Salade de chou chinois au tofu fumé et noix

Puisque visiblement je ne suis pas la seule à apprécier les salades en hiver, je poursuis sur ma lancée ! Là, on passe du registre « fruité et vitaminé » du mélange pomme-kiwi à la vraie salade de l’hiver : le chou chinois. Il est tellement tendre qu’il est parfait à déguster cru, bien émincé, et qu’il serait presque dommage de le faire cuire.  Avec une belle sauce rose à base de vinaigre d’umebosis (préparation japonaise à base de prunes vinaigrées, à découvrir absolument !) et d’huile de noix, il est ravi qu’on ne l’ait finalement pas transformé en chou farci…

saladechoutofu

Salade de chou chinois au tofu fumé et noix

Pour 4 personnes

1/2 chou chinois
200g de tofu fumé
1 c. à soupe de tahin
2 c. à soupe d’umesu (vinaigre d’umebosis)
2 c. à soupe d’huile de noix
2 poignées de cerneaux de noix

Laver soigneusement et sécher le chou chinois. Emincer finement. Couper le tofumé en cubes et mélanger le tout dans un saladier. Dans un petit bol, délayer le tahin avec le vinaigre d’umebosis, puis l’huile de noix. Ajouter cette sauce au dernier moment et mélanger. Ajouter les noix, et servir.

Gâteau au sésame noir

Ce gâteau tout noir est né bien par hasard… en tout cas, il n’était pas prémédité ! Il me restait un pot de pâte de sésame noir à terminer suite à la bûche réalisée pour Noël. Hors de question de laisser perdre un tel trésor, mais pas trop envie non plus de le transformer systématiquement en tartines du matin… J’ai pesé le contenu restant et réalisé que j’en avais trop pour faire une pannacotta mais pas assez pour me lancer dans une recette de glace. Dont acte : c’était pile ce qu’il fallait pour faire un gâteau noir, so chic. Avis aux amateurs ! Et surtout, n’oubliez pas la couche de graines de sésame noir qui croustillent sur le dessus, c’est trop bon…

gateausesamenoir

Gâteau au sésame noir

75 g de pâte de sésame noir
75 g de yaourt
25 g de miel
60 g de sucre blond
2 oeufs
160 g de farine de blé T65 ou T80
1 c. à café de poudre à lever
Sésame noir pour saupoudrer

Préchauffer le four à 180 °C. Mélanger les ingrédients dans l’ordre, à l’aide d’un batteur électrique. Verser la pâte dans un moule à cake chemisé de papier cuisson. Décorer de graines de sésame noir. Enfourner pour 30 mn. Laisser refroidir.

Où trouver de la pâte de sésame noir ?
Le mieux est encore du côté des boutiques en ligne. A moins que vous n’ayez à proximité de chez vous l’une de ces épiceries japonaises TRES bien achalandées, et j’insiste – car même chez Kioko, la pâte de sésame noir est moyenne… Essayez celle-ci, ou celle-là, elles sont en promo en ce moment et de très bonne qualité.

Salade de kiwi, pomme et saumon fumé

Vous vous rendez compte ? Il neige et il fait froid. Alors qu’on est en hiver ! Plutôt dingue, non ? En tout cas, ça monopolise assez bien les conversations matinales, ce qui est très pratique quand on n’a rien d’autre à raconter à ses collègues en arrivant au boulot pas bien réveillé.

M’enfin, moi, l’hiver, ça me donne surtout envie de manger des salades. Ne cherchez pas, ce n’est pas en été que je les préfère, mais bien en hiver ! Le froid est un bon prétexte pour napper les salades d’endives ou de chou de sauce « à la japonaise » (tahin, vinaigre de riz, une goutte de sauce soja, de l’huile de noix et un schplouc d’eau), ou bien pour coller du pamplemousse et de l’avocat partout. Et pomme – kiwi – saumon fumé, vous avez déjà essayé ? C’est acidulé à souhaits, et promis, on n’a pas du tout l’impression de manger une salade de fruits…

kiwisalade

Salade de kiwi, pomme et saumon fumé

Pour 3-4 personnes en entrée

1 grosse pomme ou bien 2 petites
2 kiwis encore un peu fermes
1 grande tranche de saumon fumé
2 c. à café de vinaigre balsamique
4 c. à café d’huile d’olive fruitée

Laver la pomme et la couper en petits dés (nul besoin de la peler !). Couper les kiwis en deux et gratter l’intérieur avec une petite cuillère pour recueillir toute la pulpe. Placer les fruits dans un saladier et ajouter des lanières de saumon fumé. Dans un bol, émulsionner l’huile et le vinaigre. Assaisonner la salade au dernier moment et servir sans attendre.

Pain Cocotte

C’est la dernière petite nouveauté des éditions La Plage : un petit livre consacré à une méthode bien particulière pour faire son pain : la cuisson dans une cocotte en fonte !

