180 °C.

Crème veloutée de pommes et noisettes

Il y a quelques temps, je redécouvrais avec bonheur les premières pommes de l’automne. Ma maman, chez qui j’étais réfugiée pendant plus d’un mois et demi, a, comme elle dit, « repris le rythme des pommes » : elle en coupe quelques unes en lamelles avant de passer à table, et elle les laisse fondre dans un faitout avec un couvercle, à feu très doux, pendant qu’on attaque le repas. Quelques minutes plus tard, à l’heure du dessert, elles sont chaudes et fondantes, un vrai régal ! Quand il en reste, si on ne les consomme pas telles quelles, je cherche souvent un moyen de les recycler. Mixées en compote veloutée avec de la ricotta et de la purée de noisette, c’est vraiment bon : aucune saveur ne l’emporte sur les autres, tout est bien équilibré, et très automnal. Le petit croustillant de noisettes par-dessus, c’est juste parce que j’aime que les desserts croquent et fondent à la fois… Pas vous ?

cremevelouteepomme

Crème veloutée de pommes et noisettes

Pour 4 personnes

400g de pommes cuites
100g de ricotta (optionnelle ; remplaçable par du yaourt de brebis entier ou de la faisselle)
1 c. à soupe de purée de noisette
1 poignée de noisettes

Mixer les pommes avec la ricotta et la purée de noisette. Griller les noisettes dans une poêle sans matière grasse. Lorsqu’elles sont bien brunes, laisser tiédir, ôter la peau et concasser. Décorer les crèmes avec les noisettes.

Ces crèmes sont veloutées, c’est-à-dire que la consistance est relativement liquide. Si vous souhaitez quelque chose de très pris, utilisez de l’agar-agar. Mixez les pommes, ajouter 1/2 c. à café d’agar-agar, portez à ébullition pendant 10 secondes, puis procédez comme précédemment.

Les trois recettes gagnantes du concours « courges et potimarron »

Tout d’abord, un grand merci à tous ceux qui m’ont envoyé des recettes de courges et autres potimarrons pour le jeu spécial Semaine du Goût ! J’ai adoré lire toutes vos contributions, et ça a vraiment été TRÈS difficile de se décider.  Trois recettes, c’est vraiment pas assez… J’ai laissé parler mon imagination, ne pouvant tester toutes les recettes proposées… Voici mon trio gagnant. Parmi elles, l’une remportera un mixeur Braun, mais là… ce n’est pas moi qui choisis !

clem

Pain d’épices au potimarron et aux éclats d’oranges confites
Photo et recette : Clem

Pour 8 personnes

200 g de farine de blé T80
150 g de chair de potimarron cuite et réduite en purée
25 g de dès d’orange confite
200 g de miel
60 ml de lait de riz
8 noisettes
1 sachet de poudre à lever
1 cuil. à café bombée d’épices à pain d’épices (ou de 4 épices)
1 pincée de sel

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Mélangez la farine avec la poudre à lever, le sel et les épices. Dans une petite casserole, faites fondre le miel dans le lait sur feu doux puis ajoutez la purée de potimarron. Versez sur le mélange sec et mélangez bien jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène, puis ajoutez délicatement les dés d’orange confite. Versez dans un moule à cake beurré et fariné ou chemisé de papier sulfurisé et parsemez d’éclats de noisettes concassées. Enfournez pour 10 minutes puis baissez la température du four sur 150 °C (th. 5) et laissez cuire encore 1h environ. Plantez la lame d’un couteau dans le gâteau : elle doit ressortir sèche. Laissez refroidir avant de démouler. Ce pain d’épices se conserve quelques jours dans un film plastique dans le bas du réfrigérateur.

tiramisu courge-brebis

Verrines courge musquée / fromage de brebis façon tiramisu
Photo et recette : Céline

Ingrédients pour 4 verrines :

400g de chair de courge musquée
100g de fromage frais de brebis
1 blanc d’œuf
1 peu de crème
4 càc de graines de sésame noir
belles càc de curry
biscuits crackers aux graines