Ce joli livre écrit par Nathalie Nagy-Kochmann présente 20 recettes de pains et de brioches utilisant des ingrédients bio. Nul besoin de robot ou de machine à pain : le pétrissage à la main est très bien expliqué. Seul accessoire indispensable : une cocotte ! Si vous n’en avez pas dans vos placards, parlez-en à votre mère ou à votre grand-mère… Mon petit doigt me dit que vous allez en trouver une !

Cette méthode de cuisson permet d’obtenir une croûte dorée et croustillante, ce qui n’est pas du coup le cas avec une machine à pain, et ce qui est parfois difficile voire décevant avec une cuisson traditionnelle au four.

Bref, la technique est simple et les recettes séduisantes. Et les photos sont signées Myriam Gauthier-Moreau :)
N’hésitez pas à consulter ici l’introduction et le sommaire du livre.

Pain cocotte, de Nathalie Nagy-Kochmann
Photographies Myriam-Gauthier Moreau
72 pages, 9,90 euros

La Carabaccia : recette toscane

Devinez ce que nous avons mangé le 25 décembre ! Du chapon ? Point. De la dinde aux marrons ? Non plus. Non, le 25 à midi, nous avons opté pour une recette toscane, apprise là-bas par ma maman : la Carabaccia. Que les Italiens ou italianophiles qui me lisent ne se vexent pas : je n’ai jamais mis les pieds en Italie, et je ne connais par conséquent pas grand-chose à la cuisine de là-bas. Mais cette recette-là, lorsque ma maman l’a refaite à la maison, je l’ai immédiatement appréciée. Du coup, quand elle m’a demandé ce que je voulais manger à Noël…

A la description, on pense à quelque chose de très simpliste : des oignons, des légumes, du bouillon, du pain, des oeufs pochés et du fromage. Une sorte de soupe à l’oignon améliorée, quoi. Alors qu’en fait, non : c’est beaucoup plus que ça, ce sont des saveurs incroyables, et un plat délicieux pourvu qu’il soit confectionné avec amour (et de bons produits). Et puis, on a beau parler de « soupe toscane », vous pourrez toujours essayer de la slurper à la cuillère, vous n’y arriverez pas. Le bouillon a été absorbé par le pain, et c’est une vraie assiette de légumes fondants, d’oeufs et de fromage que l’on a devant soi.

Le principe est simple : couper en petits dés une grande quantité de légumes (oignons, céleri, carottes, petits pois) qui mijotent ensuite longuement dans de l’huile d’olive et du bouillon. Dans les assiettes, on disposera de belles tranches de pain (complet et multigraines, c’est encore meilleur), que l’on imbibera de bouillon avant de les couvrir de légumes. On parsèmera de fromage, et on ajoutera pour terminer les oeufs pochés. Et puis on mange bien chaud, la Carabaccia n’attend pas !

La recette ci-dessous est prévue pour 6 personnes. Bien entendu, vous pouvez la réduire de moitié, mais ce serait dommage : tant qu’à faire de la Carabaccia, autant en faire beaucoup, cela vous fera plusieurs repas. En guise de repas du midi, je la sers avec deux oeufs pochés par personne, et un seul pour un repas du soir.

Vous pouvez ajouter du vinaigre balsamique dans les légumes – j’ai lu dans certaines recettes que cela se faisait !

Carabaccia

Pour 6 personnes

1 kg d’oignons
400 g de céleri branche
500 g de carottes
500 g de petits pois surgelés
Origan
3/4 de verre d’huile d’olive
1 ou 2 oeufs par convive
1 grande tranche de pain bien épaisse par convive
Parmesan fraîchement râpé
Sel, poivre

Faire cuire les petits pois surgelés et réserver. Mixer la moitié des petits pois pour les réduire en purée. Peler les oignons et les carottes. Couper oignons, carottes et céleri en petits dés. Dans une grande marmite, verser les oignons et l’huile d’olive. Faire revenir pendant quelques minutes, puis ajouter  la purée de petits pois, les carottes et le céleri. Ajouter un ou deux verres d’eau, de l’origan, et laisser mijoter pendant une heure environ à feu doux. Ajouter le reste de petits pois pour les réchauffer. Placer une tranche de pain dans chaque assiette. Pocher les oeufs dans de l’eau ou du bouillon (si vous avez peur de les rater, vous pouvez les cuire mollets ou au plat). Verser du bouillon sur le pain, et couvrir de légumes. Ajouter les oeufs. Saler, poivrer, et parsemer de fromage râpé. Déguster sans attendre.

Tarte au citron – la recette ultime

Depuis le temps que je vous bassine avec les desserts au citron… Vous devez savoir que je suis une inconditionnelle, qu’il s’agisse de lemon bars, de gâteau citron amande à tomber par terre, de muffins citron ricotta, de crumbles, ou bien tout simplement… de tartes au citron. En parlant de tartes, je crois que j’ai enfin trouvé « la » recette qui ravit vraiment mon palais. Elle s’inspire beaucoup de la célèbre « the » tarte au citron meringuée de Marmiton, et respecte ces critères précis :

- moins de pâte, plus de garniture ;
- pas de cuisson au four pour la garniture, uniquement à la casserole façon lemon curd : onctuosité assurée ;
- beaucoup de citron, moins de sucre ;
- un petit diamètre (20 cm), plus d’épaisseur pour la crème ;
- surtout pas de meringue !