Comment faire… Détailler la chair de courge en petits dés, faire revenir à la poêle dans un peu d’huile d’olive jusqu’à obtenir ce qu’elle soit bien cuite (au besoin, rajouter un peu d’eau pour faciliter la cuisson). Mixer, saler, ajouter le curry et bien laisser refroidir sans couvrir. Pendant ce temps, écraser le fromage de brebis à la fourchette, détendre avec un peu de crème et ajouter les graines de sésame. Concasser grossièrement les biscuits aux graines, réserver. Quand la purée de courge est froide, battre le blanc d’œuf en neige, mélanger délicatement la moitié avec la purée de courge, et le reste avec le fromage de brebis au sésame. Pour le montage, mettre une couche de biscuits concassés au fond des verrines, puis une couche de fromage au sésame, une couche de biscuits et terminer par la mousse de courge au curry. Décorer avec un éclat de biscuit et un brin d’herbe aromatique (persil, coriandre…). Bon appétit !

tartepatidou

Tarte aux pommes et patidoux
Photo et recette : Hélène

Au marché, les courges fleurissent sur l’étale de mon maraicher bio, les courges patidoux m’ont attirée avec leur jolie  peau bariolée, on m’a conseillé de les cuisiner version sucrée. Je me suis donc lancée dans une tarte pommes et patidoux, bio, et avec une « contrainte » supplémentaire (on s’ennuierait sans !) : ne pas utiliser de produit laitier. Voici donc ma recette, pour une grande tarte.

La  pâte :
Ingrédients :
-30 g de poudre d’amande  (ou 30 g d’amandes broyées)
-200 g de farine
- 1 œuf
- 2 cuillers à soupe de purée d’amande
- 1 cuiller à soupe d’huile d’olive
- une pincée de sel
- une cuiller à café rase de poudre à lever
- 20 g de sucre roux
- un peu d’eau

1) Mélanger poudre d’amande, farine, sel, sucre, poudre à lever dans le bol du robot.
2) Ajouter la purée d’amande, l’œuf et l’huile progressivement. Mélanger jusqu’à obtention « d’un   sable ».
3) Ajouter petit à petit l’eau pour que la pâte s’agglomère. Sortir la pâte du robot, former une boule. La laisser reposer au frigo ½ h au moins.

Pendant ce temps… les courges :
Ingrédients :

- 2 petites courges patidoux
- 60 g de sucre roux
- 25 g de poudre d’amande
- 2 cuillers à soupe de purée d’amande
- 1 œuf

1) Cuire les courges, coupées en 2et vidées des graines,  à la vapeur, 20 minutes.
2) Vider à la cuiller l’intérieur des courges.
3) Dans un saladier, écraser la chair des courges avec le sucre et la poudre d’amande.
4) Ajouter la purée d’amande et l’œuf, on obtient une sorte de pâte à choux : c’est très étonnant !

Pour finir :

Préchauffer le four à 200°
1) Etaler la pâte au rouleau, sur 3 mm d’épaisseur, la disposer dans la tourtière.
2) Etaler le crème au patidoux de façon uniforme.
3) Eplucher 4 ou 5 pommes.
3) Disposer les pommes coupées en lamelles sur la crème.
4) Mettre la tarte à cuire 20 minutes à 200°, puis 20 minutes à 180°.

Variante possible : la même chose, version poire !

AND THE WINNER IS… CELINE !

Confiture et pâte de coing

Depuis quelques jours, plusieurs lectrices me demandent ma recette de pâte ou de confiture de coing. « Ma » recette ? En réalité, ce n’est pas du tout la mienne, mais plutôt celle de ma maman, qui la tenait de sa propre maman… Une vraie recette de famille, à réaliser à quatre mains., et qui se donne comme on confie un secret. Comme nous avons eu la chance d’hériter de plusieurs kilos de coings ce weekend, nous en avons profité pour embaumer la maison, et confiturer à trois générations (la dernière observant les opérations bien sagement depuis le porte-bébé !). S’il faut avoir du temps devant soi pour les regarder cuire, cette pâte et cette confiture ne sont vraiment pas compliquées à réaliser. Si vous avez la chance d’avoir des coings sous la main, plus d’excuse ! Notez bien que nous réalisons en général confiture et pâte de coing en même temps, dans deux casseroles différentes. Les deux recettes sont donc entremêlées.

Je profite de ce message pour signaler que je serai très peu présente sur ce blog pendant un bon moment. J’emménage enfin dans mon nouvel appartement, remis à neuf pendant plus d’un mois et demi par Ludo himself (clap clap !), où nous n’aurons pas internet avant la Saint Glinglin la fin du mois, si tout va bien (le transfert a été demandé fin août, pourtant… Vous êtes client de Neuf-SFR ? Ne déménagez pas !). Je tâcherai de revenir de temps en temps m’occuper du concours de recettes et répondre à vos questions. Merci de vous armer de patience :)

coing

Confiture et pâte de coing

2kg de coings
1kg de sucre de canne blond

Frotter les coings avec un torchon pour les faire briller. Surtout, ne les lavez pas, ils se mettraient à coller ! Éplucher et déposer les épluchures dans une marmite. Tailler les coings en morceaux dans un saladier, sans s’appliquer et sans chercher à les trancher en deux ni en quatre. Il faut plutôt les « déchirer » grossièrement à l’aide d’un bon couteau. Garder les trognons, les couper en deux et les mettre avec les épluchures dans la marmite. Ajouter de l’eau à hauteur. Porter à ébullition et laisser cuire 20mn environ.
Filtrer l’eau de cuisson dans le saladier contenant les coings. Jeter les trognons et les épluchures. Verser les coings et l’eau dans la marmite, et cuire 30mn environ, jusqu’à ce que les coings soient bien cuits.
Prélever 500g de coings cuits pour la pâte. Passer au moulin à légumes. Ajouter 250g de sucre. Placer dans un faitout et laisser dessécher sur feu très doux, sans couvercle. Cela prend une heure environ ! Lorsqu’elle est suffisamment desséchée, étaler sur une plaque recouverte de papier cuisson, et laisser sécher pendant quelques jours.
Mouliner le reste des coings. Mélanger avec l’eau restante et 750g de sucre. Laisser cuire sur feu très doux. Une fois  que la confiture est belle (au bout de 45mn environ), mettre en pots.

patecoing

Pas assez de coings pour faire de la pâte et de la confiture ? Profitez-en quand même dans un bon crumble !

Potimarron râpé en salade

Jusqu’ici, je crois bien que je n’avais jamais cuisiné le potimarron cru. En salade oui, mais toujours cuit, avec une fausse mayonnaise à base de purée de sésame. En revanche, j’avais déjà goûté du potimarron cru simplement râpé, et j’avais trouvé ça délicieux. J’ai donc profité des jolis potimarrons tout neufs qui ornent les étals ces jours-ci pour essayer. Verdict : délicieux ! Je sens que je vais faire moins de soupes, cet hiver…

Pensez à utiliser un potimarron de petite taille à la peau tendre, qui s’enlèvera tout simplement avec un économe, comme on pèlerait une carotte. Lorsque je fais cuire un potimarron je consomme la peau, mais en version crue je préfère l’enlever, je la trouve un peu dure. L’association avec l’umebosis et la noisette est fameuse, mais si vous ne trouvez pas ces produits, utilisez d’autres huiles et vinaigres (huile de sésame ou d’olive, par exemple).

saladepotimarron

Potimarron râpé en salade

Pour 6 personnes

1 petit potimarron
2 c. à soupe de jus d’umebosis
2 c. à café de purée de noisette
4 c. à soupe d’huile de noisette
1 poignée de noisettes

Peler le potimarron. Couper en morceaux. Oter les graines et la partie fibreuse. Râper à l’aide d’un robot ménager. Placer dans un saladier. Mélanger le jus d’umebosis, la purée et l’huile de noisette. Napper le potimarron de cette sauce. Décorer de noisettes (grillées dans une poêle sans matière grasse). Servir.

***

CONCOURS

Si vous êtes joueur, je vous propose, dans le cadre de La Semaine du Goût, de participer à un petit jeu concours pour gagner un Mixeur Multiquick Braun. Pour ce faire, envoyez-moi votre recette, salée ou sucrée, à base de courge (variété de votre choix, potimarron inclus bien sûr !). J’en sélectionnerai trois, que j’enverrai aux organisateurs, qui choisiront ensuite une recette gagnante parmi ces trois-là.