Vous m’en direz des nouvelles… En tout cas aujourd’hui, pour mon anniversaire, j’en reprends une petite part…

tarte-au-citron

Tarte au citron

Pour 6 personnes

Pâte :
125 g de farine
60 g de beurre coupé en morceaux
1 jaune d’oeuf
25 g de sucre blond de canne

Garniture :
4 citrons
125 g de sucre blond de canne
1 c. à soupe de maïzena
3 oeufs

Préchauffer le four à 180 °C. Dans un saladier, mélanger le beurre et la farine du bout des doigts, comme pour un crumble. Dans un petit bol, battre le sucre et le jaune d’oeuf. Ajouter 2 c. à soupe d’eau et 1 pincée de sel. Verser sur la farine et pétrir rapidement pour former une boule. Etaler les 2/3 de cette boule du plat de la main, sur une feuille de papier sulfurisé, pour remplir un cercle à pâtisserie de diamètre 20 cm. Avec le tiers restant, former les bords. Protéger la pâte avec du papier sulfurisé, garnir de haricots secs et enfourner pour 25 mn.
Pendant ce temps, zester 2 citrons et presser les 4. Verser dans une casserole. Ajouter le sucre et la maïzena délayée dans un tout petit peu d’eau. Faire fondre le sucre à feu doux. Dans le saladier, fouetter les oeufs. Toujours en fouettant, ajouter le mélange citron-sucre, puis replacer dans la casserole. A feu vif, toujours en fouettant, faire épaissir la crème pendant quelques minutes. Verser sur le fond de pâte. Réserver au réfrigérateur.

Savoureuses légumineuses

A l’automne dernier, je me suis plongée pour les besoins du Sat’Info dans un savoureux dossier sur les légumineuses. Aujourd’hui, il est en ligne sur le site de Satoriz et vous pourrez le lire en cliquant ici.

Les recettes :

Sauce aux lentilles corail et à la purée de cacahuètes
Timbales de lentilles vertes au saumon fumé
Soupe de pois cassés au lait de coco
Wok de pois chiches aux blettes

Bonne lecture !

J’ai adoré découvrir combien les lentilles corail font des merveilles en version coulis, pour napper des céréales, avec juste ce qu’il faut de tomates et de purée de cacahuètes. Et j’ai eu un vrai coup de coeur pour l’association pois cassés / lait de coco, que je vous recommande.

Toutes mes recettes de légumineuses

Brioche de Noël

Cette année, la galette des Rois de Ludo était en vert. Magnifique parure pour une non moins délicieuse saveur pistache… Pour la recette, c’est facile : on reprend celle de Pascale, on ôte la fleur d’oranger, et on ajoute une bonne cuillerée à soupe de pâte de pistache. Yum !

galettepistache

Quant à moi, bien entendu, j’ai refait ma fidèle brioche à l’anis albertvilloise, qui m’a rappelé ma « brioche du jour de Noël ». Le 24, je me suis dit que j’aurais envie de trouver une belle brioche à la mie filante en me réveillant, le lendemain. Sauf que voilà, faute de levure à la maison, la brioche dut finalement attendre deux matins de plus… Pas grave, elle était délicieuse tout de même !

briochenoel

Lien vers la recette originale

Brioche de Noël

200 ml de lait
1 càc de sel
1 càc de vanille en poudre
2 oeufs
5 càs de sucre blond de canne
550 g de farine blanche
100 g beurre de beurre coupé en dés
1 sachet de levure de boulangerie

Verser la farine dans un saladier. Creuser un puits et y mettre les oeufs, la levure, la vanille et le sucre. A l’aide d’un batteur électrique, mélanger le tout à vitesse lente, tout en incorporant petit à petit le mélange lait + sel. Battre ainsi pendant 5 bonnes minutes, puis ajouter le beurre, petit à petit, toujours à petite vitesse. Battre encore pendant 10 minutes. Laisser reposer la pâte une bonne heure, couverte d’un torchon, dans un endroit chaud. Travailler la pâte pour former deux brioches de la forme de votre choix. Laisser à nouveau lever pendant une bonne heure.  Dorer si l’on veut (à l’oeuf ou au lait). Placer dans le four froid, et cuire pendant 15 sur 200°, et 25 mn environ sur 180 °C. Laisser refroidir.

***

PS : ce dimanche matin à 6h45, j’ai répondu, avec ma petite voix embuée du matin, aux questions de Laurence Garcia, sur France Inter, dans l’émission « Déjà debout ou pas encore couché » (pour ma part, c’était « Trop tôt debout, bientôt recouchée »…). Vous pouvez la réécouter pendant 7 jours en suivant ce lien. On ne se moque pas ;)