Date limite d’envoi des recettes : lundi 19 octobre à minuit.

Attention : plusieurs blogs proposent ce concours, mais vous devez choisir le blog avec lequel vous jouerez ! La recette ne doit pas être issue de votre blog, elle doit être originale.

Adresse pour l’envoi des recettes : cleacuisine {arobase} gmail {point} com

Format : une recette sous format Word + une photo sous format jpeg + lien de votre blog si vous en avez un. Une seule recette par personne.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un blog pour participer. A vos courges et à vos claviers !

Les trois recettes sélectionnées seront publiées ici le 20 octobre.

P’tit Chef Bio

Un dimanche soir, il y a plus d’un an et demi de cela – je m’en souviens comme si c’était hier – j’ai reçu un message de Myriam Gauthier-Moreau, photographe culinaire dont il a déjà été question plusieurs fois sur ces pages. Myriam et moi ne nous connaissions pas encore « en vrai », mais elle avait déjà travaillé sur mon livre Agar-agar et j’étais déjà convaincue par son travail. Je savais aussi que nous avions le même âge, que nous partagions la même passion pour la cuisine bio, et que nous habitions à deux pas l’une de l’autre…. Ce que je ne savais pas, en revanche, c’est que Myriam avait en tête un très beau projet d’album pour enfants, avec des recettes de cuisine illustrées par de drôles de petits personnages en tissu et en papier mâché. Alors, quand elle m’a proposé de lui inventer les recettes qui allaient avec, ce fameux dimanche soir de janvier, comment vouliez-vous que je dise autre chose que oui, oui et trois fois oui…? ;)

Aussitôt dit, aussitôt fait : je me suis mise au travail, des étoiles plein la tête. Pas facile d’inventer des recettes faciles à réaliser par des enfants et qui soient à la fois bonnes au goût et à la santé. L’objectif était de leur montrer que l’on peut cuisiner les fruits et légumes de saison ainsi que les produits bio tout en s’amusant, avec un résultat original et des combinaisons parfois étonnantes (j’ai encore le goût d’un gâteau betterave cacao sur la langue en écrivant ça !).

L’accent devait être mis sur les différentes saveurs (sucré, salé, amer, acide) et sur les produits bruts (pas de bonbons, colorants et compagnie que l’on retrouve trop souvent dans les livres de cuisine pour enfants) afin de faciliter un apprentissage du goût. Des recettes pour toutes les saisons, pour tous les moments de la journée, des doubles pages pour s’approprier des savoirs-faire (faire son pain, faire germer ses graines, faire ses pâtes à tartiner maison…). C’est ainsi qu’est né P’tit Chef Bio, maturé dans ma tête pendant de longs mois, et chouchouté par les mains de fée de Myriam qui confectionnait pendant ce temps, en secret, ses petits personnages et tout leur univers de contes et de couleurs en matières naturelles.

Et tandis que j’inventais ces recettes pour les petits, j’ai donné la vie à ma petite demoiselle à moi, à laquelle je dédie ce livre aujourd’hui…

P’tit Chef Bio, c’est un à la fois un livre de cuisine et un album pour enfants. 20 recettes sucrées et salées classées par thèmes (entrées, apéros, desserts, piques-niques, fêtes…) et des doubles-pages pour maîtriser certains savoirs-faire. Les ingrédients mis en valeur sont naturels et de saison. Pas de smarties, mais des fruits, des fleurs, des graines… Les jeunes lecteurs sont guidés par quatre personnages qui leur montrent pas à pas comment réaliser les recettes. Recettes qui pourront d’ailleurs aussi bien plaire aux grands lecteurs, qui aiment tremper leur petite cuillère dans des recettes saines et régressives à la fois !

Il sort mercredi aux éditions La Plage. Clic pour lire le sommaire et consulter des extraits sur le site de l’éditeur.

A Myriam : encore merci d’avoir partagé ce secret avec moi et de m’avoir fait vivre cette très belle aventure en ta compagnie. Bravo pour ton talent, et longue vie à Zoé, Léon, Max et Lili !